Biomphalaria glabrata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Biomphalaria glabrata

Description de cette image, également commentée ci-après

Biomphalaria glabrata albinos.
Sa couleur rouge est due à la présence d'hémoglobine.

Classification
Règne Animalia
Embranchement Mollusca
Classe Gastropoda
Ordre Basommatophora
Sous-ordre Planorboidea
Super-famille Planorboidea
Famille Planorbidae
Sous-famille Planorbinae
Genre Biomphalaria

Nom binominal

Biomphalaria glabrata
Say, 1818

Synonymes

  • Planorbis glabratus Say, 1818
  • Australorbis glabratus (Say, 1818)
  • Taphius glabratus (Say, 1818)
  • Planorbis guadaloupensis Sowerby
  • Planorbis ferrugineus Spix, 1827
  • Planorbis olivaceus Spix, 1827
  • Planorbis nigricans Spix, 1827
  • Planorbis albescens Spix, 1827
  • Planorbis viridis Spix, 1827
  • Planorbis lugubris J. A. Wagner, 1827

Biomphalaria glabrata est une espèce d'escargot pulmoné d'eau douce de la famille des Planorbidae.

Il est principalement connu pour être l'hôte intermédiaire du trématode Schistosoma mansoni, parasite responsable de la la schistosomiase intestinale chez l'Homme[1]. Ce parasite infestant environ 83,31 millions de personnes à travers le monde[2], la communauté scientifique a très tôt porté un vive intérêt pour ce mollusque vecteur, en particulier en médecine tropicale[3]. Ainsi de nombreux travaux de malacologistes et parasitologistes ont permis une caractérisation approfondie de cet organisme. L'ensemble des données acquises à la fois sur cet escargot et sur le schistosome font donc du modèle B. glabrata/S. mansoni un modèle particulièrement adapté pour comprendre les interactions entre hôte et symbiote d'une échelle populationnelle à un niveau moléculaire[1],[4].

L'une des caractéristiques majeures de cette espèce concerne sa coquille qui, comme chez tous les planorbes, possède un enroulement senestre mais, étant portée retournée par l'escargot, paraît avoir un enroulement dextre.

Biologie[modifier | modifier le code]

Anatomie[modifier | modifier le code]

Description de la coquille[modifier | modifier le code]

Comme tous les planorbes, la coquille de Biomphalaria glabrata possède un enroulement planispiralé, c'est-à-dire que l'enroulement est réalisé dans un plan telle une corde enroulée sur elle-même, et senestre, c'est-à-dire qu'il se fait vers la gauche. Cependant, comme tous les escargots de la sous-famille des Planobinae, la coquille est portée retournée ce qui fait apparaître l'enroulement dextre. Ce retournement fait également apparaître la spire de la coquille comme creuse. Dans d'autres familles d'escargots, la spire est visible à partir de l'apex de la coquille alors qu'ici la spire est visible à partir de l'ombilic.

Biomphalaria glabrata a été découvert et décrit sous le nom de Planorbis glabratus par le naturaliste américain Thomas Say en 1818[5]. Say décrit l'espèce ainsi :

« Coquille senestre; environ cinq tours, glabre ou légèrement rugueuse, polie, dépourvue de toute apparence de carène; spire parfaitement régulière, légèrement concave; ombilic large, régulièrement et profondément concave, présentant tous les tours au sommet; ouverture vers le bas, remarquablement oblique par rapport au diamètre transversale. Largeur proche de neuf-dixième de pouce. »

Malencontreusement, Say détermina une mauvaise localisation : la Caroline du Nord[5]. La coquille d'escargot provenait probablement de Guadeloupe[6].

La coquille des individus issus d'habitats naturels possède généralement une couleur olivâtre[6]. Chez les adultes, la coquille mesure de 6 à 10 mm de diamètre[7] et est constituée d'aragonite et parfois de vatérite particulièrement près du bord de la coquille[8].

Genèse de la coquille[modifier | modifier le code]

Lors de l'embryogenèse, le périostracum de la coquille embryonnaire commence sa croissance lorsque l'embryon est âgé de 48 heures[9]. Le carbonate de calcium amorphe se forme dans les 54 à 60 premières heures de l'embryon[9]. La calcification (formation d'aragonite) de la coquille embryonnaire commence entre 60 et 72 heures[10]. Le poids de la coquille lorsque l'embryon est âgé de 72 heures est de 0,64 μg[9].

