Bilan saison par saison des Penguins de Pittsburgh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Penguins de Pittsburgh sont une franchise de hockey sur glace évoluant dans la Ligue nationale de hockey en Amérique du Nord depuis l'expansion de la Ligue en 1967[1].

Depuis leur première saison, les Penguins ont été champions de division à six reprises (1991, 1993, 1994, 1996, 1998 et 2008) et ont participé à quatre finales de la Coupe Stanley : en 1991 contre les North Stars du Minnesota, l’année suivante en 1992 contre les Blackhawks de Chicago et enfin en 2008 et 2009 contre les Red Wings de Détroit. Ils remportent à trois reprises le précieux trophée, en 1991 et 1992 ainsi qu'en 2009 face aux Red Wings contre qui ils ont perdu 4-2 l'année précédente.

Cette page retrace les résultats de l'équipe depuis cette première saison. Certaines saisons sont détaillées par des articles spéciaux, le lien étant donné en dessous des années de saison.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]

Photographie de la bannière en la mémoire de Michel Brière dans le Mellon Arena.
Michel Brière ne joue qu'une saison avec les Penguins mais après sa mort accidentelle, son numéro est retiré par les Penguins.

Les Penguins jouent leur première saison en 1967-1968 sous la direction de George « Red » Sullivan et avec Andy Bathgate en tant que capitaine de l'équipe[2]. La LNH compte alors deux divisions de cinq équipes et les Penguins finissent la saison régulière à l'avant-dernière place de la division Ouest[3], dixièmes sur douze au classement général et éliminés des séries éliminatoires pour la Coupe Stanley[4].

En 1968-1969, Earl Ingarfield devient le nouveau capitaine de l'équipe suite au départ de Bathgate pour les Canucks de Vancouver mais il ne reste pas toute la saison au club, passant aux Seals d'Oakland en cours de la saison et laissant le poste de capitaine vacant[2]. Sullivan est toujours l'entraîneur de l'équipe mais il ne parvient pas à faire mieux que la saison passée avec les mêmes classements[5].

Il est remplacé lors de la préparation de la saison 1969-1970 par Leonard « Red » Kelly qui décide de continuer sans capitaine pour la saison. Cette dernière se termine avec une deuxième place de la division et huitièmes de la LNH[6]. Pour la première fois de l'histoire de la jeune franchise, elle se qualifie pour les séries de la Coupe et élimine en quatre matchs les Seals d'Oakland lors des quart-de-finale. Les Penguins tombent lors du deuxième tour en perdant 4-2 contre les Blues de Saint-Louis, finalistes des deux dernières saisons de la Coupe Stanley[4]. Au cours de cette saison, Michel Brière fait ses débuts dans la LNH après avoir été le vingt-sixième joueur choisit lors du repêchage amateur de la LNH de 1969. Il ne joue qu'une seule saison dans la grande ligue, puisqu'il meurt dans un accident de voiture le 13 avril 1971. Le 5 janvier 2001, les Penguins retirent[Note 1] officiellement le numéro 21 de Michel Brière[7].

Statistiques des années 1960
No  Saison Capitaine(s) Entraîneur(s) Pointeur Saison régulière Séries éliminatoires
 PJ  V   D   N  Pts  BP  BC Pun Classement PJ  V   D   BP  BC Progression
1 1967-1968
Détails
A. Bathgate A. Bathgate G. Sullivan 74 27 34 13 67 195 216 554 Cinquièmes division Ouest Non qualifiés
2 1968-1969 E. Ingarfield G. Sullivan K. Schinkel 76 20 45 11 51 189 252 677 Cinquièmes division Ouest Non qualifiés
3 1969-1970 Vacant L. Kelly D. Prentice 76 26 38 12 64 182 238 1 038 Deuxièmes division Ouest 10 6 4 23 25 victoire 4-0 – Seals d'Oakland
défaite 2-4 – Blues de Saint-Louis

Années 1970[modifier | modifier le code]

Photographie de Peter Mahovlich en tant qu'entraîneur
Peter Mahovlich joue deux saisons avec les Penguins à la fin des années 1970.

