Bienvenue chez les Ch'tis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bienvenue chez les Ch'tis

Description de cette image, également commentée ci-après

Dany Boon lors du tournage du film
à Bergues en juin 2007

Réalisation Dany Boon
Scénario Dany Boon
Alexandre Charlot
Franck Magnier
Acteurs principaux
Sociétés de production Pathé
Hirsh
Les Productions du Chicon
TF1 Films Production
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Sortie 2008
Durée 106 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Bienvenue chez les Ch’tis est un film français réalisé par Dany Boon, sorti le 20 février 2008 dans le Nord-Pas-de-Calais et dans quelques salles de la Somme, le 27 février 2008 dans le reste de la France, en Belgique et en Suisse, un jour après au Luxembourg, et le 25 juillet 2008 au Canada.

Le film raconte les aventures de Philippe Abrams, directeur d’une agence de La Poste dans le sud de la France qui, par mesure disciplinaire, est muté pour une durée de deux ans à Bergues, dans le Nord-Pas-de-Calais.

C’est le deuxième long métrage réalisé par l’humoriste français Dany Boon après La Maison du bonheur. C’est aussi la première fois que Kad Merad occupe, seul, le rôle principal d’un film. Bienvenue chez les Ch’tis a rencontré un immense succès auprès du public : à la surprise de ses protagonistes, il a dépassé le nombre d’entrées réalisées par La Grande Vadrouille et devient alors, avec 20 489 303 entrées, le deuxième meilleur score du box-office français, derrière Titanic (20 758 887 entrées).

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le Café de la Poste (Café de la Porte dans le film[1]), que Philippe emboutit avec son vélo.

Philippe Abrams est depuis de nombreuses années directeur d’une agence de la Poste à Salon-de-Provence dans les Bouches-du-Rhône, où il vit avec sa femme Julie, au caractère dépressif, et leur fils Raphaël. Julie fait pression sur lui pour qu’il se fasse muter et trouve un poste au bord de la Méditerranée. Après plusieurs échecs et constatant que de nombreux employés handicapés sont prioritaires dans le choix des mutations, Philippe tente de tricher auprès de son administration en se faisant passer pour un handicapé en fauteuil roulant. Lorsque la supercherie est découverte, il est sanctionné et écope d’une mutation disciplinaire de deux ans à Bergues dans le Nord, près de Dunkerque. Il tente de cacher la nouvelle à sa femme mais lorsque celle-ci découvre la vérité, elle décide de rester dans le Sud avec leur fils et annonce à Philippe qu’il doit partir seul.

Philippe et Julie ne connaissent le Nord qu’à travers des clichés. Le grand-oncle de Julie, qui, enfant, a vécu dans cette région, la décrit comme une contrée inhospitalière où règnent un froid polaire et des conditions de vie miséreuses. Philippe quitte le Sud la mort dans l’âme, avec de nombreux a priori négatifs à l’esprit. Ses premiers instants dans le Nord-Pas-de-Calais lui font croire que ces clichés sont bel et bien réels : des trombes d’eau s’abattent sur sa voiture lorsqu’il franchit le panneau autoroutier indiquant l’entrée dans la région. Lorsqu’il rencontre Antoine Bailleul, l’un des préposés du bureau auquel il a été affecté, il a des difficultés à le comprendre du fait de son accent et des expressions picardes qu'il utilise. Antoine l’héberge provisoirement chez sa mère, envahissante et autoritaire, avec qui il vit. Cependant, après quelques jours, Philippe apprend à connaître ses autres collègues Annabelle, Fabrice et Yann. Il finit par se lier d’amitié avec Antoine, et découvre finalement une région très hospitalière et chaleureuse.

Le canal de la Colme, à Bergues, dans lequel Antoine et Philippe urinent.

Lorsque Philippe essaie de rassurer son épouse et de lui parler des bons côtés de sa vie dans le Nord, celle-ci ne veut pas le croire et se persuade elle-même que son mari déprime encore plus qu’elle à cause de leur séparation. Philippe finit donc par lui mentir pour ne pas la froisser. D’ailleurs, lorsqu’il est au téléphone avec Julie, Philippe continue d’autant plus de lui cacher la situation qu’il considère que leur éloignement temporaire est positif pour leur relation de couple. Il noircit donc le tableau concernant sa nouvelle vie afin de la dissuader de venir s’installer à Bergues. Mais à force de fausses mauvaises nouvelles, Julie croit son mari déprimé et souhaite le rejoindre pour le soutenir. Lorsque celle-ci lui annonce qu’elle « monte » lui rendre visite, pour la décourager de venir le rejoindre, il a dépeint les Ch’tis comme peu raffinés, incultes, abrutis et ivrognes. Philippe prévient ses collègues de ses propos, mais malgré leur déception, ils lui font quand même la surprise de venir chercher Julie avec un camion de la Poste lorsqu’elle débarque à Lille. Ils jouent le jeu et se comportent avec elle comme Philippe les lui avait décrits. Ils l’emmènent dans une ancienne cité minière qu’ils font passer pour Bergues. Avec la complicité des habitants du lieu, ils font ainsi croire à Julie que tous les clichés qu’elle a sur les gens du Nord sont vrais. Lors d’un barbecue, les collègues de Philippe lui donnent l’impression que la nourriture servie est du chat. À table, tous se comportent de manière bruyante et déplacée.

Le lendemain, cherchant à se rendre au bureau de poste, Julie se rend compte que l’endroit où elle se trouve n’a rien à voir avec Bergues. Elle cherche à voir son mari et lorsqu’elle découvre qu’il lui a menti depuis le début, elle décide, vexée, de retourner dans le Sud.

Philippe s’aperçoit alors que son couple allait mieux grâce à la distance, mais lorsqu’Antoine lui fait remarquer que cette situation n’est pas très franche, il lui répond qu’il est mal placé pour lui donner des conseils étant donné que lui-même n’a pas le courage de dire à sa mère ce qu’il pense vraiment d’elle. Vexé, Antoine prend la décision de parler à sa mère et lui annonce qu’il va épouser Annabelle et quitter la maison. Cette nouvelle ravit sa mère et elle s’empresse de se rendre au bureau de poste pour annoncer à Annabelle qu’elle leur présente tous ses vœux de bonheur mais qu’elle va cependant continuer à les surveiller pour être sûre qu’ils soient effectivement heureux.

Avec la complicité de Philippe, Antoine demande Annabelle en mariage en déployant en haut du beffroi un drap sur lequel est écrit « Annabelle Je t’m épouse moi biloute »[2]. Ils se marient quelque temps après, Philippe et Julie sont invités à la cérémonie. Lorsque Philippe redescend dans le Sud, il demande à Julie de venir vivre avec lui dans le Nord. Trois ans plus tard, Philippe apprend qu’il est de nouveau muté dans le Sud, à Porquerolles dans le Var et doit alors quitter la région, avec beaucoup de regrets.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Traductions du titre :
    • (ca) Benvinguts al nord
    • (da) Velkommen til Ch'tis[19]
    • (de) Willkommen bei den Sch’tis[11]
    • (el) Είναι τρελοί αυτοί οι Βόρειοι
    • (en) Welcome to the Land of the Ch’tis (ancien nom)
    • (en) Welcome to the Sticks (nouveau nom, utilisé pour le marché du film au Festival de Cannes 2008)[29]
    • (es) Bienvenidos al norte[14] (Espagne)
    • (es) Bienvenidos al País de la Locura[24] (Argentine)
    • (hu) Isten hozott az Isten háta mögött
    • (it) Giù al nord[12]
    • (no) Velkommen til Shti’ene[30]
    • (pl) Jeszcze dalej niż Północ[5]
    • (pt) Bem-vindo ao Norte[8] (Portugal)
    • (pt) A Riviera Não é Aqui[26] (Brésil)
    • (ru) Бобро поржаловать

Distribution[modifier | modifier le code]