La coquille embryonnaire chez les individus âgés de 5 jours (soit 120 heures), quelques instants avant l'éclosion, possède un poids de 30,3 μg et un diamètre de 500 μm[9]. L'escargot juvénile éclos 5 à 6 jours après la fécondation[9]. Le poids de la coquille du juvénile est de 2,04 mg quatre semaines après l'éclosion[9]. La coquille à ce stade est dépourvue de vatérite[8].

Cavité palléale[modifier | modifier le code]

L'anatomie de la cavité palléale a été décrite par Sullivan et al. (1974)[11] et Jurberg et al. (1997)[12].

Reproduction[modifier | modifier le code]

Biomphalaria glabrata est un hermaphrodite simultané[13] et peut pratiquer l'autofécondation[14]. Son mucus contient des phéromones qui permettent aux individus de la même espèce de se reconnaître[15]. La copulation unilatérale caractéristique est initiée lorsque l'individu prenant le rôle du mâle monte sur la coquille du partenaire éventuel[16]. Cet individu se déplace ensuite vers le bord frontal gauche de la coquille du partenaire, où il cherche le gonopore à l'aide de son pénis pour effectuer une pénétration. À la suite d'une copulation d'environ 5 à 87 minutes se soldant par une émission de sperme[17], le "mâle" se retire. Les rôles sont ensuite inversés dans environ 45 % des copulations, le « mâle » prenant la place de la « femelle »[13]. En 2009, Biomphalaria glabrata a été le sujet d'une étude s'intéressant à l'effet Coolidge chez les hermaphrodites simultanées. Les résultats obtenus montrent que Biomphalaria glabrata présente une absence d'effets sexe-spécifiques, signifiant une absence d'effet Coolidge chez cette espèce[13].

Après fécondation, l'individu pond des amas d'œufs à un rythme élevé (environ un par jour)[18]. Ainsi au cours de sa vie, un escargot pourra pondre jusqu'à 14,000 œufs[14].

Biomphalaria glabrata semble pouvoir s'hybrider avec au moins une autre espèces de son genre présente en Égypte: Biomphalaria alexandrina[19]. Cependant, la présence de cet hybride n'a pu être confirmée dans les populations naturelles[20].

Génération et espérance de vie[modifier | modifier le code]

Le taux de croissance, le taux de natalité maximum et la longévité de Biomphalaria glabrata ont été étudiés par Pimentel (1957)[18]. Il peut y avoir jusqu'à 7 générations en une année en laboratoire[14]. Le temps de génération est de 4 à 6 semaines[21]. L'espérance de vie est de 15 à 18 mois dans des conditions naturelles[14] et peut atteindre 18 à 24 mois en laboratoire[14], bien qu'elle soit généralement de 9 à 12 mois[21].

Génétique[modifier | modifier le code]

La taille du génome nucléaire est estimée à environ 929,10 Mégabases[22], correspondant ainsi au plus petit génome connu actuellement chez les gastéropodes[23] et était encore en cours en 2009. Les participants à ce projet sont le "Biomphalaria glabrata Genome Initiative" et le Genome Center à l'université Washington à Saint-Louis[21].

Les chromosomes de l'escargot sont de petite taille et au nombre de 18 paires[24].

La séquence complète du génome mitochondrial de cette espèce, publiée en 2004[25], est composée de 13 670 nucléotides.

Écologie[modifier | modifier le code]

L'habitat de Biomphalaria glabrata correspond à de petits cours d'eau, des étangs et des marais[13]. Ces escargots peuvent survivre par estivation pendant quelques mois lorsque l'habitat est asséché[26] comme, par exemple, dans les canaux d'irrigations des plantations de bananes à Sainte-Lucie[27].

Biomphalaria glabrata peut aussi survivre jusqu'à 16 heures dans une eau dépourvue d'oxygène en utilisant un système de respiration anaérobie[28].

Comme d'autres espèces, cet escargot est sensible à la lumière et peut-être perturbé par l'utilisation d'une photopériode artificielle[29].

Régime alimentaire[modifier | modifier le code]

Biomphalaria glabrata se nourrit de biofilms bactériens, d'algues, de diatomées et de macrophytes en décomposition[14].

Ils peuvent être nourris à l'aide de nourriture pour poisson et de laitue lorsqu'ils sont maintenus en élevage[10].

