Birtukan Mideksa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Birtukan Mideksa (ou Birtukan Midekssa) (née en 1975) est une femme politique Éthiopienne et ancien juge de paix. Elle est considérée par l'ONU comme prisonnière politique.

Elle est leader du parti d'opposition UDJ (Unity for Democracy and Justice)[1]. Après les élections de 2005, elle est accusée de tentative de coup d'état et d'atteinte à la constitution. Elle est emprisonnée et condamnée à perpétuité, puis graciée en 2007. Elle est à nouveau arrêtée et incarcérée en 2008, après que sa grâce fut révoquée. Sa ré-arrestation serait due au fait qu'elle ait nié s'être amendée de ses actions passées et avoir demandé le pardon officiel[2].

Elle a été parfois surnommée "Mandela d'Éthiopie" et comparée à Aung San Suu Kyi.

En décembre 2009, Amnesty International a lancée une campagne pour sa libération[3]. En octobre 2010, elle est graciée par le président Girma Wolde-Giorgis[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Ethiopian political forces form new party", Sudan Tribune, June 20, 2008.
  2. Barry Malone, "What now for Ethiopia's 'Aung San Suu Kyi'?, Reuters, published 21 December 2009 (accessed 22 December 2009)
  3. "Ethiopia: Amnesty International Launches “Free Birtukan Mideksa!” Campaign"
  4. Birtukan Mideksa, oppoante éthiopienne, a été graciée, Le Monde, 8 octobre 2010, page 2