Distribution complète[31]
  • Kad Merad : Philippe Abrams, receveur des Postes
  • Dany Boon : Antoine Bailleul, facteur et carillonneur
  • Zoé Félix : Julie Abrams, épouse de Philippe Abrams
  • Anne Marivin : Annabelle Deconninck
  • Line Renaud : la mère d’Antoine Bailleul
  • Stéphane Freiss : Jean, DRH de la Poste, ami et supérieur hiérarchique de Philippe
  • Philippe Duquesne : Fabrice Canoli
  • Guy Lecluyse : Yann Vandernoout
  • Lorenzo Ausilia-Foret : Raphaël Abrams, fils de Philippe et Julie
  • Michel Galabru : le grand-oncle de Julie, qui, enfant, vécut dans le Nord
  • Patrick Bosso : le gendarme de l’autoroute A7
  • Fred Personne : M. Vasseur
  • Zinedine Soualem : Momo
  • Jérôme Commandeur : l’inspecteur Lebic
  • Alexandre Carrière : Tony
  • Jenny Clève : la vieille dame qui chante le P’tit Quinquin
  • Claude Talpaert : mari de la précédente
  • Christophe Rossignon : le serveur de la brasserie
  • Yaël Boon[n 1] : la femme énervée au guichet
  • Franck Andrieux : Monsieur Leborgne
  • Dominique Parent : Monsieur Mahieux
  • Jean-Christophe Herbet : le voisin d’Antoine « Tizaute »
  • Sylviane Goudal : la cliente à la Poste
  • Yann Konigsberg : un collègue de Jean
  • Laetitia Maisonhaute : la secrétaire de Jean
  • Nadège Beausson-Diagne : l’employée de bureau à Salon
  • Guillaume Morand : un ancien collègue de Philippe
  • Bruno Tuchszer : un policier de Bergues
  • Éric Bleuzé : l’homme à la mobylette
  • Suzy Pillou : la femme chez le grand-oncle de Julie
  • Jean-François Elberg : l’employé de la station service
  • Maryline Delbarre : Martine, la femme de Momo
  • Louisette Douchin : la femme aux moules
  • Mickaël Angele : le patron du bar de la cité minière
  • Patrick Cohen : le client viré
  • Cédric Magyari et Jean-Marc Vauthier : les mineurs

Production[modifier | modifier le code]

Naissance du projet[modifier | modifier le code]

Le beffroi de Bergues, l'un des décors du film.

Dany Boon a commencé à écrire le scénario de Bienvenue chez les Ch’tis en 2006, mais l’idée d’un film sur sa région d’origine remonte à bien longtemps. Il avait toujours voulu se lancer dans la réalisation mais ne savait pas s’il en était capable. Il a d’abord mis en scène la pièce La Vie de chantier puis l’a adaptée en réalisant son premier film, La Maison du bonheur, sorti en 2006, avant de s’attaquer à un sujet qui lui tenait plus particulièrement à cœur[32],[33]. Dany Boon est parti du constat que de nombreuses comédies françaises ont pour cadre le sud de la France (comme Brice de Nice, Taxi ou les films de Marcel Pagnol), alors que le nord sert souvent de cadre à des films dramatiques (comme Germinal ou Ça commence aujourd'hui)[34]. Il est donc parti de l’idée que se font les gens qui ne connaissent pas le Nord-Pas-de-Calais, afin de tourner en dérision les clichés et les visions misérabilistes sur la région.

Pendant un an, il a travaillé sur l’histoire, les personnages et un certain nombre de scènes, puis durant les trois derniers mois, une fois la structure terminée, il s’est associé à deux autres scénaristes, Franck Magnier et Alexandre Charlot, afin de peaufiner certaines situations et rôles secondaires et d’obtenir le scénario définitif. La principale difficulté que ces derniers ont rencontrée lors de l’écriture consistait à faire un film à la fois humoristique et crédible, basé sur les préjugés d’un personnage qui ne sait rien du Nord, tout en évitant la caricature[35]. Dany Boon dit avoir basé toutes ses répliques sur ce qu'il a entendu ou lu dans sa vie sur sa région, y compris la réplique de Michel Galabru affirmant que « ça meurt très jeune là-haut »[33],[n 2]. Au fil de l'écriture, Dany Boon a également souhaité « faire très attention à ce que même les petits rôles soient bien servis », avec la volonté « que tous les personnages fassent rire, qu’ils aient tous des scènes fortes »[33].

D’autre part, le thème du Nord-Pas-de-Calais avait déjà été abordé par Dany Boon dans plusieurs de ses sketches auparavant, et notamment dans son spectacle de 2003, A s'baraque et en ch'ti, dont une partie des gags et répliques du film sont issus[36]. Cependant le film n’en est pas pour autant une adaptation au sens strict, Dany Boon lui-même ne le considérant d’ailleurs pas comme un prolongement du spectacle mais comme une comédie originale[33],[37].

Choix de la distribution[modifier | modifier le code]

Zoé Félix joue le rôle de Julie Abrams.

Plusieurs acteurs ont été pressentis pour le rôle principal de Philippe Abrams. Dany Boon avait initialement pensé à José Garcia mais celui-ci sortait du tournage d’Astérix aux Jeux olympiques et a refusé[38]. Daniel Auteuil a aussi été sollicité pour le rôle mais a refusé car il tournait MR 73[39]. Jean Dujardin et Jean-Paul Rouve auraient aussi refusé l'offre[40]. C’est Richard Pezet, producteur délégué du film pour Pathé, qui proposa à Dany Boon de confier le rôle à Kad Merad, qui n’était alors pas en contrat avec un metteur en scène. Ce dernier a lu le scénario, pour lequel il a eu un coup de foudre, puis il a appelé Dany Boon pour lui donner son accord[35].

Dany Boon a eu une part importante dans le choix des acteurs pour les rôles secondaires. Pour Julie, la femme de Philippe Abrams, il souhaitait une actrice originaire du Sud. L'agent de Zoé Félix la lui avait présentée comme venant du Sud mais lorsque l'actrice a rencontré Dany Boon, celle-ci a déclaré qu’elle était de Paris mais qu'elle pouvait prendre l'accent. Il l'a cependant choisie car il avait apprécié ses performances dans Déjà mort et Le Cœur des hommes[35]. Pour jouer le rôle de sa propre mère, il a choisi Line Renaud, originaire d'Armentières comme Dany Boon. Celle-ci a dû s’entraîner à parler ch’ti et à retrouver son accent qu’elle avait perdu[41]. Dany Boon a aussi attaché beaucoup d’importance au choix de certains figurants. C’est lui qui a choisi Sylviane Goudal qui joue la femme venant acheter des timbres lorsqu’il est soûl afin « d’assurer une certaine cohérence à l’ensemble ».

Pour le rôle de Jean, DRH paranoïaque de la Poste et supérieur de Philippe, c’est la femme de Dany Boon, Yaël Boon, qui a choisi Stéphane Freiss[35].

Le rôle de l’oncle de Julie, qui se remémore sa jeunesse dans le Nord, a été directement attribué à Michel Galabru par Gérard Moulévrier, le directeur du casting[35]. L’apparition de Michel Galabru parodie la célèbre scène de la rencontre du capitaine Willard (Martin Sheen) avec le colonel Kurtz (Marlon Brando), dans Apocalypse Now[42], évoquant « le Nord » et non « l'horreur ».

Lors du recrutement des figurants et petits rôles du film, alors que Dany Boon s’attendait à en voir 200[41], plus de 1 400 habitants de Bergues se sont présentés et ont été embauchés[35] pour un salaire de 90 euros la journée[43].

Budget, revenu et cachets[modifier | modifier le code]

Le budget total du film est de onze millions d’euros[3], partagé entre les coproducteurs. Pathé et Hirsch ont chacun investi entre quatre et cinq millions d’euros et la filiale cinéma de TF1 400 000 euros. Le film a également été préacheté par Canal+ et TF1 pour 4,5 millions d’euros. Le nombre minimum de spectateurs pour couvrir les coûts de production était de deux millions[44]. Le film a également reçu une subvention de 600 000 euros de la part du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais pour la promotion et 300 000 euros de la part du centre régional de ressources audiovisuelles du Nord-Pas-de-Calais, qui en a déjà récupéré 1,2 million (au 23 mai 2008)[45] sur les deux millions qu’il recevra au total[46].

En février 2009, le film génère un revenu de plus de 120 millions d’euros en France et 30 millions d’euros dans le reste du monde[47]. Un an après, le film totalise près de 194 millions de dollars de recettes uniquement en France et approche les 245 millions de dollars sur l'ensemble du monde[48].

Dany Boon a été payé 90 000 euros en tant que technicien-réalisateur et 900 000 euros en tant qu’acteur. De plus, il s’octroie 18 % sur les recettes du marchandisage et touche 0,30 euro par entrée au-delà des deux millions. Après l’exploitation du film, il touchera également 9 % des recettes nettes du film amorti[49] et 0,35 % sur l'adaptation cédée à Will Smith[50]. En mai 2008, le succès de Bienvenue chez les Ch’tis faisait de Dany Boon l’acteur français le mieux payé avec un revenu total de 6,75 millions d’euros[51],[52]. Un mois plus tard en juin 2008, la cagnotte de Dany Boon était estimé à 15 millions d'euros[53]. En février 2009, Le Figaro montre que Dany Boon, avec 26 millions d'euros de gain minimum (car tout n'est pas encore comptabilisé), est le premier Européen à toucher une somme aussi élevée[50]. Avec ce film, Dany Boon dépasse même la somme gagnée par les Américains Tom Cruise et Brad Pitt[50]. Il convient toutefois de souligner que parler d'« acteur le mieux payé » est partiellement abusif si l'on tient compte de ses revenus en tant que réalisateur, scénariste et producteur.