Répartition[modifier | modifier le code]

Biomphalaria glabrata est une espèce néotropicale[3]. Sa répartition d'origine inclut la Caraïbe: Puerto Rico[18], la République dominicaine[30], Sainte-Lucie[31], Haïti (première observation en 1891)[32] la Martinique, la Guadeloupe[33], Antigua, Vieques, Saint-Martin, Saint-Christophe, Curaçao, la Dominique (où il a probablement été remplacé par d'autres espèces de Biomphalaria ou bien éradiqué)[34], Montserrat et l'Amérique du Sud : Vénézuela, Suriname, Guyane française et Brésil[6].

Cette espèce a récemment étendu sa répartition[3] mais celle-ci reste relativement limitée à la Caraïbe en raison de la compétition avec des espèces non indigènes et des changements environnementaux[35].

Il peut conquérir de nouveaux territoires lors des périodes d'inondation [21].

Prédateurs[modifier | modifier le code]

L'escargot d'eau douce Marisa cornuarietis est un prédateur de Biomphalaria glabrata: il se nourrit d'œufs, d'escargots juvéniles et d'adultes[36]. Il peut aussi être un compétiteur[36].

Compétiteurs[modifier | modifier le code]

Melanoides tuberculata est considéré comme le compétiteur de Biomphalaria glabrata mais toutes les interactions interspécifiques ne sont pas encore complètement comprises[37]. Bien qu'il y ait des résultats contradictoires issus de nombreux pays[37] et malgré une situation imprévisible et de possibles dommages écologiques pouvant en résulter, Melanoides tuberculata est néanmoins utilisé dans le but de contrôler voire de réduire les populations de Biomphalaria glabrata au Brésil[37], dans les Antilles[31] et au Venezuela.

Phylogénie[modifier | modifier le code]

L'ancêtre de Biomphalaria glabrata colonisa l'Afrique et engendra par spéciation toutes les espèces de Biomphalaria africaines[38].

Voici un cladogramme représentant les relations phylogénétiques des espèces du genre Biomphalaria[38] :

Biomphalaria





Espèces africaines 



Biomphalaria stanleyi



Biomphalaria pfeifferi




Biomphalaria camerunensis



Complexe des espèces nilotiques 



Biomphalaria sudanica



Biomphalaria choanomphala




Biomphalaria alexandrina




Biomphalaria smithi





Biomphalaria glabrata






Complexe Biomphalaria straminea 


Biomphalaria kuhniana



Biomphalaria straminea





Biomphalaria straminea



Biomphalaria intermedia






Biomphalaria amazonica



Biomphalaria sp.






Biomphalaria tenagophila



Biomphalaria occidentalis







Biomphalaria prona



Biomphalaria andecola




Biomphalaria sp. (? Biomphalaria havanensis)








Biomphalaria sp. (? Biomphalaria havanensis)



Biomphalaria temascalensis




Biomphalaria obstructa





Biomphalaria helophila




Biomphalaria peregrina




Biomphalaria schrammi



Symbiotes[modifier | modifier le code]

Parasites[modifier | modifier le code]

Biomphalaria glabrata est l'hôte intermédiaire du parasite Schistosoma mansoni en Ameréque, ce qui en fait le vecteur de la schistosomiase[1].

En recherche medicale, la population de Biomphalaria glabrata la plus communément utilisée pour maintenir Schistosoma mansoni est une souche albinos. Elle est issue d'individus présentant cette mutation apparus lors des recherches de Newton (1955)[39]. Non seulement la variété albinos est plus sensible à l'infestation par Schistosoma mansoni mais l'absence de pigment permet également d'utiliser des loupes à dissection afin d'observer le développement du parasite à l'intérieur de l'escargot. Le pigment noir normalement trouvé chez les escargots prélevés dans le milieu naturel rend cette observation particulièrement difficile[1].

Un autre trématode est aussi un parasite naturel de Biomphalaria glabrata:

D'autres parasites se développent de façon expérimentale chez cet escargot :

Interactions avec les schistosomes[modifier | modifier le code]

Schistosoma mansoni infeste les escargots juvéniles de Biomphalaria glabrata plus facilement que les adultes[21]. S. mansoni entraîne une castration parasitique des individus infesté[21].