Suite à cette première expérience réussie dans les séries, Kelly reste en place pour la saison 1970-1971. Malgré une séance de sept victoires consécutives à domicile entre janvier et février 1971[8], les Penguins connaissent également des difficultés avec une séquence de dix-huit matchs en déplacement sans victoire[9]. Sixièmes de la division Ouest, ils sont éliminés des séries[4].

En 1971-1972, les Penguins renouent avec les séries en terminant quatrièmes de la division Ouest mais ils sont éliminés dès le premier tour par les Black Hawks de Chicago, quatre matchs à zéro[10]. Kelly est toujours l'entraîneur de l'équipe au début de la saison suivante mais en janvier 1973, un jour après que Ken Schinkel ait pris sa retraite de joueur, les dirigeants de Pittsburgh annoncent que Schinkel est nommé troisième entraîneur de l'histoire de l'équipe[11]. Il ne parvient pas pour autant à redresser la barre et les Penguins terminent cinquièmes de la division, premiers non-qualifiés pour les séries éliminatoires[4].

Pour la saison 1973-1974, Schinkel débute derrière le banc de l'équipe et nomme Ron Schock nouveau capitaine de l'équipe. Schinkel voit l'émergence de la Century Line, composée de Syl Apps, Jr., Lowell MacDonald et Jean Pronovost, mais il est remplacé en cours de saison par Marc Boileau. La Century Line inscrit 107 points à elle toute seule mais cela ne suffit pas pour que les Penguins se qualifient pour les séries[12],[13].

En 1974-1975, la LNH compte désormais dix-huit équipes et décide de répartir les différentes équipes en deux conférences de deux divisions chacune. Les Penguins de Pittsburgh sont assignés à la conférence Prince de Galles et dans sa division Norris. Boileau est toujours l'entraîneur de l'équipe et il guide pour la troisième fois les joueurs à une qualification en séries éliminatoires[14]. Le format des séries évolue également et Pittsburgh doit jouer une série au meilleur des trois matchs[Note 2] lors du tour préliminaire, tour qu'ils perdent en deux rencontres contre les Blues[13]. Entre temps, au cours de la saison, Apps participe au Match des étoiles de la LNH et en inscrivant deux buts, il est désigné meilleur joueur[Note 3] de la rencontre[14]. Les Penguins enregistrent la deux-centième victoire de l'équipe lors d'un succès 6-1 contre Chicago le 29 janvier 1975[14].

Lors de la saison 1975-1976, l'équipe est emmenée offensivement par Pierre Larouche et par Apps qui décrochent deux nouveaux records pour la franchise : Larrouche inscrit 53 buts et Apps réalisé 67 passes décisives[15]. Les cent-onze points de Larouche le classent à la cinquième place des meilleurs pointeurs de la saison ; il totalise quatorze points de moins que Guy Lafleur, joueur des Canadiens de Montréal et meneur de la LNH[16]. Une nouvelle fois troisièmes de la division, les Penguins sont éliminés au premier tour par les Maple Leafs de Toronto en remportant le match à l'extérieur et perdant les deux rencontres à domicile[4]. La saison suivante ressemble à cette saison puisque les Penguins terminent troisièmes de la divisions[17] et sont éliminés en trois rencontres par Toronto[4]. Larouche termine deuxième pointeur de l'équipe avec un point de moins que Pronovost[17].

En 1977-1978, les dirigeants engagent Johnny Wilson en tant qu'entraîneur de l'équipe[18] et il décide de confier le poste de capitaine à Pronovost[2]. Ce dernier finit une nouvelle fois meilleur pointeur de l'équipe devant Peter Mahovlich, arrivé au sein de l'équipe en retour de Larouche en novembre[19]. Quatrièmes de la division, les Penguins manquent les séries éliminatoires[19]. Orest Kindrachuk prend le poste de capitaine de l'équipe dès la saison suivante, Pronovost ayant rejoint les Flames d'Atlanta en septembre 1978[20]. Greg Malone est le nouveau meneur offensif de l'équipe alors que celle-ci se classe deuxième de la division Norris. L'équipe élimine lors du tour préliminaire les Sabres de Buffalo en trois matchs et avec une victoire en prolongation dans le match final par un but de George Ferguson[20] ; Pittsburgh est éliminé au deuxième tour en perdant les quatre rencontres contre les Bruins de Boston[4].

