Binjamin Wilkomirski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Binjamin Wilkomirski est un pseudonyme adopté par Bruno Grosjean/Dössekker (né le 12 février 1941 à Bienne, Suisse), pour signer un livre dans lequel il prétend être un survivant de l’Holocauste.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1995, Binjamin Wilkomirski, un musicien et fabricant d'instruments de musique suisse, publie un livre de souvenirs, Bruchstücke. Aus einer Kindheit 1939–1948 (Fragments : une enfance 1939-1948). Il y décrit son enfance durant l’occupation nazie en passant par ses cachettes dans la campagne polonaise et son internement dans deux différents camps nazis (Majdanek et Auschwitz). Après la libération, il a été placé dans un orphelinat à Cracovie où sa mère le retrouve et l’amène avec elle en Suisse.

Le livre publié en allemand par Jüdischer Verlag a été très vite traduit dans neuf langues. Il a reçu des critiques admiratives comparant l’auteur à celles d'Elie Wiesel, Primo Levi ou Anne Frank. Wilkomirski a été invité à des nombreuses émissions comme témoin et expert de la Shoah et a reçu trois importants prix littéraires dont National Jewish Book Award, et le Prix Mémoire de la Shoah.

Cependant, en 1998, la presse suisse commence à s’interroger sur les incohérences dans le récit de Wilkomirski. Daniel Ganzfried soutient alors dans l'hebdomadaire suisse Weltwoche que Wilkomirski a connu les camps d'extermination allemands « seulement comme touriste » et qu’il n’est pas né en Lettonie mais en Suisse d’une mère célibataire, Yvonne Grosjean. Il a été placé dans un orphelinat non pas à Cracovie mais en Suisse alémanique à Adelboden, où il a été adopté par les Dössekker, un couple sans enfant de Zurich. Grosjean / Dössekker a nié ces accusations. L’éditeur des mémoires a chargé l'historien suisse Stefan Maechler de la vérification des faits. En 1999, l’historien a confirmé entièrement les propos de Ganzfried.

Fin 1999, les éditeurs retirent l'ouvrage de Wilkomirski/Grosjean/Dössekker de la vente[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Binjamin Wilkomirski, Bruchstucke: Aus einer Kindheit 1939-1948, Judischer Verlag, 1995 (ISBN 978-3-63354100-3)
  • Binjamin Wilkomirski, Fragments. Une Enfance, 1939-1948, traduit de l'allemand par Léa Marcou, France Loisirs, 1998, (ISBN 978-2-7441-1579-0)
  • (en) Binjamin Wilkomirski, Fragments. Memories of a Childhood, 1939–1948. Translated from the German by Carol Brown Janeway. New York: Schocken Books, 1996.

Études sur Binjamin Wilkomirski[modifier | modifier le code]

  • Blake Eskin, Life in Pieces: The Making and Unmaking of Binjamin Wilkomirski, New York and London: Norton, 2002 (ISBN 0-393-04871-3)
  • Daniel Ganzfried, Die Holocaust-Travestie. Erzählung. in: Sebastian Hefti (ed.), ... alias Wilkomirski. Die Holocaust-Travestie. Jüdische Verlagsanstalt, Berlin 2002, p. 17–154 (ISBN 3-934658-29-6)
  • Stefan Maechler, The Wilkomirski Affair: A Study in Biographical Truth, Translated from the German by John E. Woods. Including the text of Fragments, New York: Schocken Books, 2001 (ISBN 0-8052-1135-7)
  • Stefan Maechler, Wilkomirski the Victim. Individual Remembering as Social Interaction and Public Event. In: History & Memory, vol. 13, no. 2, fall / winter 2001, p. 59–95
  • Stefan Maechler, Aufregung um Wilkomirski. Genese eines Skandals und seine Bedeutung. In: Diekmann / Schoeps (eds.), Das Wilkomirski-Syndrom. Eingebildete Erinnerungen oder Von der Sehnsucht, Opfer zu sein. Pendo: Zurich and Munich, 2002, p. 86–131 (ISBN 3-85842-472-2)
  • David Oels, A real-life Grimm’s fairy tale. Korrekturen, Nachträge, Ergänzungen zum Fall Wilkomirski. In: Zeitschrift für Germanistik, N.F. 14 (2004) vol. 2, p. 373-390.
  • Elena Lappin, L'Homme qui avait deux têtes, traduit de l'anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat. L'Olivier, 128 pp.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'affaire Wilkomirski, NATALIE LEVISALLES, liberation.fr, 2 marss 2000

Liens externes[modifier | modifier le code]