En ce qui concerne les autres acteurs, Kad Merad a touché un salaire de 216 000 euros en tant qu’acteur et une avance fixe de 14 400 euros, un intéressement de 45 000 euros au bout de 1,5 million d’entrées puis 0,135 euro par entrée jusqu’à quatre millions de spectateurs[49], soit un total de près de 600 000 euros.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le vrai bureau de Poste de Bergues, où le film n'a pas pu être tourné

Le tournage s’est déroulé sur une durée de 53 jours[35] et les premières scènes ont été tournées dans le sud de la France, à Salon-de-Provence[38]. La maison dans laquelle Philippe Abrams rend visite à l'oncle de Julie est celle utilisée dans l'adaptation de La Gloire de mon père par Yves Robert[54]. L'essentiel du tournage a ensuite eu lieu à Bergues du 21 mai au 13 juin 2007[55]. La sélection de la ville avait débuté en février 2007[56] et Dany Boon a choisi cette petite ville de l’arrondissement de Dunkerque, pour deux raisons : parce qu’il avait de la famille là-bas, mais aussi parce qu’il voulait une ville peu connue et pas trop grande, ce qui ne correspondait pas avec sa ville natale, Armentières[57].

D’un point de vue purement historico-linguistique, le choix de Bergues comme lieu de tournage principal du film Bienvenue chez les Ch’tis n’est pas vraiment adéquat, dans la mesure où, si une grande partie du Nord-Pas-de-Calais est de culture ch’timie (donc de langue picarde), ce n’est pas le cas de Bergues qui est de culture flamande[56].

La Poste n’a pas donné son autorisation à Dany Boon pour tourner dans les vrais locaux de Bergues et le tournage s’est fait dans un bâtiment appartenant à Gaz de France où l’on a recréé un bureau de Poste[38]. Devant le succès populaire du film, Gaz de France a décidé d’offrir le site à la ville de Bergues[58]. La ville compte alors faire du site GDF une « maison des artistes et des cultures du Nord » où des artistes pourront produire quelque chose pendant deux ans[59]. Finalement après deux ans et demi sans exploitation, l'ancien site de GDF a accueilli, du 7 août eu 22 novembre 2010, des éléments de décor et photos du tournage. Un bureau de Poste et la cuisine dans laquelle s'est déroulée la scène du petit-déjeuner au maroilles et à la chicorée ont été reconstruits[60]. Environ 10 000 personnes dont 7 000 payantes sont venues voir cette exposition dans ce bâtiment central du film[61],[62]. L'intégralité de l'argent collectée a été reversée aux cinq associations locales d'entraide et de solidarité qui ont œuvré dans l'organisation et la gestion de l'exposition, comme cela était prévu[63],[64].

Durant les scènes à vélo, les acteurs étaient réellement soûls[65]. De même, lorsqu'ils urinent dans le canal de la Colme, le système de pompe qui aurait dû être utilisé se voyait trop à l'écran puisque Dany Boon était en chemise, les acteurs ont donc réellement uriné pour cette scène[65]. Le Café que le personnage de Philippe emboutit à vélo dans le film est le véritable Café de la Poste, qui se situe à proximité de la vraie Poste de Bergues. Dans le film, le café a pris le nom de Café de la Porte pour être en accord avec le fait qu'il ne se situe pas à côté de la fausse Poste du film[1].

D’autres séquences ont été tournées ailleurs qu’à Bergues. Une partie du film a par exemple été tournée le 16 mai 2007 à Bruay-la-Buissière dans la cité des Électriciens, qui est la plus vieille de la région[66]. La scène avec les chars à voile a été tournée sur la plage de Malo-les-Bains, à Dunkerque[67]. La scène du restaurant a été tournée au restaurant Chez Morel, place du Théâtre à Lille, face à la Chambre de commerce[68]. Quant au passage au stade Félix-Bollaert, il a été tourné lors de la rencontre Lens-Nice le samedi 19 mai 2007[69].

Grâce à « l’implication totale de la commune dans le quotidien du tournage avec notamment la mise à disposition de locaux municipaux pour l’équipe de Dany Boon », Bergues reçoit le Trophée Atalante 2009[70]. La ville reçoit également la Marianne d'Or en 2012 pour avoir su se mettre en valeur après le film[71].

Promotion et marketing[modifier | modifier le code]

Dany Boon lors de l’avant-première du film à Dunkerque

La promotion de Bienvenue chez les Ch’tis a commencé bien avant sa sortie avec une campagne de promotion radio et télévisée[72] estimée à 1,5 million d’euros[44], mais le succès du film tient beaucoup au bouche-à-oreille. La sortie anticipée dans le Nord de la France a permis de limiter les coûts de communication tout en se faisant connaître et en suscitant la curiosité dans le reste de la France. Dany Boon a lui-même présenté le film en avant-première dans 116 salles d’une soixantaine de villes[73].

Le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais a également prélevé la somme de 600 000 euros sur son budget communication afin d’accompagner la promotion du film et les avant-premières et afin d’obtenir le droit d’utiliser des portions du film pour la promotion régionale[74]. Sur cette somme, 100 000 euros ont été dépensés pour affréter un TGV spécial afin de faire venir des « stars » de Paris pour une série d’avant-premières à Lille[75]. Cette subvention publique a été à l’origine d’une polémique car elle s’ajoute à la subvention de 300 000 euros déjà accordée par le Centre régional de ressources audiovisuelles. L’acteur Jacques Bonnaffé[74], les élus du PCF dont Éric Renaud et centristes[76] ont critiqué cette décision de subvention estimant que cette somme aurait pu aller à de nombreuses autres associations culturelles ou aider à la production d’autres films[77]. Elise Ovart-Baratte, chercheuse en histoire contemporaine et militante socialiste, a aussi contesté les 600 000 euros de subvention dans son livre Les Ch’tis, c’était les clichés publié en août 2008[78].

Le film devait dépasser les deux millions d’entrées pour que la subvention soit restituée à la région Nord-Pas-de-Calais[79] mais uniquement les 300 000 euros du Centre régional de ressources audiovisuelles seront rendus à la région Nord-Pas-de-Calais[80].

Réception[modifier | modifier le code]

En 2008, semaine du France[81] Suisse[82] Paris[81]
Place
hebdo.
Entrées Cumul Cumul Cumul
20 février au 26 février[83] 4e 555 392 555 392 - -
27 février au 4 mars 1er 4 458 837 5 014 229 20 035 776 775
5 mars au 11 mars 1er 3 940 634 8 954 863 40 517 1 421 360
12 mars au 18 mars 1er 3 637 899 12 592 762 - 1 926 816
19 mars au 25 mars 1er 2 720 713 15 313 475 123 504 2 281 927
26 mars au 1er avril 1er 1 386 646 16 700 121 185 885 2 453 833
2 avril au 8 avril 2e 945 011 17 645 132 216 634 2 560 345
9 avril au 15 avril 1er 921 791 18 566 923 240 169 2 648 950
16 avril au 22 avril 1er 685 392 19 252 315 255 732 2 721 225
23 avril au 29 avril 2e 307 528 19 559 843 263 274 2 764 393
30 avril au 6 mai 4e 186 616 19 746 459 295 580 2 794 040
7 mai au 13 mai 4e 156 427 19 902 886 315 957 2 809 786
14 mai au 20 mai 6e 102 321 20 005 207 353 103 2 824 460
21 mai au 27 mai 6e 71 929 20 077 136 360 396 2 835 542
28 mai au 3 juin 7e 66 143 20 143 279 375 552 2 846 793
4 juin au 10 juin 12e 38 145 20 181 424 380 923 2 853 494
11 juin au 17 juin 16e 25 641 20 207 065 383 714 2 857 815
18 juin au 24 juin 17e 15 748 20 222 813 387 946 2 860 682
25 juin au 1er juillet 16e 38 162 20 260 975 388 459 2 866 686
2 juillet au 8 juillet 21e 14 292 20 275 267 409 707 -
9 juillet au 15 juillet 24e 9 750 20 285 017 431 345 -
16 juillet au 22 juillet - 8 865 20 293 882 436 973 -
23 juillet au 29 juillet 11e 34 170 20 328 052 484 590 2 873 711
30 juillet au 5 août - 1 324 20 329 376 - -

La sortie de ce film s’est déroulée en plusieurs temps dans les pays francophones : tout d’abord en avant-première dans le Nord de la France (qualifiée de « chortie ch’timie » dans la bande-annonce) puis une semaine après dans toute la France (« chortie nachionale »), en Belgique et en Suisse, et un jour plus tard au Luxembourg. Le film a ensuite connu des sorties et présentations dans divers pays du monde.