Les interactions entre l'escargot et le schistosome sont complexes et il existe un besoin urgent de déterminer les voies impliquées dans cette relation hôte-symbiote et d'identifier les facteurs impliqués à la fois dans le système de défense de l'escargot et dans les mécanismes de virulence du trématode qui détermine le succès ou l'échec de l'infestation[1].

Les mollusques, comme tous les invertébrés, ne possèdent pas de réel système immunitaire adaptatif à l'image de celui présent chez les vertébrés. Ils utilisent de nombreux mécanismes issus de l'immunité innée impliquant l'intervation de cellules et de facteurs humoraux (facteurs acellulaires présents dans l'hémolymphe) qui permettent la reconnaissance et la destruction des agents pathogènes ou des parasites chez les escargots incompatibles ou résistants. Cependant, la familles assez diversifiée des fibrinogen-related proteins (ou FREPs) possédant des domaines de type immunoglobuline a été identifié chez Biomphalaria glabrata et semble jouer un rôle dans la défense de l'escargot. Les hémocytes (cellules de type macrophage) circulants dans l'hémolymphe du mollusque sont connus pour s'agréger en réponse à une blessure, phagocyte de petites particules (bactéries et champignons) et encapsule les plus grosses comme les parasites. Les dernières étapes de l'élimination impliquent des mécanismes de cytotoxicité induit par les hémocytes faisant appel à des réactions oxydantes et de détoxification, produits par les enzymes lysosomale et les intermédiaires d'espèces réactives de l'oxygènes (ROS pour reactive oxygen species)' et de l'azote (RNS pour reactive nitrogen species). Certains allèles de la superoxyde dismutase cuivre/zinc cytosolique (SOD1) ont été associés au phénotype de résistance suggérant que les réactions d'oxydation sont d'une grande importance dans la défense interne de l'escargot[1].

Commensaux[modifier | modifier le code]

Deux symbiotes unicellulaires ont été découverts dans l'hémolymphe de Biomphalaria glabrata : Nuclearia sp.[47] en 1979 et Capsaspora owczarzaki en 2002[48]. Ce dernier semble être associé aux lignées d'escargots résistants à S. mansoni[48]. Ces deux symbiotes pourraient jouer un rôle dans cette résistance en phagocytant les sporocystes primaires, stade larvaire intra-molluscal de S. mansoni[48],[49].

Toxicologie[modifier | modifier le code]

La dose létale absolue (DL100) de glucose/mannose-binding lectines issues des plantes Canavalia brasiliensis, Cratylia floribunda, Dioclea guianensis, Dioclea grandiflora et Dioclea virgata pour les adultes Biomphalaria glabrata est de 50 μg.mL−1[50].

Le latex de Euphorbia conspicua est toxique pour les adultes de Biomphalaria glabrata[51].

Quatre espèces du genre Solanum se trouvant au Brésil sont toxiques pour Biomphalaria glabrata[52].

Quelques espèce d'Annona sont toxiques pour les adultes Biomphalaria glabrata et leurs œufs[53].

