Bis(triméthylsilyl)amidure de lithium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bis(triméthylsilyl)amidure
de lithium (LiHMDS)
LiHMDS.png
Dimère de LiHMDS
Identification
Nom IUPAC bis(triméthylsilyl)amidure de lithium
Synonymes

Hexaméthyldisilazane de lithium,
LiHMDS

No CAS 4039-32-1
No EINECS 223-725-6
PubChem 2733832
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C6H18LiNSi2
Masse molaire[1] 167,326 ± 0,009 g/mol
C 43,07 %, H 10,84 %, Li 4,15 %, N 8,37 %, Si 33,57 %,
Précautions
Directive 67/548/EEC[2]
Corrosif
C
Facilement inflammable
F



Transport[2]
-
   2925   
SGH[2]
SGH02 : InflammableSGH05 : Corrosif
Danger
H228, H314, P210, P280, P310, P305+P351+P338,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le bis(triméthylsilyl)amidure de lithium, également appelé hexaméthyldisilazane de lithium (LiHMDS), est un composé chimique de formule ((CH3)3Si)2NLi. Il s'agit d'un solide incolore corrosif qui se décompose violemment au contact de l'eau. Il se présente sous forme de dimères en solution et sous forme de trimères à l'état solide[3].

Le LiHMDS est disponible dans le commerce mais peut également être préparé par déprotonation de la bis(triméthylsilyl)amine avec le n-butyllithium :

((CH3)3Si)2NH + C4H9Li → ((CH3)3Si)2NLi + C4H10.

Le résidu obtenu peut être purifié par sublimation.

Le LiHMDS est utilisé pour produire des complexes à faible coordinence grâce à l'encombrement stérique provoqué par le ligand bis(triméthylsilyl)amidure, tels que (((CH3)3Si)2N)3M avec M = Sc, Ti, V, Fe[4]. Le traitement par le chlorure de triméthylsilyle donne la tris(triméthylsilyl)amine, qui présente un atome d'azote tricoordonné à géométrie plane.

En chimie organique, le LiHMDS est souvent utilisé comme base forte, par exemple pour former du carbure de lithium C2Li2 ou encore un énolate de lithium, comme ci-dessous avec la benzylidèneacétone :

Formation d'un énolate de lithium à partir de benzylidèneacétone.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a, b et c Fiche Sigma-Aldrich du composé Bis(triméthylsilyl)amidure de lithium, consultée le 29 novembre 2012.
  3. (de) D. Mootz, A. Zinnius et B. Böttcher, « Assoziation im festen Zustand von Bis(trimethylsilyl)amidolithium und Methyltrimethylsilanolatoberyllium », Angewandte Chemie, vol. 81, no 10,‎ mai 1969, p. 398-399 (lire en ligne) DOI:10.1002/ange.19690811015
  4. (en) Donald C. Bradley, Richard G. Copperthwaite, M. W. Extine, W. W. Reichert et Malcolm H. Chisholm, « Transition Metal Complexes of Bis(Trimethyl-silyl)Amine (1,1,1,3,3,3-Hexamethyldisilazane) », Inorganic Syntheses, vol. 18,‎ 1978 (lire en ligne) DOI:[1]