Au 20 janvier 2011[84] il est sorti dans 34 pays à travers le monde[84] pour un total de 27 millions d'entrées[85],[86]. Au 29 mai 2012 il est le troisième plus grand succès d'un film français tourné en langue française depuis au moins 1994 (depuis qu'Unifrance collecte les données)[87], après Intouchables (2011) et ses 40 millions d'entrées et après Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain et ses 32 millions d'entrées (France comprise)[86]. Avec les remakes italiens Benvenuti al Sud et ses 5,3 millions d'entrées et sa suite Benvenuti al Nord et ses 4,3 millions d'entrées, le « concept Ch'ti » aura engendré 36,6 millions d'entrée, soit plus que Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain.

Fréquentation en France[modifier | modifier le code]

Le 20 février 2008, Bienvenue chez les Ch’tis sort dans la plupart des salles de la région Nord-Pas-de-Calais et dans certains cinémas de la Somme et est vu le même jour par 67 665 spectateurs[88]. Selon un porte-parole de Pathé, c’est le meilleur démarrage pour un film dans cette région[89]. En une semaine, le film comptabilise 555 392 entrées et occupe la quatrième place au box-office français hebdomadaire avec seulement 64 salles diffusant le film, soit une moyenne de 7 097 spectateurs par copie[90]. Le 23 avril 2008, selon Pathé, le compteur est de plus de 1 957 000 spectateurs dans le Nord-Pas-de-Calais, ce qui équivaut à près de la moitié de la population de la région[91].

Le 27 février 2008, vu le succès rencontré durant la semaine d’avant-première, le film sort dans le reste de la France sur 788 écrans[88] au lieu de 400 initialement[44]. En un jour, il est vu par 558 359 spectateurs[92], soit plus qu’Astérix aux Jeux olympiques sorti quelques semaines plus tôt. Bienvenue chez les Ch’tis effectue le meilleur démarrage du cinéma français. Sans compter la semaine d’avant-première dans le nord du pays, qui a néanmoins permis un bouche-à-oreille avant la sortie nationale, le film démarre en effet sa carrière sur un record puisqu’il détrône Les Bronzés 3 pour la meilleure première semaine du box-office français avec 4 458 837 entrées contre 3 906 694[93]. Bienvenue chez les Ch’tis occupe la première place du box-office hebdomadaire pendant cinq semaines consécutives avant d’être dépassé par Disco mais redevient numéro un les deux semaines suivantes avant d’être à nouveau devancé, d’abord par le film Ca$h. Quatre semaines seulement après la sortie nationale, le film de Dany Boon bat Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, dont le score, réalisé en treize semaines, était jusqu’alors le troisième plus gros succès du box-office français.

En six semaines d’exploitation en France, il totalise 17 645 132 spectateurs et devient le film français le plus vu au cinéma, dépassant La Grande Vadrouille (17,27 millions d’entrées en 1966)[94]. Il dépasse les vingt millions de spectateurs en France le 20 mai 2008[95]. À l’occasion de la Fête du cinéma, Pathé Distribution a ressorti le film dans 240 salles supplémentaires portant le nombre de copies à 498 afin de battre le record de Titanic mais n’a totalisé que 38 162 entrées supplémentaires[96]. Fin juillet, se gardant bien de dire que l’objectif était toujours de devenir numéro un, Pathé double de nouveau le nombre de copies pour une semaine à trois euros la place, semaine décevante au vu du résultat de 34 170 entrées supplémentaires. Le 20 août, Pathé se sera définitivement fait une raison, admettant, après avoir tout essayé, que son film ne rattrapera pas Titanic d’ici la sortie du DVD de Bienvenue chez les Ch’tis le 29 octobre, arrivant à 20 371 144 spectateurs au 20 août contre un peu plus de 20,7 millions de spectateurs pour le film de James Cameron. Le film termine l’année 2008 avec près de 20,46 millions de spectateurs[97].

Grâce au film de Dany Boon, la fréquentation des salles de cinéma en France lors du premier trimestre 2008 a augmenté de 14 % par rapport à 2007[98] et a atteint 25 millions de spectateurs pour le seul mois de mars. Ce même mois, Bienvenue chez les Ch’tis a d’ailleurs été le film le plus vu au monde[99]. Cet afflux a notamment bénéficié aux petits cinémas associatifs et cinémas de campagne dont le film a représenté 20 % des recettes annuelles à lui seul pour certains et a permis ainsi des investissements de modernisation[100]. D'après Hervé Dumoulin, responsable de Pathé Nord, le nombre de spectateurs est amputé par le piratage sur Internet qui n'existait pas du temps de Titanic[101]. L'Agence de lutte contre la piraterie audiovisuelle recense 682 000 téléchargements illégaux durant la présence du film en salles[101].

Fréquentation à l'étranger[modifier | modifier le code]

Pays Box-office
Drapeau de la France France 20 489 303 entrées[102]
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 2 405 873 entrées[103]
Drapeau de la Belgique Belgique 1 148 179 entrées[86]
Drapeau de la Suisse Suisse 809 046 entrées[104]
Drapeau de l'Espagne Espagne 584 707 entrées[105]
Drapeau de l'Italie Italie 533 913 entrées[105]
Drapeau : Québec Québec 208 638 entrées[106]
Drapeau de l'Autriche Autriche 154 318 entrées[105]
Drapeau de l'Australie Australie 107 000 entrées[87]
Drapeau de la Pologne Pologne 105 972 entrées[105]
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 91 143 entrées[107],[108]
Drapeau du Luxembourg Luxembourg 41 777 entrées[105]
Drapeau de l’Argentine Argentine 41 293 entrées[105]
Drapeau de la Russie Russie 40 033 entrées[109]
Drapeau du Portugal Portugal 39 900 entrées[105]
Drapeau de la Hongrie Hongrie 30 917 entrées[105]
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 30 487 entrées[105]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 29 837 entrées[87]
Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 16 853 entrées[86]
Drapeau de la Norvège Norvège 14 289 entrées[105]
Drapeau du Maroc Maroc 13 996 entrées[110]
Drapeau du Brésil Brésil 10 775 entrées[86]
Drapeau du Liban Liban 5 000 entrées[111]
Drapeau du Chili Chili 4 477 entrées[86]
Drapeau du Danemark Danemark 4 224 entrées[112]
Drapeau de la Croatie Croatie 3 542 entrées[105]
Drapeau de Singapour Singapour 1 853 entrées[87]
Drapeau de l'Irlande Irlande 1 167 entrées[105]
Monde Total hors France 6 210 709 entrées[102]
Drapeau de l’Union européenne Union européenne 25 662 126 entrées
Monde Monde 26 700 012 entrées[102]
Monde Recettes mondiales 245 144 417 $[113]
Monde Classement mondial 370e recette de tous les temps[114]

Le film a été proposé aux acheteurs du monde entier lors du marché du film de la Berlinale le 8 février 2008[115] puis celui du Festival de Cannes 2008 sous le titre Welcome to the Sticks, que l’on pourrait traduire par « Bienvenue chez les Ploucs » ou par « Bienvenue à Trifouillis-les-Oies »[116]. Il a également fait l’ouverture du festival du film français de Los Angeles, City of Lights, City of Angels, sous le titre anglais Welcome to the land of the Ch’tis[117] le 14 avril 2008. Malgré une première à l’accueil assez mitigé par les professionnels[118], le film y a reçu un bon accueil auprès du public et remporté le « prix du public »[119]. Ces différentes opérations de promotion ont permis l’achat du film à l’étranger, notamment au Québec, au Maroc, en Italie, en Espagne ou encore en Allemagne[38].

Parmi les pays francophones, Bienvenue chez les Ch’tis est d’abord sorti en Belgique, au Luxembourg et en Suisse romande le 27 février 2008 ou le lendemain. De par sa proximité culturelle avec le nord de la France, le film a connu un grand succès en Belgique francophone. Le film y a totalisé 125 000 entrées dès la première semaine[120] et atteint le million d’entrées le 13 avril 2008, devenant le film français le plus vu en Belgique[121], devant Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre qui en avait réalisé 843 000[122].