Attention, certaines espèces peuvent être très dangereuses pour l'homme comme pour l'animal. Il est donc important de bien observer l'animal avant de le manipuler.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) El-Ansary A. & Al-Daihan S., « Important aspects of Biomphalaria snail-schistosome interactions as targets for antischistosome drug. », Medical science monitor : international medical journal of experimental and clinical research, vol. 12, no 12,‎ 2006, RA282-292 (ISSN 1234-1010, PMID 17136018)
  2. (en) Crompton DW., « How much human helminthiasis is there in the world? », The Journal of parasitology, vol. 85, no 3,‎ 1999, p. 397-403 (ISSN 0022-3395, PMID 10386428, lire en ligne)
  3. a, b et c (en) Pointier JP., David P. & Jarne P., « Biological invasions: the case of planorbid snails. », Journal of helminthology, vol. 79, no 3,‎ 2005, p. 249-56 (ISSN 0022-149X, PMID 16153319, DOI 10.1079/JOH2005292)
  4. (en) Mitta G., Adema CM., Gourbal B., Loker ES. & Theron A., « Compatibility polymorphism in snail/schistosome interactions: From field to theory to molecular mechanisms. », Developmental and comparative immunology, vol. 37, no 1,‎ 2011, p. 1-8 (ISSN 1879-0089, PMID 21945832, DOI 10.1016/j.dci.2011.09.002)
  5. a et b (en) Say T., « Account of two new genera, and several new species, of fresh water and land shells », Journal of the Academy of Natural Sciences of Philadelphia, vol. 2,‎ 1818, p. 276-84 (lire en ligne)
  6. a, b et c (en) Paraense WL., « The schistosome vectors in the Americas. », Memórias do Instituto Oswaldo Cruz, vol. 96 Suppl,‎ 2001, p. 7-16 (ISSN 0074-0276, PMID 11586421, DOI 10.1590/S0074-02762001000900002)
  7. (en) Baeza Garcia A., Pierce RJ., Gourbal B., Werkmeister E., Colinet D., Reichhart JM., Dissous C. & Coustau C., « Involvement of the cytokine MIF in the snail host immune response to the parasite Schistosoma mansoni. », PLoS pathogens, vol. 6, no 9,‎ 2010, e1001115 (ISSN 1553-7374, PMID 20886098, DOI 10.1371/journal.ppat.1001115)
  8. a et b (en) Hasse B., Ehrenberg H., Marxen JC., Becker W. & Epple M., « Calcium carbonate modifications in the mineralized shell of the freshwater snail Biomphalaria glabrata. », Chemistry (Weinheim an der Bergstrasse, Germany), vol. 6, no 20,‎ 2000, p. 3679-85 (ISSN 0947-6539, PMID 11073237)
  9. a, b, c, d, e et f (en) Neues F. & Epple M., « X-ray Microcomputer Tomography for the Study of Biomineralized Endo- and Exoskeletons of Animals. », Chemical Reviews, vol. 108, no 11,‎ 2008, p. 4734-41 (DOI 10.1021/cr078250m, lire en ligne)
  10. a et b (en) Marxen JC., Prymak O., Beckmann F., Neues F. & Epple M., « Embryonic shell formation in the snail Biomphalaria glabrata: a comparison between scanning electron microscopy (SEM) and synchrotron radiation micro computer tomography (SRµCT). », Journal of Molluscan Studies, vol. 74, no 1,‎ 2008, p. 19-26 (DOI 10.1093/mollus/eym044, lire en ligne)
  11. (en) Sullivan JT. & Cheng TC., « Structure and function of the mantle cavity of Biomphalaria glabrata (Mollusca: Pulmonata). », Transactions of the American Microscopical Society, vol. 93, no 3,‎ 1974, p. 416-20 (ISSN 0003-0023, PMID 4854431, lire en ligne)
  12. (en) Jurberg P., Cunha RA. & Rodrigues ML., « Behavior of Biomphalaria glabrata Say, 1818 (Gastropoda: Planorbidae) - I. Morphophysiology of the Mantle Cavity », Memórias do Instituto Oswaldo Cruz, vol. 92, no 2,‎ 1997, p. 287-95 (lire en ligne)
  13. a, b, c et d (en) Häderer IK., Werminghausen J., Michiels NK., Timmermeyer N. & Anthes N., « No effect of mate novelty on sexual motivation in the freshwater snail Biomphalaria glabrata. », Frontiers in zoology, vol. 6,‎ 2009, p. 23 (ISSN 1742-9994, PMID 19818155, DOI 10.1186/1742-9994-6-23)
