Billecul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Billecul
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Nozeroy
Intercommunalité Communauté de communes du Plateau de Nozeroy
Maire
Mandat
Gaston Baud
2014-2020
Code postal 39250
Code commune 39055
Démographie
Population
municipale
36 hab. (2011)
Densité 8,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 45′ 23″ N 6° 03′ 06″ E / 46.7563888889, 6.0516666666746° 45′ 23″ Nord 6° 03′ 06″ Est / 46.7563888889, 6.05166666667  
Altitude Min. 780 m – Max. 926 m
Superficie 4,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Franche-Comté
City locator 14.svg
Billecul

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

Voir sur la carte topographique de Franche-Comté
City locator 14.svg
Billecul

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Billecul

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Billecul

Billecul est une commune française située dans le département du Jura en région Franche-Comté. Elle fait partie de la Communauté de communes du Plateau de Nozeroy.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rix Rose des vents
La Favière N Rix
Fraroz
O    Billecul    E
S
Gillois, Arsure-Arsurette

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 27 mai 1364, les habitants de Billecul, Rix-Trebief et Longcochon ont payé amende de 35 florins de Florence pour user des bois de la Haute Joux à Louis de Chalons-Arlay, seigneur de Nozeroy. Ce titre a été confirmé par plusieurs actes dont un jugement rendu, sur appel, par le bailly tenant court à Nozeroy le 15 août 1510.

En 1895, grave épidémie de fièvre typhoïde.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'explication de la toponymie particulière de Billecul proviendrait qu'à une époque, là où se trouve actuellement le mur de la mairie, il y avait une mare aux canards colverts qui plongeaient la tête en billant du cul, comme disaient les gens. Le nom leur est resté. La commune de Billecul fait partie de l'association des communes de France aux noms burlesques et chantants.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971   Bernard Courvoisier    
mars 2001 en cours Gaston Baud[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 36 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
142 150 164 153 179 188 190 176 189
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
194 173 194 174 157 139 153 135 135
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
115 111 106 100 101 91 77 101 85
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
77 64 68 61 44 32 30 30 36
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Oratoire;
  • Tilleuls pluricentenaires.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le 30 juillet 1700 est né à Billecul Claude François Dutronchet. En 1713 son frère aîné Pierre Claude qui était camérier du pape Clément XI obtint de ce dernier l'autorisation de le faire venir à Rome car il avait perdu ses parents. Après ses études, il fut ordonné prêtre le 26 mai 1725 et prit en religion le nom de Jean-Baptiste de Bourgogne. Malade, il fut envoyé à Naples où il décéda le 22 mars 1726. À la suite de plusieurs prodiges, il fut déclaré vénérable. Le 6 janvier 1916, Benoît XV fit un discours sur ses vertus. Le 21 août 1966, un monument à sa mémoire fut inauguré à Billecul.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consulté le 2 mai 2010
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011