Le film est également sorti dans d’autres pays (y compris non-francophones), avec quelques mois de décalage. Il est sorti dans quelques salles au Royaume-Uni dès le 1er avril 2008 mais l’impact a été faible. Sorti en Allemagne et en Italie, respectivement le 30 et 31 octobre 2008, le film a rassemblé le week-end de sa sortie 143 664 spectateurs pour l’Allemagne (soit 935 399 euros de recettes) et 207 000 spectateurs pour l’Italie (soit 1,01 million d’euros de recettes). Ainsi Bienvenue chez les Ch’tis s’est classé, avec 160 copies, en deuxième position du box-office allemand[123], et avec 319 copies, en troisième place du box-office italien[124]. En Espagne, en deux semaines, le film a réalisé plus de 200 000 entrées[47].

Au total, en 2008, le long métrage a cumulé à 4 222 202 entrées dans le Monde hors-France[87], ce qui en fait le cinquième film français de l’année. Avec 24,16 millions de spectateur en Europe, le film se place à la sixième place des films européens pour l'année 2008[125].

Accueil du public[modifier | modifier le code]

Selon une enquête réalisée par le magazine Écran Total à la sortie des salles, 97 % des gens ont dit avoir aimé le film ce qui est un chiffre « exceptionnel » d’après son directeur Serge Siritzky[73]. Certains spectateurs disent toutefois qu’ils auraient espéré mieux[126]. Une autre enquête, effectuée plus tard par l'observatoire de la satisfaction L’Echo du Public (qui étudie plus de 900 films depuis 1997), indique un taux bien inférieur avec 67 % des spectateurs ayant aimé le film[127].

Au 28 février 2009, soit exactement un an et un jour après la sortie nationale du film, un peu moins de la moitié jugent le film en quatre étoiles sur AlloCiné sur plus de 4 150 votes[128], plaçant ainsi le film à la 49e place des films préférés en 2008 selon le classement du site avec une moyenne de 2,94 points sur 4[129]. À la même date, sur IMDb, un peu plus de 3 600 utilisateurs avaient voté pour le film, et privilégiaient les notes 7 et 8 sur 10, avec respectivement 25,4 % et 25,3 % des votes, le film obtenant alors une note globale de 7,1 sur 10 à cette date[130]. Dans une synthèse des avis des internautes, le site Cinéfil constate qu’ils ont apprécié « cette fable sociale drôle et émouvante », car « on y rigole du début jusqu’à la fin »[131].

Selon une enquête réalisée par TNS Sofres et La Voix du Nord auprès de 800 personnes[132], 90 % du public du nord de la France a vu le film et 93 % de celui-là l’a aimé. Pour 70 % des sondés, l’image de la région Nord-Pas-de-Calais et de ses habitants a été améliorée, alors que 8 % pensent le contraire[133].

Dans une autre enquête, réalisée par l'Ifop pour France-Soir, les personnes interrogées sont 57 % à penser que Bienvenue chez les Ch’tis méritait le César du meilleur film[134]. Le même sondage montrait que le film était surtout plébiscité par les plus de 65 ans (64 %), les ouvriers (64 %) et les femmes (59 %), alors que seuls 41 % des 15-24 ans, et 46 % pour les cadres supérieurs appréciaient le film.

Accueil des critiques[modifier | modifier le code]

Bienvenue chez les Ch’tis a été diversement accueilli par les critiques : cela va de la « nullité » selon Les Inrockuptibles à « l’une des meilleures comédies françaises de ces dernières années »[135] pour France-Soir. Le film est vu par Le Figaro et Nice-Matin comme étant « une petite fable »[136], une « bonne comédie populaire pour vous faire aimer le Nord »[135], ou une « sympathique comédie » pour Le Monde, appréciée pour ses « quiproquos loufoques dus au parler local »[137] et également pour son ambiance « d’humanité et de tendresse »[138] dégagée par les personnages du film selon Télérama. Également, selon Studio, la comédie a « un sens aigu de la situation, des répliques ciselées et un rythme sans temps mort pour créer une œuvre chaleureuse »[135], Le Parisien salue le film comme « bien écrit [et] excellemment joué » et qui contient des « séquences d’anthologie »[135]. France soir note des « progrès depuis son premier film »[135]. Des publications comme Le Parisien, Ciné Live, Le Figaro ou L'Humanité évoquent cependant les faiblesses du scénario, « argument assez mince »[136] en raison duquel le film demeure « à la surface des choses »[139], et qui semble un peu trop stéréotypé, « catégorie futur prime-time de TF1 »[140]. La presse spécialisée est généralement plus sévère : le scénario est souvent jugé « répétitif »[141],[140] et Positif accuse « un scénario et un rythme indigents »[140]. Les Cahiers du cinéma ignorent le film à sa sortie[142] puis publient trois ans plus tard une analyse dans le cadre du dossier « La France : qu'en pense le cinéma ? » où est relevé « le simplisme social dont fait preuve le hit historique du film de Dany Boon qui dessine une France où personne ne semble avoir d'obligation autre (ni travail, ni course à faire) que de rester bien peinard chez soi »[143]. Les Inrockuptibles soulignent la « nullité » du film, mais préfèrent son traitement des clichés qui échappent à « l’idéal passéiste et cocardier » des films de Gérard Jugnot ou Gérard Krawczyk[144]. D'autre part, le site Critikat.com affirme qu’« on ne pourra pas accuser Dany Boon de ne pas avoir mis beaucoup de lui-même et de bonne volonté […] mais ce n’est pas du cinéma »[145]. Pour Le Canard enchaîné, qui propose une critique entièrement en ch’ti, on ne retrouve « pas d’hachélèmes pourrites, pas d’érémichtes, pas de misérapes, et même pas d’Front national, qui pourtant cartonne par ichi », soit, en français, « pas d’HLM pourris, pas de RMistes, pas de misérable, et même pas de Front national, qui pourtant cartonne par ici »[135].

Le jeu des acteurs est de son côté plutôt apprécié pour sa finesse[139], notamment pour le duo Kad Merad-Dany Boon, jugé « plutôt harmonieux »[136], voire « irrésistible »[142]. L’apparition de Michel Galabru est jugée « croustillante », et Line Renaud « épatante »[137]. Positif voit cependant « des performances d’acteurs très inégales »[140], tout comme le site Critikat[145]. Ce dernier, comme Le Figaro, a reproché à l'actrice Zoé Félix d'être « complètement égarée »[145] et « peu crédible en épouse délaissée et dépressive »[136]. Elle a en outre été citée à deux reprises lors de la cérémonie des Gérard du cinéma 2009, notamment dans la catégorie « désespoir féminin »[146].

Plusieurs magazines ont également opposé la simplicité du film et son budget modeste à Astérix aux Jeux olympiques qui avait fait de son budget de 78 millions d’euros et de sa distribution de vedettes deux de ses principaux arguments commerciaux mais dont le nombre d’entrées s’est révélé bien moindre[142]. Dany Boon revendique d’ailleurs avoir fait un film « anti-bling-bling »[147].

L’accueil critique du film est donc modérément positif, plus sévère de la part de la critique spécialisée, mais les qualités du film sont globalement jugées suffisantes pour une comédie populaire qui ne vole « pas très haut »[136].

Réactions et polémiques[modifier | modifier le code]

Pour les polémiques à propos des subventions, voir plus haut « Promotion et marketing ». Pour celles liées à l'unique nomination aux Césars, voir plus bas « Nominations »
Localisation de Bergues et de son canton dans l’arrondissement de Dunkerque

Un certain nombre de critiques ont été adressées par des personnalités intellectuelles et politiques, notamment de la région, à l’encontre du film et des clichés qu’il véhiculerait sous prétexte de les parodier. L’écrivain Michel Quint voit ainsi en Bienvenue chez les Ch’tis « un exemple de démagogie et de populisme », déclarant : « Dany Boon me fait penser à mes propres maladresses quand je tente d’améliorer numériquement les clichés transférés sur mon ordinateur. Je fais pis que mieux. Et lui fait pis que pis »[148].

Certains sociologues portent également un regard incisif sur Bienvenue chez les Ch’tis. Michel Wieviorka y voit un signe du « déclin français » et du « repli d’une certaine France sur son passé, déconnectée des réalités et difficultés sociales actuelles »[142],[149]. De son côté, Philippe Marlière rappelle « qu’une minorité de nordistes parle le patois, […] essentiellement pratiqué par les personnes âgées en milieu rural. Il est ainsi invraisemblable que les postiers à Bergues puissent interpeller les usagers du bureau de poste en patois »[150]. Le résultat de ce « sur-emploi » et de l’accumulation de clichés n’est pas fortuit selon Marlière : « le Nord que l’on donne à voir ici se conforme à l’imagerie dominante d’une région à la main-d’œuvre peu qualifiée et peuplée d’assistés sociaux »[150]. Par conséquent, le film « dégage un pessimisme social » et décrit « un prolétariat dévoué, mais pas très futé, dans une région économiquement arriérée », ce qui en fait une « comédie ambiguë » qui « flatte les principaux poncifs anti-Nord » plutôt qu’il ne les démolit[150]. De même, l’historienne Élise Ovart-Baratte, chercheuse en histoire contemporaine, dénonce, dans son ouvrage Les Ch’tis, c’était les clichés, un film qui « véhicule le misérabilisme et porte l’image d’archaïsme »[151].