Au cours de la saison 1979-1980, en janvier, les Penguins portent pour la première fois de leur histoire un maillot[Note 4] jaune et noir[21]. Troisièmes de leur division, les Penguins sont qualifiés pour les séries de la Coupe Stanley mais ils perdent une nouvelle fois contre les Bruins, 3 matchs à 2[4].

Statistiques des années 1970
No  Saison Capitaine(s) Entraîneur(s) Pointeur Saison régulière Séries éliminatoires
 PJ  V   D   N  Pts  BP  BC Pun Classement PJ  V   D   BP  BC Progression
4 1970-1971 Vacant L. Kelly B. Hextall 78 21 37 20 62 221 240 1 079 Sixièmes division Ouest Non qualifiés
5 1971-1972 Vacant L. Kelly S. Apps 78 26 38 14 66 220 258 978 Quatrièmes division Ouest 4 0 4 8 14 défaite 0-4 – Black Hawks de Chicago
6 1972-1973 Vacant L. Kelly
K. Schinkel
S. Apps 78 32 37 9 73 257 265 866 Cinquièmes division Ouest Non qualifiés
7 1973-1974 R. Schock K. Schinkel
M. Boileau
S. Apps 78 28 41 9 65 242 273 950 Cinquièmes division Ouest Non qualifiés
8 1974-1975 R. Schock M. Boileau R. Schock 80 37 28 15 89 326 289 1 119 Troisièmes division Norris 2 0 2 6 9 victoire 2-0 – Blues de Saint-Louis
défaite 3-4 – Islanders de New York
9 1975-1976 R. Schock M. Boileau
K. Schinkel
P. Larouche 80 35 33 12 82 339 303 1 004 Troisièmes division Norris 3 1 2 3 8 défaite 1-2 – Maple Leafs de Toronto
10 1976-1977 R. Schock K. Schinkel J. Pronovost 80 34 33 13 81 240 252 669 Troisièmes division Norris 3 1 2 10 13 défaite 1-2 – Maple Leafs de Toronto
11 1977-1978 J. Pronovost J. Wilson J. Pronovost 80 25 37 18 68 254 321 1 300 Quatrièmes division Norris Non qualifiés
12 1978-1979 O. Kindrachuk J. Wilson G. Malone 80 36 31 13 85 281 279 1 039 Deuxièmes division Norris 7 3 4 16 25 victoire 2-1 – Sabres de Buffalo
défaite 0-4 – Bruins de Boston
13 1979-1980 O. Kindrachuk J. Wilson R. Kehoe 80 30 37 13 73 251 303 1 038 Troisièmes division Norris 5 2 3 14 21 défaite 2-3 – Bruins de Boston

Années 1980[modifier | modifier le code]

Eddie Johnston est nommé nouvel entraîneur de l'équipe pour la saison 1980-1981 ; au sein de l'équipe plusieurs joueurs se font remarquer au cours de la saison : Paul Gardner devient le premier joueur des Penguins à inscrire quatre buts en un match, Rick Kehoe inscrit un total record de 55 buts[22] et est à la fin de la saison récompensé par le trophée Lady Byng du joueur le plus fair-play de la ligue[23]. Randy Carlyle, défenseur et également deuxième pointeur de l'équipe, est mis en avant en étant sélectionné dans la première équipe d'Étoiles[24] et reçoit le trophée James Norris du meilleur défenseur de la ligue[25]. Quatrièmes de la division, l'équipe est tout de même qualifiée pour les séries[22] mais est éliminée en cinq rencontres par les Blues de Saint-Louis[4].

En 1981-1982, Carlyle devient le nouveau capitaine de Johnston et dans les buts, Michel Dion, est sélectionné pour jouer le 34e Match des étoiles de la LNH. Il totalise vingt-cinq victoires en fin de saison alors que l'équipe se classe une nouvelle fois quatrième de la division[26]. Qualifiés pour les séries, les Penguins sont éliminés en cinq matchs par les Islanders de New York[4], champions en titre de la Coupe Stanley, vainqueur de la saison régulière et futurs vainqueur de la Coupe 1982[27].

