Billio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Billio
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Pontivy
Canton Saint-Jean-Brévelay
Intercommunalité Saint-Jean-Brévelay Communauté
Maire
Mandat
François Binoist
2014-2020
Code postal 56420
Code commune 56019
Démographie
Gentilé Billiotais
Population
municipale
395 hab. (2011)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 52′ 09″ N 2° 37′ 54″ O / 47.8692, -2.6316666666747° 52′ 09″ Nord 2° 37′ 54″ Ouest / 47.8692, -2.63166666667  
Altitude Min. 81 m – Max. 167 m
Superficie 12,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Billio

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Billio

Billio [biljo] est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne.

Ses habitants se nomment les Billiotais et Billiotaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Billio est un petit territoire, limité au nord par Guéhenno, à l'ouest par Saint-Jean-Brévelay, au sud par Plumelec, et à l'est par Cruguel. Sa superficie est de 1186 hectares, dont la moitié environ est sous landes. Sa constitution est granitique. En 1891, la population comprend 594 habitants. Le bourg est à 7 kilomètres de Saint-Jean-Brévelay, à 24 de Ploërmel, et à 28 de Vannes. Les Celtes ont certainement occupé ce territoire, bien qu'on n'y rencontre plus ni dolmen, ni menhir. Les Romains y ont laissé une forte empreinte. Au sud du bourg, non loin du presbytère et sur un mamelon, se trouve un retranchement, en forme de parallélogramme, dont les grands côtés ont environ 300 pas ; il est bordé de parapets et entouré de douves. Un autre retranchement, d'une forme singulière et d'une époque indéterminée, commence sur les confins sud-est de ce territoire et se prolonge en Plumelec. Les Bretons ont pénétré dans ce pays vers le VIe siècle ; bien que leur langue ne s'y parle plus aujourd'hui, elle y a été commune autrefois, et presque tous les noms de villages sont encore bretons, comme Kergan, Kerjutel, Kerhello, Trévrat, Keruzeau, Kervarin, etc. D'ailleurs la langue bretonne se parle encore à Saint-Jean-Brévelay, qui touche Billio. On est porté à croire que Billio doit son origine à un petit monastère, car son nom était jadis Moustoir-Billiou. Cet établissement, ruiné peut-être par les Normands, a pu être remplacé par une petite paroisse, à la fin du Xe siècle on au commencement du XIème. Cette érection parait avoir été faite aux dépens de Guéhenno, et avoir été mise dès le principe sous le patronage de saint Corentin, évêque de Quimper. Billio figure, comme paroisse distincte, dans les titres du chapitre en 1387 et 1422 ; mais avant la fin du XVe siècle il était uni à Cru­guel. Il n'y eut désormais, jusqu'à la révolution, qu'un recteur pour les deux paroisses unies ; mais il y eut, comme par le passé, deux églises paroissiales et deux presbytères. Le recteur s'intitula : « Recteur de Cruguel et de Billio », et sa résidence fut tantôt dans l'un, tantôt dans l'autre des deux presbytères. Plus tard, le recteur se fixa à Cruguel, ne prit plus que le titre de cette paroisse, et confia Billio à un simple curé résident ; dès lors Billio ne fut plus considéré, mais bien à tort, que comme une simple trêve (Joseph-Marie Le Mené - 1891).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours François Binoist - Instructeur ADS-DDE
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 395 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
430 326 432 472 528 486 506 530 502
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
522 543 545 569 540 600 580 594 570
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
561 582 595 575 582 585 576 516 510
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
473 457 441 437 366 351 339 338 390
2011 - - - - - - - -
395 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011