Dans un autre registre, le leader du Front national de l'époque, Jean-Marie Le Pen, déclare également que le film est « médiocre », et « plus une charge contre le Nord et le Pas-de-Calais qu’un film de promotion »[152] et que « les gens du Nord ils ne ressemblent pas aux héros de ce film […] vu qu’ils sont arabes tous les deux »[153].

Exploitation ultérieure[modifier | modifier le code]

En France, 2,5 millions de DVD, 50 000 Blu-ray ainsi que 20 000 VHS ont été mis en vente le 29 octobre 2008[154]. À titre de comparaison, Casino Royale avait sorti 5 000 exemplaires en Blu-ray, le DVD des Choristes avait été édité à 2 millions d’exemplaires, Le Monde de Nemo à 1,5 million[155], et Camping à un million[156]. La présentation devant les magasins ressemble à une « baraque à frites », un « camion poste » ou encore un « beffroi ». Le 29 octobre 2008 à minuit, deux magasins Fnac, un à Lille, l’autre à Valenciennes, ont été ouverts avec plusieurs animations pour l’occasion[157]. Pour le reste de la France, aucun événement n’était prévu. Toutefois, 650 000 copies ont été vendues le jour de sa sortie[158], un million sur les deux premiers jours[159], et après une semaine, 1 800 000 DVD ont été vendus. L’éditeur a dû produire de nouveaux exemplaires[160]. Au 24 février 2009, 2,9 millions de DVD et 15 000 VHS ont été vendus, ce qui représente plus que les 2,8 millions de VHS pour le film Titanic[47].

Le film en vidéo à la demande (VoD) est également disponible le même jour, c’est-à-dire le 29 octobre 2008[161], sur plusieurs sites Internet. Sur Canalplay, le film est resté en tête pendant trois semaines, c’est-à-dire jusqu’au 23 novembre, avant d’être dépassé par les films Taken, Les Randonneurs à Saint-Tropez et Cloverfield[162]. Selon Satellifax, le film a été le plus vu en 2008 en VoD avec 93 928 actes d’achat[163].

En France, le vendredi 13 mars 2009 en première partie de soirée, Canal+ diffusa le film, qui prit 11,4 % de part de marché, soit 2,7 millions[164] ou 2,8 millions de téléspectateur[165]. La chaîne cryptée a ainsi fait sa meilleure audience pour un film[166] en se plaçant en cinquième position des audiences de la soirée. En comparaison, le film La Môme avait attiré 1,5 million de téléspectateurs et Astérix aux Jeux olympiques, 1,9 million[165]. Le dimanche 28 novembre 2010, TF1 a diffusé le film, jusqu'alors inédit sur une chaîne gratuite, en première partie de soirée et a réuni plus de 14,396 millions de téléspectateurs et 51 % de part de marché[167]. La première chaîne française réalise alors sa meilleure audience de l'année hors événement sportif, et également la plus forte performance pour du cinéma depuis 1992[168]. TF1 a rediffusé le film en faisant un carton en se plaçant largement en tête des audience devant France 2 qui diffusait Casino royale, TF1 obtient donc un audience de 11 335 000 téléspectateur (41,1 % ou 41,4 % de part de marché)[169],[170].

En Suisse, TSR1 a diffusé le film en clair le lundi 8 février 2010, le film ramenant 331 000 téléspectateurs, soit 48,5 % de part de marché[171].

En Belgique francophone, il a été vu par 1 423 839 téléspectateurs lors de sa première diffusion en clair le 7 mars 2010 dans le cadre d'une soirée spéciale « Ch'tis » sur la chaine privée RTL-TVI pour une part de marché de 66,6 %, ce qui constitue un record depuis les premières mesures d'audiences dans le pays en 1997[172],[173].Lors de sa rediffusion le 10 avril 2012 il réunit encore 718 987 téléspectateurs pour 36,4 % de part d'audience[174].

En Italie, le film est diffusé pour la première fois en clair le 1er août 2011 sur Canale 5 et réunit 3,86 millions de téléspectateurs pour 19,79 % de part d'audience, soit la meilleure audience de la première partie de soirée[175]. Le 22 juillet 2012, il est diffusé pour la deuxième fois sur Canale 5 et réunit 2 301 000 téléspectateurs pour 13 % de part d'audience, soit la deuxième meilleure audience de la première partie de soirée[176]. Le 11 février 2013, le film est diffusé pour la troisième fois en Italie, toujours sur Canale 5, et réunit 5 046 000 de téléspectateurs pour 18,46 % de part d'audience, soit la meilleure audience de la première partie de soirée[177].

Autour du film[modifier | modifier le code]

La sortie du film a déclenché un véritable effet de mode sur la culture du Nord que les journalistes qualifient de « ch’timania »[178] voire de « ch’timifolie »[179]. Le film a en tout cas eu une certaine influence dans plusieurs domaines, parfois à court terme seulement.

Impact économique du film[modifier | modifier le code]

Le maroilles, une autre « star » du film

Depuis la sortie du film, la ville de Bergues a connu un véritable essor touristique à tel point qu’un circuit proposant de suivre les pas des héros du film, le « Ch’ti tour », a été mis en place[180]. Même si la ville accueillait déjà 25 000 touristes par an, une telle affluence en dehors de la saison touristique est exceptionnelle[181] et certains commerces affichent une hausse de +30 %[182] de leur chiffre d’affaires. Ainsi, entre 2007 et 2008, c’est le double de touristes qui est venu[183]. En février 2008, le site officiel de la ville a connu une augmentation de la fréquentation de 203 % par rapport au mois de janvier[184]. Également grâce au film, la région Nord-Pas-de-Calais a connu une bonne fréquentation touristique pour l’été 2008[185]. On compte entre 3 et 5 % de nuitées de plus qu’en 2007[186].

Avec le tourisme, début avril 2008, les producteurs de maroilles, le fromage « star » du film, annoncent une augmentation des ventes de 20 à 30 %[94]. N’ayant pas anticipé cet engouement, plusieurs producteurs et revendeurs ont vite été en rupture de stock, la période d’affinage étant importante. D’autres fromages du Nord, comme le vieux-lille, bénéficient également de cet engouement inhabituel. Autre emblème du film, la baraque à frites « Chez Momo », a permis de faire décoller les ventes de baraques à frites partout en France[187]. La bière Ch’ti, qui avait accepté de fournir des éléments du décor au film, a aussi largement profité de l’énorme succès du film, avec une demande de référencement par la plupart des sociétés de grande distribution françaises[188].

D’abord réticent[189], Dany Boon a annoncé qu’il allait faire du marchandisage caritatif en sortant des produits dérivés du film, tels que des mugs, des tee-shirts (en partenariat avec la marque LeGallodrome notamment[190]), assiettes, boîtes à « hein ! » (sur le même principe que les boîtes à meuh) et tous les bénéfices seront reversés à des associations[191]. Par ailleurs, Lansay a édité en 2008 des cartes à jouer et un jeu de société[192],[193] dérivés du film Bienvenue chez les Ch’tis. Grâce à la vente des produits dérivés du film, le « Ch'ti Fonds », créé par Dany Boon et Pathé, et géré par la Fondation de France, récolte un million d'euro en 2011[194].

Voulant surfer sur la vague populaire à propos des Ch’tis, d’autres produits dérivés, comme des sonneries de portable ou un service en ligne permettant de traduire un site Internet en ch’ti, ont également fait leur apparition après la sortie du film[195]. Prenant le train en marche, diverses sociétés et même des particuliers ont été nombreux à déposer à l’INPI des marques faisant référence à l’univers du film et aux expressions qu’il a popularisées[196].

En musique, un pastiche de musique tecktonik en ch’ti, Hé, Biloute ! Monte l’son ! Hein ! de Ch’ti DJ, est sorti le 7 avril 2008 et a caracolé en tête des ventes de single en France pendant une semaine[197]. Le succès du film a aussi donné des idées à certains éditeurs. Par exemple, Scali publie début mai 2008 Les Ch’tis, on va ch’tout vous dire de l’historienne Claire L'Hoër, avec une caricature de Dany Boon en couverture[198].

