Billy (Allier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Billy.
Billy
Château de Billy
Château de Billy
Blason de Billy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Allier
Arrondissement Vichy
Canton Varennes-sur-Allier
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier
Maire
Mandat
Jean-Pierre Blanc
2014-2020
Code postal 03260
Code commune 03029
Démographie
Population
municipale
835 hab. (2011)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 14′ 14″ N 3° 25′ 48″ E / 46.2372222222, 3.4346° 14′ 14″ Nord 3° 25′ 48″ Est / 46.2372222222, 3.43  
Altitude Min. 235 m – Max. 375 m
Superficie 10,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Billy

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Billy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Billy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Billy

Billy est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne. Elle fait partie de l’aire urbaine de Vichy.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Billy est située au nord de l'agglomération de Vichy et membre de la communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier depuis sa création en 2001, dont son chef-lieu est localisé à 11,6 km au sud[1]. Elle fait partie du canton de Varennes-sur-Allier dont son chef-lieu est situé à 8,8 km au nord, jusqu'en 2015 ; le redécoupage des cantons appliqué par un décret de 2014 le placera dans le canton de Saint-Pourçain-sur-Sioule où son bureau centralisateur est situé à 13,4 km au nord-ouest[2]. Elle est limitrophe avec six communes (les communes en italique sont indiquées à titre de repère) :

Rose des vents Saint-Pourçain-sur-Sioule Varennes-sur-Allier,
Créchy
Sanssat Rose des vents
Marcenat N Saint-Félix
O    Billy[3],[1]    E
S
Saint-Germain-des-Fossés,
Cusset, Vichy
Seuillet

Principaux lieux-dits : Chalus, Grand Poénat, la Paroisse, le Pavé[3].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La ville est classée dans la zone de sismicité faible comme la majorité des communes du département classées dans cette zone[4],[5].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Billy est traversée par la rive droite de l'Allier, ainsi que les ruisseaux du Beaupoirier et de la Charondière[3].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Billy est desservie par la route nationale 209, à quinze kilomètres au nord de Vichy et à 10 km au sud de Varennes-sur-Allier. Cependant, de nombreux poids lourds transitaient par le bourg, ce qui aggrave la qualité de vie des riverains. En 2009, la desserte Nord visant à contourner ce village n'était pas inscrite au programme de modernisation des itinéraires, ce qui a poussé le maire à prendre des mesures drastiques en association avec l'État (DIR Centre-Est, gestionnaire de la RN 209) et le Conseil général de l'Allier, gestionnaire de la RD 907 reliant Lapalisse au nord de Vichy, en interdisant la circulation des poids lourds dans le sens Varennes → Vichy, sauf pour la desserte locale de la zone d'activités du Coquet, à Saint-Germain-des-Fossés. L'arrêté municipal a été appliqué le 5 juin 2009. En effet, Billy souhaite décrocher le label « Les Plus Beaux Villages de France »[6]. Les poids-lourds sont redirigés par Saint-Gérand-le-Puy et Périgny via la nationale 7 et la RD 907.

D'autres départementales desservent le village ou un lieu-dit[3] :

La ligne de Moret - Veneux-les-Sablons à Lyon-Perrache passe par la commune de Billy ; aucun train ne s'arrête. Électrifiée en 25 kV 50 Hz en 1989, une sous-station est implantée au sud de la commune. Cependant, il a existé une gare (Billy - Marcenat)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village de Billy était nommé Billay puis Billy en 1467, son orthographe provient d'un nom de personne gaulois Bilius et du suffixe -acos[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines et caractéristiques du site[modifier | modifier le code]

Le site de Billy où s’est constitué le village actuel fut probablement occupé par l’Homme dès l’époque gauloise (peut-être même avant) ou gallo-romaine à cause de ses atouts géographiques. Les découvertes archéologiques combinées à l’étude de la toponymie ainsi qu'à une réflexion sur le site paroissial attestent d’une occupation antique du type villa ou simple(s) établissement(s) agricole(s) avec dépendances. Les zones qui contiennent les plus importantes traces se situent vers le lieu-dit Fontcroze, la Paroisse, le Pavé (plus généralement à proximité de l’ancienne voie romaine) et les berges de l'Allier.

La partie est de la commune semble donc, à première vue, contenir les traces d’occupations les plus anciennes ou du moins celles-ci apparaissent de manière dense et significative. En analysant la morphologie du site dans sa globalité, on remarque que le village de Billy s’est principalement développé autour de deux pôles : l’église paroissiale Saint-Cyr et Sainte-Julitte et le château. Cela peut donc signifier qu’un premier noyau de peuplement a pu se former au lieu-dit la Paroisse d’autant plus que l’église, qui occupe une petite butte centrale, possède, d’après ses caractéristiques architecturales et les diverses sources textuelles, une antériorité (fin XIe – début XIIe siècle) sur la forteresse (XIIIe siècle). Cependant, il n’est pas exclu, voire envisageable, qu’un édifice plus ancien que le château actuel, telle une motte castrale, ait occupé le promontoire rocheux qui surplombe la vallée de l’Allier.