Il s'agit de la dernière participation des Penguins aux séries pour des années. En effet, lors de la saison suivante, l'équipe termine à l'avant-dernière place de la LNH[28], Doug Shedden étant le meilleur pointeur de l'équipe sur la saison avec 67 points[29]. En 1983-1984, les Penguins font encore pire puisque Johnston, qui est désormais directeur général de l'équipe, cherche à tout prix à finir dernier de la saison afin de pouvoir choisir en premier lors du repêchage de 1984[Note 5] et de sélectionner la jeune vedette de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Mario Lemieux[30],[31]. Avec 38 points, l'équipe qui est entraînée par Lou Angotti termine bel et bien à la dernière place et engage Lemieux pour de nombreuses années[32].

Statistiques des années 1980
No  Saison Capitaine(s) Entraîneur(s) Pointeur Saison régulière Séries éliminatoires
 PJ  V   D   N  Pts  BP  BC Pun Classement PJ  V   D   BP  BC Progression
14 1980-1981 O. Kindrachuk E. Johnston R. Kehoe 80 30 37 13 73 302 345 1 807 Quatrièmes division Norris 5 2 3 21 20 défaite 2-3 – Blues de Saint-Louis
15 1981-1982 R. Carlyle E. Johnston R. Kehoe 80 31 36 13 75 310 337 2 212 Quatrièmes division Patrick 5 2 3 13 22 défaite 2-3 – Islanders de New York
16 1982-1983 R. Carlyle E. Johnston D. Shedden 80 18 53 9 45 257 394 1 859 Sixièmes division Patrick Non qualifiés
17 1983-1984 R. Carlyle L. Angotti M. Bullard 80 16 58 6 38 254 390 1 695 Sixièmes division Patrick Non qualifiés
18 1984-1985 M. Bullard B. Berry M. Lemieux 80 24 51 5 53 276 385 1 493 Sixièmes division Patrick Non qualifiés
19 1985-1986 M. Bullard B. Berry M. Lemieux 80 34 38 8 76 313 305 1 538 Cinquièmes division Patrick Non qualifiés
20 1986-1987 M. Bullard
T. Ruskowski
B. Berry M. Lemieux 80 30 38 12 72 297 290 1 693 Cinquièmes division Patrick Non qualifiés
21 1987-1988 D. Frawley
M. Lemieux
P. Creamer M. Lemieux 80 36 35 9 81 319 316 2 211 Sixièmes division Patrick Non qualifiés
22 1988-1989 M. Lemieux G. Ubriaco M. Lemieux 80 40 33 7 87 347 349 2 670 Deuxièmes division Patrick 11 3 4 43 42 victoire 4-0 – Rangers de New York
défaite 3-4 – Flyers de Philadelphie
23 1989-1990 M. Lemieux G. Ubriaco
C. Patrick
M. Lemieux 80 32 40 8 72 318 359 2 132 Cinquièmes division Patrick Non qualifiés

Années 1990[modifier | modifier le code]

Jaromír Jágr avec le maillot de la Tchéquie
Jaromír Jágr joue pendant les années 1990 avec les Penguins et remporte deux Coupes Stanley.

En 1990-1991, les Penguins de Pittsburgh est toujours menée par Mario Lemieux même s'il manque les cinquante premiers matchs de la saison en raison d'une blessure. Le 12 juin 1990, Craig Patrick, qui est devenu l'année précédente le directeur-général de la franchise, enrôle Bob Johnson à la tête de l'équipe des Penguins. Le même jour, Patrick fait également signer Scotty Bowman, sans contrat depuis quelques années, afin de l'intégrer dans le pôle développement des joueurs de la franchise[33]. L'équipe finit la saison à la première place de la division Patrick, septième place de la LNH[34]. Par la suite, les Penguins accèdent pour la première fois de leur histoire à la finale de la Coupe Stanley, finale qu'ils remportent 4 matchs à 2 contre les North Stars du Minnesota pour leur première Coupe[35].

