Birger Jarl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Birger.
Birger Jarl
armoiries

Birger Jarl Prononciation du titre dans sa version originale Écouter (né en 1210 et mort le 21 octobre 1266), de son nom complet Birger Magnusson de Bjälbo, était un homme d'État suédois qui a fondé la ville de Stockholm. Il appartient à la famille des Folkungar.


Origine[modifier | modifier le code]

Birger Magnusson est le fils du magnat Magnus Minnisköld et de Ingrid Ylva fille de Sune Silk lui-même fils du roi Sverker Ier de Suède.

Biographie[modifier | modifier le code]

Birger épouse Ingeburg de Suède, sœur du roi Éric le Bègue, sauve la ville de Lübeck, assiégée par les Danois (1236). Il organise en 1240 une expédition militaire contre Novgorod, où il est vaincu par Alexandre Nevski sur les bords de la Neva. Après la mort de son cousin le Jarl Ulf Karlsson Fasi, il est élevé en 1248 au rang de jarl par le roi Erik XI.

En 1249, il mène une expédition jusqu'en Finlande, posant les bases de l'empire suédois. Il soumet la Finlande dont les pirateries désolaient la Suède, et y introduit le Christianisme. À la mort du roi en 1250, son fils Valdemar est élu roi. Birger est alors régent pendant seize ans durant lesquels la Suède prospère. En 1252 il fonde la ville de Stockholm qu'il contribuera à développer en signant des accords commerciaux avec la ville de Lübeck.

Unions et postérité[modifier | modifier le code]

De son union vers 1235 avec Ingeburg de Suède décédée en 1254 :

Après la mort de son épouse il se remarie en 1261 avec Mechtilde de Holstein la veuve du roi Abel de Danemark.

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  • Corinne Péneau, Erikskrönika, Paris, Publications de la Sorbonne,‎ 2005, 258 p. (ISBN 2-85944-524-2, OCLC 60760032)