Le bourg castral et la paroisse au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Il est probable qu’un premier hameau se soit constitué autour de l’église paroissiale suivi d’un bourg autour du « castrum ». Aussi, à partir du XIIIe siècle, le site de Billy devait se caractériser par cette bipolarité que l’on retrouve notamment sur une carte dressée par Cassini vers 1750. L’influence des seigneurs de Bourbon a alors très vite permis au bourg castral de se développer au point d’acquérir un statut de « ville franche ». En effet, cette dernière devient le siège administratif, judiciaire et économique de la châtellenie ducale. Elle obtient des privilèges issus d’une charte de franchise et peut même s’octroyer le droit d’être ceint d’une muraille. Pourtant, le succès n’est pas entier car jamais la ville de Billy ne réussira à devenir le premier centre religieux à la différence du bourg paroissial doté, par ailleurs, d’un prieuré casadéen, peut-être dès le XIIe siècle. Ainsi, le hameau ecclésial aura résisté tout au long du Moyen Âge à l’influence et à la croissance de la ville franche.

La ville de Billy, ainsi que la paroisse, connaissent une ère de prospérité durant l’époque médiévale grâce à l’influence des différents pouvoirs en place (religieux ou laïques) mais aussi à cause de leur situation géographique qui offre une proximité avec les différentes voies commerciales, qu’elles soient routières ou fluviales. Par ailleurs, la présence de l’Allier donne lieu à l’aménagement d’un port probablement accompagné d’un péage, et participe à la ferveur religieuse avec le culte de saint Nicolas, protecteur des marins et mariniers.

La fin d'un âge d'or et l'annonce d'une nouvelle ère[modifier | modifier le code]

Vers la fin du Moyen Âge, Billy subit quelques contre-coups durant les expéditions menées contre les Grands du royaume par le roi de France Charles VII et son successeur Louis XI. Pourtant, la ville reste un lieu très actif et devient même un foyer religieux important à travers la présence d’une communauté protestante. Mais cela est de courte durée car surviennent alors les guerres de religions, opposant les catholiques aux huguenots qui d’ailleurs assiégeront le bourg en février 1576.

Par la suite, le site de Billy va vivre au rythme des événements et des politiques du royaume. La ville continue d’être le siège de la juridiction châtelaine à la différence près qu’elle ne dépend plus du duché de Bourbon depuis 1527, mais du pouvoir royal. La châtellenie perdure jusqu’à la Révolution française ; c'est en 1790 que la justice et la prison de Billy sont transférées à Cusset.

Avec le temps, le village de Billy ne forme plus qu’une seule et même entité mais pour faire face aux évolutions de notre société, il se cherche de nouveaux atouts pour poursuivre son développement. C’est notamment par le biais du tourisme et la mise en valeur de son patrimoine qu’il reste un foyer très actif.

Le château de Billy qui domine toujours la vallée de l’Allier du haut de son promontoire se visite d’avril à octobre tandis que l’église, qui abrite une crypte des XIe et XIIe siècles, est accessible à tous, toute l’année.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

  • Élections municipales de 2014 au scrutin majoritaire : 15 sièges sont pourvus au conseil municipal au premier tour. Le taux de participation est de 68,88 %[9].
  • Élections européennes de 2014 : la liste FN a recueilli 29,29 % des voix, suivie par la liste UMP (18,93 %) et la liste UG (16,43 %). Le taux de participation est de 46,43 %[10].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jean Mathé PCF  
mars 2008 mars 2014 René Verron    
mars 2014 en cours Jean-Pierre Blanc[11]   Retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 835 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 094 1 120 1 000 1 071 952 985 1 019 1 040 1 042
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 070 994 992 1 013 1 000 982 972 938 929
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
910 942 954 858 906 853 846 886 871
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
820 1 084 912 921 1 007 929 852 835 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue d'une rue du village
  • Château de Billy (XIIIe siècle)
  • L'église de Billy (crypte XIe et XIIe siècles)
  • Le village médiéval, notamment la rue Chabotin bordée de maisons du XVe siècle et la mairie, installée dans l'ancien corps de garde de l'enceinte extérieure.
  • La porte de la ville

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'azur au château d'argent, ouvert et ajouré de sable, accompagné de trois fleurs de lys d'or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Julien Jobard, Billy (03), le pôle castral et paroissial, Mémoire de Maîtrise « Histoire et Archéologie »,‎ 2006-2007, 188 p.
  • Guy Manivière, Billy et ses environs à la fin du XVe siècle : les paroisses de Billy, Saint-Félix, Sanssat, Créchy, Saint-Alyre, sur les pas de nos ancêtres paysans à partir d'un terrier de 1477,‎ 1996, 92 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Billy sur Lion 1906
  2. Décret no 2014-265 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Allier
  3. a, b, c et d Billy sur le Géoportail, IGN
  4. Décret no 2010-1255 du 22 octobre 2010 portant délimitation des zones de sismicité du territoire français
  5. Article D563-8-1 du code de l’environnement
  6. « Contournement : l'exaspération est à son comble », VVA Magazine, Communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier, no 13,‎ octobre 2009, p. 10
  7. Gare de passage : Billy_Marcenat sur massifcentralferroviaire.com (consulté le 18 février 2014).
  8. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz,‎ 1990 (ISBN 978-2-600-02883-7, lire en ligne), « Noms de lieux gaulois en -acos », p. 211
  9. Résultats des élections municipales de 2014, site du Ministère de l'Intérieur
  10. Résultats des élections européennes de 2014, site du Ministère de l'Intérieur
  11. Liste des maires de l'Allier sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 27 septembre 2014).
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011