  14. a, b, c, d, e et f (en) « What is Biomphalaria glabrata? », sur UNM Biology Department Home Page (consulté le 20 novembre 2009)
  15. (en) Townsend CR., « Mucus trail following by the snail Biomphalaria glabrata (Say) », Animal Behaviour, vol. 22, no 1,‎ 1974, p. 170-7 (DOI 10.1016/S0003-3472(74)80066-7)
  16. (en) Trigwell JA., Dussart GBJ. & Vianey-Liaud M., « Pre-copulatory behaviour of the freshwater hermaphrodite snail Biomphalaria glabrata (Say, 1818) (Gastropoda: Pulmonata) », Journal of Molluscan Studies, vol. 63,‎ 1997, p. 116-20 (DOI 10.1093/mollus/63.1.116)
  17. (en) Vianey-Liaud M., « Bias in the production of heterozygous pigmented embryos from successively mated Biomphalaria glabrata (Gastropoda: Planorbidae) albino snails », Malacological Review, vol. 63,‎ 1995, p. 97-106
  18. a, b et c (en) Pimentel D., « Life history of Australorbis glabratus, the intermediate snail host of Schistosoma mansoni in Puerto Rico. », Ecology, vol. 38, no 4,‎ 1957, p. 576-80
  19. (en) Yousif F., Ibrahim A., Abdel Kader A. & el-Bardicy S., « Invasion of the Nile Valley in Egypt by a hybrid of Biomphalaria glabrata and Biomphalaria alexandrina, snail vectors of Schistosoma mansoni. », Journal of the Egyptian Society of Parasitology, vol. 28, no 2,‎ 1998, p. 569-82 (ISSN 0253-5890, PMID 9707685)
  20. (en) Lotfy WM., DeJong RJ., Black BS. & Loker ES., « Specific identification of Egyptian Biomphalaria species and possible hybrids using the polymerase chain reaction based on nuclear and mitochondrial loci. », Molecular and cellular probes, vol. 19, no 1,‎ 2005, p. 21-5 (ISSN 0890-8508, PMID 15652216, DOI 10.1016/j.mcp.2004.08.003)
  21. a, b, c, d, e et f (en) « 'Genome Center à l'université Washington à Saint-Louis. » (consulté le 21 novembre 2011)
  22. (en) Gregory TR., « Genome size estimates for two important freshwater molluscs, the zebra mussel (Dreissena polymorpha) and the schistosomiasis vector snail (Biomphalaria glabrata). », Genome / National Research Council Canada = Génome / Conseil national de recherches Canada, vol. 46, no 5,‎ 2003, p. 841-4 (ISSN 0831-2796, PMID 14608401, DOI 10.1139/g03-069)
  23. (en) Knight M., Adema CM., Raghavan N., Loker ES., Lewis FA. & Tettelin H., « Obtaining the genome sequence of the mollusc Biomphalaria glabrata: a major intermediate host for the parasite causing human schistosomiasis. », National Human Genome Research Institute,‎ 2003, p. 1-8 (lire en ligne)
  24. (en) Goldman MA., Loverde PT., Chrisman CL., & Franklin DA., « Chromosomal evolution in planorbid snails of the genera Bulinus and Biomphalaria. », Malacologia, vol. 25, no 1,‎ 2003, p. 427-446 (lire en ligne)
  25. (en) DeJong RJ., Emery AM. & Adema CM., « The mitochondrial genome of Biomphalaria glabrata (Gastropoda: Basommatophora), intermediate host of Schistosoma mansoni. », The Journal of parasitology, vol. 90, no 5,‎ 2004, p. 991-7 (ISSN 0022-3395, PMID 15562597, DOI 10.1645/GE-284R)
  26. (en) Majoros G., Fehér Z., Deli T. & Földvári G., « Establishment of Biomphalaria tenagophila snails in Europe. », Emerging Infectious Diseases, vol. 14, no 11,‎ 2008, p. 1812-4 (ISSN 1080-6059, PMID 18976582)
  27. (en) Sturrock RF., « Distribution of the snail Biomphalaria glabrata, intermediate host of Schistosoma mansoni, within a St Lucian field habitat. », Bulletin of the World Health Organization, vol. 52, no 3,‎ 1975, p. 267-72 (ISSN 0042-9686, PMID 1084797, lire en ligne)
  28. (en) Brand TV., Baernstein HD. & Mehlman B., « Studies on the anaerobic metabolism and the aerobic carbohydrate consumption of some fresh water snails. », The Biological bulletin, vol. 98, no 3,‎ 1950, p. 266-76 (ISSN 0006-3185, PMID 15420230, lire en ligne)