Finale de la Coupe de la Ligue 2008[modifier | modifier le code]

Quelques semaines après la sortie du film, la finale de la Coupe de la Ligue française de football 2007-2008 voit s’affronter les équipes du Racing Club de Lens (véritable guest-star du film) et du Paris Saint-Germain (PSG) au Stade de France. Des supporters du PSG y déploient une banderole indiquant « Pédophiles, chômeurs, consanguins : bienvenue chez les Ch’tis »[199], rapidement surnommée « la banderole de la honte »[200],[201] par la presse française. Plusieurs personnes s'en indignent[202] et des plaintes sont déposées de la part de la FFF, de la LFP, des deux clubs et du député-maire de Lens Guy Delcourt[203],[204]. Le 30 avril 2008, le PSG est condamné par la LFP à l’exclusion de la Coupe de la Ligue française de football 2008-2009[205]. Le club de football de Paris est ensuite à nouveau autorisé à jouer la coupe de la Ligue 2009 après un passage au Tribunal Administratif de Paris[206].

En réponse, le 5 avril 2008, un millier de supporters des rugbymen de l’USAP, qui se rendent en Angleterre pour le quart de finale de la H-Cup contre les London Irish, y déploient une autre banderole indiquant « L’USAP avec les Ch’tis[207] », affichant ainsi une solidarité entre les clubs perpignanais et lensois qui partagent les mêmes couleurs « sang et or ». Le même jour, la Brigade Sud-Nice, groupe de supporters de l’OGC Nice, fait également un clin d’œil à cette affaire lors du match de Ligue 1 contre Lille, en faisant de l’autodérision sur une banderole indiquant : « Escrocs, Mafieux, Putes, Camés, Messieurs les Ch’tis, bienvenue à Nice[208] ».

Les réflexions politiques et sportives dégagées après la rencontre sont parfois dénoncées. Pour Le 10 Sport la banderole est « l’événement footballistique qui a fait réagir en 2008 le plus de gens qui n’y connaissent rien au ballon rond[209] » et, pour un site sur le Paris Saint-Germain, la banderole sur Pape Diouf déployée par des supporters de l'Olympique lyonnais est « passée quasiment comme une lettre à la poste[210] » et crie à l’anti-parisianisme à l’envers de la banderole anti-ch’ti. L’historienne Elise Ovart-Baratte estime par ailleurs que cet incident est un exemple des clichés négatifs qui sont relayés par le film[78].

Projection à l'Élysée[modifier | modifier le code]

Le film a fait l’objet d’une projection privée au Palais de l'Élysée le 15 avril 2008 à 19 h. Ce n’est que la troisième fois que ce type de projection privée y est organisée. Charles de Gaulle avait fait aménager la salle de projection de l’Élysée afin de visionner La Grande Vadrouille, puis Jacques Chirac en 2001 y avait vu Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain[211]. Bienvenue chez les Ch’tis a été projeté en présence du président Nicolas Sarkozy et de Carla Bruni, ainsi que des deux ministres « ch’tis » du gouvernement, Jean-Louis Borloo et Valérie Létard[212].

Médias[modifier | modifier le code]

Le succès ch’ti n’a pas seulement eu une visibilité dans les salles de cinéma. La France a pu également le découvrir grâce aux médias qui ne se sont pas contentés de la promotion habituellement accordée aux films dans diverses émissions. Ils se sont en effet emparé du phénomène, notamment à la télévision.

Pour célébrer l’immense succès de Bienvenue chez les Ch’tis, Michel Denisot céda sa place de présentateur du Grand Journal de Canal+ à Dany Boon et son équipe, le temps de la 700e émission, le 10 avril 2008. Cette invitation était partie d’un pari lancé le 21 février 2008 lors de la promotion du film : si le nombre d’entrées dépassait les 6 millions, le comédien et humoriste aurait en charge le choix des invités de l’émission qu’il animerait. Pour annoncer la nouvelle, Canal+ avait envoyé un communiqué de presse en ch’ti[213]. Cette soirée remporta une forte audience, proche des records réalisés pendant la campagne présidentielle française. La première partie a réalisé 9,7 % de la part de marché avec 1,7 millions de téléspectateurs et la seconde, 2,2 millions de téléspectateurs, soit 9,6 % de part de marché ; la fin de l’émission a été suivie par 4 millions de téléspectateurs[214].

Pour rendre hommage au record d’entrées du 6 avril, la radio RTL proposait une journée « spéciale Ch’tis » le 9 avril 2008, avec la présence de Dany Boon dans toutes les émissions de la radio[215].

Sur TF1, en hommage au film que la chaîne a coproduit, le jeu 1 contre 100 a fait jouer des personnes de la région Nord-Pas-de-Calais du 21 au 25 avril[216] et Qui veut gagner des millions ? recevait les acteurs du film dans une émission qui a par la suite été proposée en bonus dans le DVD du film ; l’émission de Jean-Pierre Foucault obtint 36,7 % de part de marché lors de sa diffusion, avec 7,61 millions de téléspectateurs[217]. M6 a aussi mis les Berguois à l’honneur en proposant, du 23 au 27 juin, des épisodes d’Un dîner presque parfait avec uniquement des habitants de Bergues. Cette semaine spéciale ramena sur cet horaire jusqu’à 2,2 millions de téléspectateurs[218]. Quelques mois auparavant, le 1er avril 2008, dans le journal local et national de M6, il était annoncé que la déesse de la Grand’Place de Lille serait remplacée par une statue de Dany Boon. Il s’agissait d’un poisson d’avril[219].

La Voix du Nord, quotidien régional du Nord-Pas-de-Calais, avait organisé, le vendredi 30 mai 2008, une soirée sur la Grand’Place de Lille avec les principaux acteurs du film. Huit mille personnes avaient fait le déplacement pour voir Dany Boon et le reste de l’équipe du film[220]. Le même soir, une émission de TF1, Nord / Sud, le grand match, opposant des personnalités du Nord et du Sud de la France, était diffusée en prime time ; Dany Boon et Kad Merad y participaient en duplex depuis la soirée organisée à Lille. L’émission fut suivie par 5,8 millions de téléspectateurs[221].

Malgré l’audience importante de ces émissions, un sondage a montré par la suite que 62 % des Français considéraient que les médias avaient « trop parlé » du film[222].

En 2010, la chaîne RTL-TVI diffusait en Belgique une soirée spéciale dédiée au film et aux Ch'tis, incluant la diffusion du film, une émission, Le phénomène Ch'tis, animée par Sandrine Corman depuis Bergues, et un documentaire au sujet des Ch'tis, Planète Ch'tis[173]. L'émission évoquait le tournage et le succès du film mais aussi la célébrité dont bénéficie Bergues depuis[173]. Alors que le film battit des records d'audience avec 67,1 %, l'émission qui le précédait obtenait une part de marché de 46,7 %, et le documentaire, diffusé après le film, 38,5 %[173]. Sur l'ensemble de la soirée, RTL-TVI réussissait une moyenne de 48 % de part d'audience[173].

Parodies[modifier | modifier le code]

Le succès du film a donné lieu à des parodies et détournements. Pendant toute la durée du Festival de Cannes 2008, Les Guignols de l'info ont fait référence au film en parodiant en ch’ti les films ayant obtenu la Palme d'or les années précédentes. La marionnette de Michel Denisot disait comme un leit-motiv que plus rien ne se passait à Cannes, mais plutôt dans le nord de la France, justifiant la présence d’un envoyé spécial à « Bergueswood ».

En 2008, est sorti en sex shop un film pornographique parodique tourné en partie à Bergues, Bienvenue chez les ch’tites coquines (sous-titré : Sortez vos biloutes !)[223],[224], qui raconte l'histoire d'un couple venu en vacances à Bergues. Ce film, réalisé par Fabien Lafait, a également rencontré un certain succès, tel que le DVD fut rapidement en rupture de stock dans certains sex-shops du Nord[225]. Une suite, Bienvenue chez les ch’tites coquines 2, a également été produite en 2009[226].

Biloute[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

D’après un article du Parisien, le mot « biloute » était pressenti pour entrer dans les éditions 2009 des dictionnaires de langue française tant son emploi s’est répandu partout en France[227]. Le mot peut signifier « mon gars » ou encore « petite bite ». Malgré cette dernière signification, ce terme n’est pas utilisé de façon insultante mais au contraire comme marque d’affection.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Pour les adaptations parodiques, voir plus haut « Parodies »
Will Smith aurait du produire le remake américain, mais faute de bon scénario, Dany Boon l'annule.
Cinéma

Dès début avril 2008, la possibilité d’un remake américain avait été annoncée[228] mais Pathé avait d’abord préféré faire monter les enchères en se réjouissant : « pour une fois que les Américains se disputent un scénario français ! »[229]. Lors du Festival de Cannes 2008, Dany Boon confirme que Bienvenue chez les Ch’tis allait être adapté aux États-Unis et en Italie[230].

