Biomorphisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Biomorphisme est une tendance artistique qui se manifeste au cours de la première moitié du XXe siècle. Il possède des affinités avec le Surréalisme et l'art nouveau. Contrairement au surréalisme, il ne désigne pas un groupement artistique, il n'a eu ni chef de file ni manifeste.

Les œuvres de cette tendance ont l'aspect de la vie, elles sont dotées de formes végétales, animales ou humaines. Visuellement les courbes et les lignes souvent irrégulières sont omniprésentes et marquent le changement ; les œuvres abstraites précédentes étant plus rigides et orthogonales.

Alfred Cort Haddon utilise le mot « Biomorphisme » pour la première fois dans son ouvrage « Evolution in art » publié en 1895. Le terme est pendant longtemps resté dans une tradition intellectuelle anglo-américaine. Son acceptation en France est lente pour diverses raisons.

La période est saturée de noms de mouvements tels que naturalisme, impressionnisme, pointillisme, post-impressionnisme, expressionnisme, fauvisme, cubisme, constructivisme, super-réalisme. Lorsque le Biomorphisme apparaît, les néologismes sont préférés à la conception de nouveaux mots. On préfère souvent employer le terme « Organique ».

Également, on note une tendance à l'introspection et à la délimitation des courants artistiques, le Biomorphisme apparaît comme une forme d'abstraction hybride ou imparfaite.

« L'art est un fruit qui pousse dans l'homme, comme un fruit sur une plante ou l'enfant dans le sein de sa mère. Mais tandis que le fruit de la plante prend des formes autonomes et ne ressemble jamais a un aérostat ou a un président en habit, le fruit artificiel de l'homme fait preuve la plupart du temps d'une ressemblance ridicule avec l'aspect d'autre chose. La raison suggère a l'homme qu'il est au-dessus de la nature, qu'il est la mesure de toutes choses. Ainsi l'homme pense pouvoir engendrer contre les lois de la nature tandis qu'il crée des monstres. [...] J'aime la nature, mais non ses succédants. L'art illusionniste est un succédant de la nature. » [1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ARP, Hans, À propos de l'art abstrait, Cahiers d'Art, Paris, 1931, n7-8 p.358.