  29. (en) Pimentel-Souza F., Schall VT., Lautner R. Jr., Barbosa NDC., Schettino M. & Fernandes N., « Behavior of Biomphalaria glabrata (Gastropoda: Pulmonata) under different lighting conditions. », Canadian Journal of Zoology, no 62,‎ 1984, p. 2328-34 (DOI 10.1139/z84-340)
  30. (en) Steffey EP. & Howland D., « Isoflurane potency in the dog and cat. », American journal of veterinary research, vol. 38, no 11,‎ 1977, p. 1833-6 (ISSN 0002-9645, PMID 931167)
  31. a et b (en) Pointier JP., « The introduction of Melanoides tuberculata (Mollusca: Thiaridae) to the island of Saint Lucia (West Indies) and its role in the decline of Biomphalaria glabrata, the snail intermediate host of Schistosoma mansoni. », Acta tropica, vol. 54, no 1,‎ 1993, p. 13-8 (ISSN 0001-706X, PMID 8103624)
  32. (en) Raccurt CP., Sodeman WA., Rodrick GL. & Boyd WP., « Biomphalaria glabrata in Haiti. », Transactions of the Royal Society of Tropical Medicine and Hygiene, vol. 79, no 4,‎ 1985, p. 455-7 (ISSN 0035-9203, PMID 4082255)
  33. (en) Sturrock RF., « Ecological notes on habitats of the freshwater snail Biomphalaria glabrata, intermediate host of Schistosoma mansoni on St. Lucia, West Indies. », Caribbean Journal of Science, vol. 14, no 3-4,‎ 1974, p. 149-162 (lire en ligne)
  34. (en) Will KR., Robert T., Dillon Jr. & Gregory A. Dasch, « Freshwater snails (Mollusca: Gastropoda) from the Commonwealth of Dominica with a discussion of their roles in the transmission of parasites. », American Malacological Bulletin, vol. 24, no 1,‎ 2008, p. 59-63 (DOI 10.4003/0740-2783-24.1.59)
  35. (en) Morgan JA., Dejong RJ., Snyder SD., Mkoji GM. & Loker ES., « Schistosoma mansoni and Biomphalaria: past history and future trends. », Parasitology, vol. 123 Suppl,‎ 2001, S211-28 (ISSN 0031-1820, PMID 11769285)
  36. a et b (en) Ruiz-Tibén E., Palmer JR. & Ferguson F., « Biological control of Biomphalaria glabrata by Marisa cornuarietis in irrigation ponds in Puerto Rico. », Bulletin of the World Health Organization, vol. 41, no 2,‎ 1969, p. 329-33 (ISSN 0042-9686, PMID 5308710, lire en ligne)
  37. a, b et c (en) Giovanelli A., Vieira MV. & da Silva CLPAC., « Interaction Between The Intermediate Host Of Schistosomiasis In Brazil, Biomphalaria Glabrata (Say, 1818) And A Possible Competitor, Melanoides Tuberculata (Müller, 1774): A Field Study. », Memórias do Instituto Oswaldo Cruz, vol. 97, no 2,‎ 2002, p. 363-69 (lire en ligne)
  38. a et b (en) DeJong RJ., Morgan JA., Paraense WL., Pointier JP., Amarista M., Ayeh-Kumi PF., Babiker A., Barbosa CS., Brémond P., Pedro Canese A. et al'., « Evolutionary relationships and biogeography of Biomphalaria (Gastropoda: Planorbidae) with implications regarding its role as host of the human bloodfluke, Schistosoma mansoni. », Molecular Biology and Evolution, vol. 18, no 12,‎ 2001, p. 2225-39 (ISSN 0737-4038, PMID 11719572, lire en ligne)
  39. (en) Newton WL., « The establishment of a strain of Australorbis glabratus which combines albinism and high susceptibility to infection with Schistosoma mansoni. », Journal of Parasitology, vol. 41,‎ 1955, p. 526-28 (PMID 11719572)
  40. (en) Basch PF. & Sturrock RF., « Life History of Ribeiroia marini (Faust et Hoffman, 1934) comb. n. (Trematoda: Cathaemasiidae) », Journal of Parasitology, vol. 55, no 6,‎ 1969, p. 1180-4
  41. (en) Barçante TA., Barçante JM., Dias SR. & Lima Wdos S., « Angiostrongylus vasorum (Baillet, 1866) Kamensky, 1905: emergence of third-stage larvae from infected Biomphalaria glabrata snails. », Parasitology research, vol. 91, no 6,‎ 2003, p. 471-5 (ISSN 0932-0113, PMID 14557873, DOI 10.1007/s00436-003-1000-9)
