Birine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Birine
Place du 1er novembre
Place du 1er novembre
Noms
Nom algérien بيرين
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Djelfa
Daïra Birine
Code ONS 1708
Démographie
Population 30 913 hab. (2008[1])
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 38′ 00″ N 3° 13′ 00″ E / 35.633333, 3.216667 ()35° 38′ 00″ Nord 3° 13′ 00″ Est / 35.633333, 3.216667 ()  
Superficie 800,00 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Djelfa
Localisation de la commune dans la wilaya de Djelfa

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Birine

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Birine

Birine est une commune de la wilaya de Djelfa. Elle a été érigée en chef-lieu de daïra en 1988. Auparavant elle faisait partie de la grande wilaya du Titteri dont le chef-lieu était Médéa.

Elle est habitée essentiellement par la tribu des Mouidat Cherraga (Djouaber) composée des fractions suivantes : Oulad Ziane, Trirat, Sehabat, Medhablia, Hamez, Ch’aâiyia  et aussi des Oulad Mokhtar Cherraga, des Oulad Slima, des Makhalif, des Abaziz Lahouinia et des Horabat.

Cette commune est longée par d’importantes voies de communication telles que la RN40 qui relie les hauts plateaux de l’Est, du Centre et de l’Ouest de l’Algérie, la RN40B,  la RN 89 qui au Nord permet d’aller vers Médéa et Alger par Ain Boucif et qui  au Sud traverse  Had Sahari (avec une bifurcation vers Djelfa via Hassi El Euch et Hassi Bah Bah), Ain Feka et Sidi Ameur et abouti  à proximité de Bou Saada tout en mettant en liaison la RN40 et la RN08. Sur ce plan, des projets intéressant cette commune aussi sont en cours de lancement ou d’achèvement (autoroute des Hauts Plateaux de Tébessa à El Aricha, voie ferrée  de M’Sila à Tiaret). Sous la colonisation, cette commune ( à l'instar des autres communes indigènes) bien qu’elle recelait de riches exploitations céréalières et d’importants élevages ovins, caprins et camelins n’avait pas bénéficié des commodités de la vie moderne (électrification, goudronnage des routes, structures sanitaires, etc.) ceci était du à l’absence de colons européens.Dès le début des années 1990, elle a enregistré d'importants progrès sur tous les plans et une extraordinaire extension urbaine.

Du temps de la période coloniale elle relevait de la commune mixte de Aïn Boucif, puis érigée en commune de plein exercice.

Sa vocation est agricole, principalement d'élevage ovin. C'est le plus grand marché à bestiaux de la région, autant que Sidi Aïssa, sinon plus. Tout récemment, l'aviculture et l'apiculture sont également pratiquées à une grande échelle. Elle abrite le siège du Centre de Recherches Nucléaires de Birine (CRNB), à moins de 8 km du chef-lieu de la commune, indûment appelé Centre nucléaire d'Ain Oussera.

Sa population est estimée à 45 000 âmes. Elle est distante du chef-lieu de Wilaya de 137 km et de 200 km de la capitale.

Avec l'avènement de la nouvelle stratégie agricole, elle est en passe d'abriter d'immenses superficies plantées de pomme de terre et de vastes vergers, principalement d'oliviers, ce qui a généré la création d'un micro climat.

Elle recèle d'énormes nappes d'eaux souterraines ; ce qui a participé à ce qu'elle alimente en eau potable les villes de Ksar-El-Boukhari, Chellalat El Adhaoura, et partiellement quelques communes de la Wilaya de M'Sila.

Elle dispose d'une large gamme de flores aromatiques, destinée aux industries locales cosmétiques (Biskra et Batna) et à l'exportation pour la fabrication des produits de beauté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Wilaya de Djelfa : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.