La saison 1991-1992 est la vingt-cinquième saison de l'équipe mais elle ne débute pas de la bonne manière puisque le 29 août 1991, Bob Johnson est conduit par sa femme à l’hôpital, atteint d’un cancer au cerveau. Le 1er octobre 1991, Bowman est nommé entraîneur par intérim de l’équipe pour la saison mais Johnson décède le 26 novembre 1991 et Bowman passe toute la saison derrière le banc des Penguins[36]. Il guide l'équipe à la troisième place de la division, sixièmes de la LNH[37], puis à une deuxième Coupe Stanley avec une victoire 4-0 en finale contre les Blackhawks de Chicago[38].

La saison suivante est la meilleure de l'histoire de l'équipe : elle totalise 119 points et finit à la première place du classement[37] pour remporter son premier trophée des présidents de la meilleure équipe de la saison[39]. Quatre joueurs de l'équipe terminent la saison régulière avec plus de 100 points, Lemieux, Kevin Stevens, Rick Tocchet et Ron Francis[40], mais les Penguins sont éliminés dès le deuxième tour des séries en sept rencontres par les Islanders de New York[41]

Statistiques des années 1990
No  Saison Capitaine(s) Entraîneur(s) Pointeur Saison régulière Séries éliminatoires
 PJ  V   D   N   DP  Pts  BP  BC Pun Classement PJ  V   D   BP  BC Progression
24 1990-1991
Détails
M. Lemieux B. Johnson M. Recchi 80 41 33 6 88 342 305 1 641 Premiers division Patrick 24 16 8 95 68 victoire 4-3 – Devils du New Jersey
victoire 4-1 – Capitals de Washington
victoire 4-2 – Bruins de Boston
victoire 4-2 – North Stars du Minnesota
Vainqueur de la Coupe Stanley
25 1991-1992
Détails
M. Lemieux S. Bowman M. Lemieux 80 39 32 9 87 343 308 1 907 Troisièmes division Patrick 21 16 5 83 63 victoire 4-3 – Capitals de Washington
victoire 4-2 – Rangers de New York
victoire 4-0 – Bruins de Boston
victoire 4-0 – Blackhawks de Chicago
Vainqueur de la Coupe Stanley
26 1992-1993 M. Lemieux S. Bowman M. Lemieux 84 56 21 7 119 367 268 1 776 Premiers division Patrick 12 7 5 50 37 victoire 4-1 – Devils du New Jersey
défaite 3-4 – Islanders de New York
27 1993-1994 M. Lemieux E. Johnston J. Jágr 84 44 27 13 101 299 285 1 624 Premiers division Nord-est 6 2 4 12 20 défaite 2-4 – Capitals de Washington
28 1994-1995 R. Francis E. Johnston J. Jágr 48 29 16 3 61 181 158 1 036 Deuxièmes division Nord-est 12 5 7 37 43 victoire 4-3 – Capitals de Washington
défaite 1-4 – Devils du New Jersey
29 1995-1996 M. Lemieux E. Johnston M. Lemieux 82 49 29 4 102 362 284 1 623 Premiers division Nord-est 18 11 7 57 52 victoire 4-2 – Capitals de Washington
victoire 4-1 – Rangers de New York
défaite 3-4 – Panthers de la Floride
30 1996-1997 M. Lemieux E. Johnston
C. Patrick
M. Lemieux 82 38 36 8 84 285 280 1 498 Deuxièmes division Nord-est 5 1 4 13 20 défaite 1-4 – Flyers de Philadelphie
31 1997-1998 R. Francis K. Constantine J. Jágr 82 40 24 18 98 228 188 1 225 Premiers division Nord-est 6 2 4 15 18 défaite 2-4 – Canadiens de Montréal
32 1998-1999 J. Jágr K. Constantine J. Jágr 82 38 30 14 90 242 225 977 Troisièmes division Atlantique 13 6 7 21 18 victoire 4-3 – Devils du New Jersey
défaite 2-4 – Maple Leafs de Toronto
33 1999-2000 J. Jágr K. Constantine
H. Brooks
J. Jágr 82 37 31 8 6 88 241 236 1 221 Troisièmes division Atlantique 11 6 5 31 23 victoire 4-1 – Capitals de Washington
défaite 2-4 – Flyers de Philadelphie

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

Photographie couleur de Fleury et Crosby tenant la Coupe Stanley lors de la parade de la victoire des Penguins
Marc-André Fleury et Sidney Crosby font partie de l'équipe 2008-2009 qui remportent la troisième Coupe Stanley de l'histoire des Penguins.