  42. (en) Schneck JL. & Fried B., « Effects of snail size on encystment of Echinostoma caproni in juvenile Biomphalaria glabrata (NMRI strain) and observations on the survival of infected snails. », Journal of helminthology, vol. 78, no 3,‎ 2004, p. 277-9 (ISSN 0022-149X, PMID 15469634, DOI 10.1079/JOH2004235)
  43. (en) DeGaffé G. & Loker ES., « Susceptibility of Biomphalaria glabrata to infection with Echinostoma paraensei: correlation with the effect of parasite secretory-excretory products on host hemocyte spreading. », Journal of invertebrate pathology, vol. 71, no 1,‎ 1998, p. 64-72 (ISSN 0022-2011, PMID 9446739, DOI 10.1006/jipa.1997.4710)
  44. (en) Anderson JW. & Fried B., « Experimental infection of Physa heterostropha, Helisoma trivolvis, and Biomphalaria glabrata (Gastropoda) with Echinostoma revolutum (Trematoda) Cercariae. », The Journal of parasitology, vol. 73, no 1,‎ 1987, p. 49-54 (ISSN 0022-3395, PMID 3572665)
  45. (en) Fried B., Idris N. & Ohsawa T., « Experimental infection of juvenile Biomphalaria glabrata with cercariae of Echinostoma trivolvis. », The Journal of parasitology, vol. 81, no 2,‎ 1995, p. 308-10 (ISSN 0022-3395, PMID 7707214)
  46. (en) Zakikhani M., Smith JM. & Rau ME., « Effects of Plagiorchis elegans (Digenea: Plagiorchiidae) infection of Biomphalaria glabrata (Pulmonata: Planorbidae) on a challenge infection with Schistosoma mansoni (Digenea: Schistosomatidae). », The Journal of parasitology, vol. 89, no 1,‎ 2003, p. 70-5 (ISSN 0022-3395, PMID 12659305, DOI [0070:EOPEDP2.0.CO;2 10.1645/0022-3395(2003)089[0070:EOPEDP]2.0.CO;2])
  47. (en) Stibbs HH., Owczarzak A., Bayne CJ. & DeWan P., « Schistosome sporocyst-killing Amoebae isolated from Biomphalaria glabrata. », Journal of invertebrate pathology, vol. 33, no 2,‎ 1979, p. 159-70 (ISSN 0022-2011, PMID 501126)
  48. a, b et c (en) Hertel LA., Bayne CJ. & Loker ES., « The symbiont Capsaspora owczarzaki, nov. gen. nov. sp., isolated from three strains of the pulmonate snail Biomphalaria glabrata is related to members of the Mesomycetozoea. », International journal for parasitology, vol. 32, no 9,‎ 2002, p. 1183-91 (ISSN 0020-7519, PMID 12117501, DOI 10.1016/S0020-7519(02)00066-8)
  49. (en) Owczarzak A., Stibbs HH. & Bayne CJ., « The destruction of Schistosoma mansoni mother sporocysts in vitro by amoebae isolated from Biomphalaria glabrata: an ultrastructural study. », Journal of invertebrate pathology, vol. 35, no 1,‎ 1980, p. 26-33 (ISSN 0022-2011, PMID 7365267, DOI 10.1016/0022-2011(80)90079-8)
  50. (en) dos Santos AF., Cavada BS., da Rocha BA., do Nascimento KS. & Sant'Ana AE., « Toxicity of some glucose/mannose-binding lectins to Biomphalaria glabrata and Artemia salina. », Bioresource technology, vol. 101, no 2,‎ 2009, p. 794-8 (ISSN 1873-2976, PMID 19765980, DOI 10.1016/j.biortech.2009.07.062)
  51. (en) dos Santos AF., de Azevedo DP., dos Santos Mata Rda C., de Mendonça DI. & Sant'Ana AE., « The lethality of Euphorbia conspicua to adults of Biomphalaria glabrata, cercaria of Schistosoma mansoni and larvae of Artemia salina. », Bioresource technology, vol. 98, no 1,‎ 2006, p. 135-9 (ISSN 0960-8524, PMID 16458000, DOI 10.1016/j.biortech.2005.11.020)
  52. (en) Silva TM., Câmara CA., Agra Mde F., de Carvalho MG., Frana MT., Brandoline SV., da Silva Paschoal L. & Braz-Filho R., « Molluscicidal activity of Solanum species of the Northeast of Brazil on Biomphalaria glabrata. », Fitoterapia, vol. 77, no 6,‎ 2006, p. 449-52 (ISSN 0367-326X, PMID 16842935, DOI 10.1016/j.fitote.2006.05.007)
  53. (en) dos Santos AF. & Sant'Ana AE., « Molluscicidal properties of some species of Annona. », Phytomedicine : international journal of phytotherapy and phytopharmacology, vol. 8, no 2,‎ 2001, p. 115-20 (ISSN 0944-7113, PMID 11315753)

Liens externes[modifier | modifier le code]