La saison 2005-2006 voit le retour de la LNH au jeu après une saison entière annulée par un lock-out des joueurs. Les Penguins débutent la saison toujours sous la direction d'Olczyk et voient également les premiers coups de patin d'un des joueurs les plus attendus de la LNH : Sidney Crosby. En décembre 2005, Lemieux, âgé de 40 ans, joue son dernier match dans la LNH[42] et au cours du même mois, l'équipe change d'entraîneur avec le remplacement d'Olczyk par l'entraîneur des Penguins de Wilkes-Barre/Scranton, Michel Therrien[43]. Cinquièmes de la division et avant-derniers au classement final de la LNH, les Penguins sont éliminés des séries éliminatoires[16] alors que Crosby enregistre 102 points. Il devient le joueur le plus jeune de l'histoire de la LNH à dépasser la barre symbolique des 100 points[44] et totalise également 110 minutes de pénalité – il s'agit de la première fois de l'histoire de la LNH qu'un joueur réussit cette performance à sa première saison[44].

Lors de la saison 2006-2007, les joueurs de Pittsburgh vivent une première moitié de saison en dents de scie avant de réaliser une très bonne seconde partie, après le 55e Match des étoiles, pour finalement se qualifier pour les séries éliminatoires pour la première fois depuis 2000-2001[45] mais ils perdent au premier tour contre les Sénateurs d'Ottawa 4 matchs à 1[46]. Crosby est récompensé en fin de saison par plusieurs trophées de la LNH : le trophée Art Ross en tant que meilleur pointeur de la saison avec son total de 120 réalisations[47], le trophée Hart du meilleur joueur ainsi que celui du trophée Lester B. Pearson pour le meilleur joueur selon ses pairs. Ievgueni Malkine quant à lui remporte le trophée Calder de la meilleure recrue[48].

La saison 2007-2008 est la 40e saison de l'équipe alors que le 31 mai 2007, Sidney Crosby est nommé capitaine de l'équipe, titre laissé vacant depuis le départ à la retraite de Lemieux ; Crosby devient le plus jeune capitaine de l'histoire des Penguins et par la même occasion de la LNH[49]. Néanmoins, le capitaine se blesse en janvier et manque une trentaine de matchs. Les Penguins sont alors guidés par Malkine pendant une bonne partie de la saison et ils finissent à la première place de leur division et à la deuxième de leur conférence derrière les Canadiens de Montréal[50]. Qualifiés pour les séries éliminatoires, ils passent tous les tours pour finalement perdre en finale de la Coupe 4 matchs à 2 contre les Red Wings de Détroit[51].

En 2008-2009, Crosby est toujours le capitaine de l'équipe mais en cours de saison, Therrien est remplacé par Dan Bylsma, entraîneur de Wilkes-Barre/Scranton. Les Penguins terminent tout de même la saison régulière deuxième de leur division et passent par la suite tous les tours des séries pour prendre leur revanche sur Détroit et remporter la Coupe Stanley, le 12 juin 2009. Sept matchs sont nécessaires en finale pour voir l'équipe de Pittsburgh remporter son troisième trophée grâce à un doublé de Maxime Talbot et une victoire 2-1[52]. Crosby devient le plus jeune capitaine de l'histoire de la LNH à remporter la Coupe Stanley, à l'âge de seulement 21 ans[53]. Malkine est mis en avant en recevant deux trophées de la LNH : le trophée Art Ross du meilleur pointeur et le trophée Conn Smythe du meilleur joueur des séries[47].

Statistiques des années 2000
No  Saison Capitaine(s) Entraîneur(s) Pointeur Saison régulière Séries éliminatoires
 PJ  V   D   N   DP  Pts  BP  BC Pun Classement PJ  V   D   BP  BC Progression
34 2000-2001 J. Jágr I. Hlinka J. Jágr 82 42 28 9 3 96 281 256 1 585 Troisièmes division Atlantique 18 9 9 38 44 victoire 4-2 – Capitals de Washington
victoire 4-3 – Sabres de Buffalo
défaite 1-4 – Devils du New Jersey
35 2001-2002 M. Lemieux I. Hlinka
R. Kehoe
A. Kovaliov 82 28 41 8 5 69 198 249 1 248 Cinquièmes division Atlantique Non qualifiés
36 2002-2003 M. Lemieux R. Kehoe M. Lemieux 82 27 44 6 5 65 189 255 1 125 Cinquièmes division Atlantique Non qualifiés
37 2003-2004 M. Lemieux
S. McKenna
E. Olczyk D. Tärnström 82 23 47 8 4 58 190 303 1 270 Cinquièmes division Atlantique Non qualifiés
2004-2005 M. Lemieux E. Olczyk Saison annulée
38 2005-2006 M. Lemieux E. Olczyk
M. Therrien
S. Crosby 82 22 46 14 58 244 316 1 539 Cinquièmes division Atlantique Non qualifiés
39 2006-2007
Détails
Vacant M. Therrien S. Crosby 82 47 24 11 105 277 246 1 215 Deuxièmes division Atlantique 5 1 4 10 18 défaite 1-4 – Sénateurs d'Ottawa
40 2007-2008
Détails
S. Crosby M. Therrien I. Malkine 82 47 27 8 102 247 216 Premiers division Atlantique 20 14 6 61 43 victoire 4-0 – Sénateurs d'Ottawa
victoire 4-1 – Rangers de New York
victoire 4-1 – Flyers de Philadelphie
défaite 2-4 – Red Wings de Détroit
41 2008-2009
Détails
S. Crosby M. Therrien
D. Bylsma
I. Malkine 82 45 28 9 99 264 239 Deuxièmes division Atlantique 24 16 8 69 64 victoire 4-2 – Flyers de Philadelphie
victoire 4-3 – Capitals de Washington
victoire 4-0 – Hurricanes de la Caroline
victoire 4-3 – Red Wings de Détroit
Vainqueur de la Coupe Stanley
42 2009-2010 S. Crosby D. Bylsma S. Crosby 82 47 28 7 101 257 237 Deuxièmes division Atlantique 13 7 6 37 43 victoire 4-2 – Sénateurs d'Ottawa
défaite 3-4 – Canadiens de Montréal

Années 2010[modifier | modifier le code]

La saison 2010-2011 des Penguins est gâchée par les blessures des joueurs de l'équipe. Ainsi Jordan Staal manque tout le début de la saison ; quand il revient au jeu en janvier, c'est au tour de Crosby puis de Malkine d'être blessés. Ils manquent tous les deux la fin de saison mais malgré tout, Crosby finit meilleur pointeur de l'équipe avec soixante-six points. Deuxième de la division Atlantique, l'équipe de Pittsburgh perd au premier tour en sept rencontres contre le Lightning de Tampa Bay[54]. Au cours de la saison suivante, les Penguins se qualifient une nouvelle fois pour les séries même si leur capitaine est absent une bonne partie de la saison : Crosby joue quelques matchs fin novembre avant s'arrêter de jouer jusqu'à quelques journées de la fin de la saison. Les Penguins sont éliminés au premier tour des séries en perdant 4-2 contre les Flyers de Philadelphie[55].

Statistiques des années 2010
No  Saison Capitaine(s) Entraîneur(s) Pointeur Saison régulière Séries éliminatoires
 PJ  V   D   DP  Pts  BP  BC Pun Classement PJ  V   D   BP  BC Progression
43 2010-2011 S. Crosby D. Bylsma S. Crosby 82 49 25 8 106 238 199 Deuxièmes division Atlantique 7 3 4 14 22 Symbol oppose vote.svg 3-4 Lightning de Tampa Bay
44 2011-2012 S. Crosby D. Bylsma I. Malkine 82 51 25 6 108 282 221 Deuxièmes division Atlantique 6 2 4 26 28 Symbol oppose vote.svg 2-4 Flyers de Philadelphie
45 2012-2013 S. Crosby D. Bylsma S. Crosby 48 36 12 0 72 165 119 Premiers division Atlantique 17 8 7 50 40 Symbol support vote.svg 4-2 Rangers de New York
Symbol support vote.svg 4-1 Sénateurs d'Ottawa
Symbol oppose vote.svg 0-4 Bruins de Boston
46 2013-2014 S. Crosby D. Bylsma S. Crosby 82 51 24 7 109 249 207 Premiers division Métropolitaine 13 7 6 35 33 Symbol support vote.svg 4-2 Blue Jackets de Columbus
Symbol oppose vote.svg 3-4 Rangers de New York

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une équipe peut rendre un hommage à un joueur en décidant de retirer un maillot. Ainsi, une réplique du maillot est accrochée dans l'aréna de l'équipe et nul autre joueur ne pourra jamais jouer un match de l'équipe avec le numéro en question dans le dos.
  2. Une série au « meilleur des trois matchs » est une série dans laquelle une équipe doit remporter deux victoires pour être déclarée vainqueur.
  3. Le terme francophone de « meilleur joueur » correspond au terme anglais de « Most valuable player » - MVP.
  4. Le terme français de « maillot » est l'équivalent du terme du Québec « chandail ».
  5. Le terme « repêchage » est un terme canadien correspondant à l'anglicisme draft et désigne un événement annuel présent dans tous les sports collectifs nord-américains, comparable à une bourse aux joueurs, où les équipes sélectionnent des sportifs issus de l'université, de l'école secondaire ou d'une autre ligue, voir d'une autre équipe.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Pittsburgh Penguins Franchise Index », sur le site Hockey-reference.com (consulté le 17 octobre 2009)
  2. a, b et c Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 236
  3. Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 323
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 415
  5. Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 325
  6. Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 327
  7. (en) « Remembering Michel Briere… », sur le site Pittsburgh Hockey.net (consulté le 17 juin 2012)
  8. Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 328
  9. (en) « 1970-71 Pittsburgh Penguins (NHL) », sur le site Pittsburgh Hockey.net (consulté le 17 juin 2012)
  10. Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 330
  11. Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 332
  12. Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 334
  13. a et b Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 331
  14. a, b et c Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 336
  15. Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 338-339
  16. a et b « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 162.
  17. a et b Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 340-341
  18. Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 232
  19. a et b Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 342-343
  20. a et b Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 344-345
  21. Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 346-347
  22. a et b Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 348-349
  23. « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 216.
  24. « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 231.
  25. « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 217.
  26. Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 350-351
  27. « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 93.
  28. « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 158.
  29. Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 353-353
  30. Starkey 2006, p. 55
  31. Starkey 2006, p. 62
  32. Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 354-355
  33. Starkey 2006, p. 92
  34. « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 159.
  35. Starkey 2006, p. 108-109
  36. Starkey 2006, p. 112-113
  37. a et b « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 160.
  38. Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 416
  39. Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 300
  40. Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 372
  41. Starkey 2006, p. 126
  42. Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 396
  43. Richer 2008, p. 156
  44. a et b Richer 2008, p. 344
  45. « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 113.
  46. Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 304
  47. a et b « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 215.
  48. Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 305
  49. Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 400
  50. « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 163.
  51. Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide, p. 306
  52. Podnieks 2009, p. 149-150
  53. Podnieks 2009, p. 152
  54. (en) Tony Jovenitt, « Perseverance: the Penguins' 2010-11 Season in Review », sur Pittsburgh Penguins,‎ 10 avril 2011 (consulté le 17 juin 2012).
  55. (en) « Pens Fall to Flyers in Game 6 », sur Pittsburgh Penguins,‎ 22 avril 2012 (consulté le 17 juin 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) National Hockey League, Official Guide & Record Book / 2010, Triumph books,‎ 2010, 664 p. (ISBN 978-1-60078-303-6)
  • (en) Joe Starkey, Tales from the Pittsburgh Penguins, Sports Publishing Llt.,‎ 2006 (ISBN 1-58261-199-8)
  • (en) Andrew Podnieks, The Year of the Penguins : Celebrating Pittsburgh's 2008-09 Stanley Cup Championship Season, Fenn Publishing Company,‎ juillet 2009, 184 p. (ISBN 978-1551683331)
  • (en) Pittsburgh Penguins, Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide,‎ 2010, 440 p.
  • (en) Shawna Richer, The Kid: A Season With Sidney Crosby and the New NHL (Broché), Triumph Books (IL),‎ mars 2008 (ISBN 978-1600781230)

Lien externe[modifier | modifier le code]