Pour les États-Unis, Warner Bros. et Overbrook Entertainment, la société de l’acteur Will Smith, ont acquis auprès de Pathé International les droits d’adaptation du film. Produit par Will Smith, Ken Stovitz et James Lassiter et rebaptisé Welcome to the Sticks (qu’il est possible de traduire par « Bienvenue chez les Ploucs » ou « Bienvenue à la cambrousse »), il raconterait l’histoire d’un personnage travaillant dans une multinationale qui souhaite se faire muter à Hawaï[231] et qui se retrouve muté à la « cambrousse », où il trouve finalement tout ce qui lui manquait[232],[233]. L’action ne se passera pas au Texas, comme l’aurait voulu Dany Boon, mais à la frontière canadienne[234] et plus précisément dans le Dakota du Nord[231]. Dans le rôle de Kad Merad, Steve Carell serait pressenti par Will Smith[235]. Cependant le projet a pris du retard car Dany Boon a refusé trois scenarios d'adaptation proposés par Will Smith et la Warner[236], puis est annulé à la rentrée 2012 suivant les mêmes motifs[237].

Pour l'Italie, avec un budget de 4,5 millions d'euros, la reprise s'intitule Benvenuti al Sud, produit par Medusa Film, qui distribue déjà le film de Dany Boon dans ce pays[238]. À l’inverse du film de Dany Boon, il s'agit d'un Milanais qui quitte le Nord de l’Italie lorsqu'il est muté dans le Sud[234]. Comme pour les autres films, il part avec des préjugés sur les régions du Sud italien[238]. Dans le rôle du postier muté, appelé Alberto, le réalisateur Luca Miniero a choisi Claudio Bisio[239]. Ce film, sorti le 1er octobre 2010 en Italie, rapporte quatre millions d'euros en un week-end avec en moyenne 7 128 spectateurs par salle[240]. Le film est un immense succès en Italie avec 5 millions d'entrées, ce qui fait de lui le dixième film du box-office italien depuis le 1er août 1997 en termes de nombre d'entrées et le quatrième pour les recettes. Le film sort également en France le 24 novembre 2010. Benvenuti al Sud donne aussi naissance à une suite, Benvenuti al Nord, sortie le 18 janvier 2012 en Italie ; le film réalise un des meilleurs démarrages de l'histoire en Italie[241], avec 2,5 millions d'entrées la première semaine[242].

Jeu vidéo

Le film a également été adapté en jeu vidéo sur PC, DS et Wii[243], versions respectivement sorties les 29 octobre, 31 octobre et 19 novembre 2008. Ce jeu est déconseillé aux enfants de moins de sept ans pour la version PC, tandis qu’il est classé comme « tous publics » pour les versions DS et Wii. L’accueil critique du jeu est très mauvais sur les sites spécialisés : la version Wii, par exemple, a obtenu une note générale de 1/10 sur Gamekult[244], de 3/20 sur Jeuxactu.com[245] et de 1/5 sur Micromania[246]. Jeuxvideo.com n’a pas noté la version Wii mais a par exemple attribué une note de 1/20 pour la version DS[247]. De plus, Pockett classe le jeu sur Nintendo DS comme étant le pire jeu de l’année 2008[248].

Bande dessinée

Le 29 octobre 2008, une adaptation en bande dessinée a été mise en vente. Fidèle au film, elle est dessinée par le Nantais Frédéric Coicault et scénarisée par Pierre Veys[249]. Cette adaptation a été aussi publiée en feuilleton dans le quotidien gratuit romand Le Matin Bleu.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

À la suite de l’annonce des nominations pour les Césars 2009, qui ne citaient qu’une seule fois son film à succès, Dany Boon avait annoncé qu’il n’assisterait pas à la cérémonie, mettant en avant le peu d’intérêt qu’ont les Césars pour les comédies : « Il n’y a qu’à regarder cette année, il n’y a que deux nominations pour des comédies, sur 100 nominations. Je ne trouve pas ça normal et je dis que je n’ai pas ma place dans une soirée qui boycotte, elle, les comédies »[258].

Ayant proposé la création d’un César de la meilleure comédie, le réalisateur avait ensuite renoncé à son boycott après que Alain Terzian, président de l’Académie des arts et techniques du cinéma qui organise les Césars, lui a annoncé que la création éventuelle d’une telle récompense serait discutée au sein de l’Académie[259]. La participation de Dany Boon lors de la cérémonie a finalement été d'autant plus remarquée que, vêtu d'un bas de jogging orange, il a mis en scène cette polémique en prétendant, sur le ton de la dérision, que tout cela était en fait une idée de buzz imaginé par Jacques Séguéla[260].

Le 7 octobre 2009, Alain Rocca, trésorier de l'Académie des arts et techniques du cinéma, affirme au quotidien belge Le Soir que l'Académie a réfléchi à propos de son désintérêt apparent pour le cinéma de divertissement et a donc décidé de créer un César du box-office, dont le premier serait remis par Dany Boon lui-même lors de la cérémonie des César 2010[261]. Néanmoins, l'Académie se ravise un mois plus tard lors de la publication d'un communiqué laconique : « Aucune des propositions étudiées n'ayant été retenue, le Conseil a décidé à l'unanimité de ne pas modifier le nombre et le mode d'attribution des vingt trophées pour la Cérémonie 2010 »[262], décision qui implique de facto l'abandon de la nouvelle récompense pourtant annoncée un mois auparavant.

Liste des nominations

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Rombi, Bienvenue chez les Ch'tis : bande originale de film, Music Box Records,‎ 2014 (présentation en ligne)
    La présentation en ligne, sur le site de Music Box Records, donne le détail des 6 plages, d'une durée de 12 min 22 s, se rapportant à Bienvenue chez les Ch'tis, des 12 plages, d'une durée de 21 min 23 s, se rapportant à Rien à déclarer et des 12 plages, d'une durée de 17 min 04 s, se rapportant à La Maison du bonheur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes :

  1. Épouse de Dany Boon.
  2. Pour cette réplique, Dany Boon dit s'être inspiré d'un « article pseudo-scientifique [...], qui disait que vivre dans le Nord fait mourir plus jeune car il y a moins de lumière dans cette région ».

Références :

  1. a et b « La porte ou la poste ? », sur bergues.net (consulté le 5 mars 2011)
  2. « Photo du message sur le beffroi. »
  3. a et b « Bienvenue chez les Ch’tis, [[AlloCiné]]. »
  4. « Bienvenue chez les Ch’tis », sortie en DVD, Fnac.com
  5. a et b (pl) Jeszcze dalej niż Północ, Site officiel polonais. Consulté le 31 octobre 2008
  6. Fiche du film, Cinoche.com
  7. (en) Australia Box Office, September 4–7, 2008, Boxofficemojo.com
  8. a et b (pt) « Bem-vindo ao Norte », Cinema PTGate (consulté le 31 octobre 2008)
  9. (en) Lebanon Box Office, September 25–28, 2008, Boxofficemojo.com
  10. (en) Singapore Box Office, October 9–12, 2008, Boxofficemojo.com
  11. a et b (de) Willkommen bei den Sch’tis, Filmstarts.de. Page consultée le 8 mars 2011.
  12. a et b (it) AGI, « Cinema: Boon, in “Giù al nord” Ribalto i luoghi comuni », La Repubblica,‎ 2008 (consulté le 31 octobre 2008)
  13. (en) Austria Box Office, November 14–16, 2008, Boxofficemojo.com
  14. a et b (es) « Bienvenidos al norte », Sensacine,‎ 2008 (consulté le 11 décembre 2008)
  15. (en) New Zealand Box Office, February 12–15, 2009, Boxofficemojo.com
  16. Diana Shapira, « News : Cinéma France Israël - Les Ch’tis en Israël - Les Flamands de Dany Boon s’en viennent dérider les Israéliens… », Israel Valley,‎ 2009 (consulté le 6 février 2009)
  17. (en) Greece Box Office, 16-19 avril 2009, Boxofficemojo.com
  18. (en) Hungary Box Office, Avril 30– May 3, 2009, Boxofficemojo.com
  19. a et b (da) « Velkommen til Ch'tis », CinemaZone.dk (consulté le 27 juillet 2009)
  20. http://www.unifrance.org/film/28483/bienvenue-chez-les-ch-tis/distribution
  21. (en) « South Africa Box Office, June 26–28, 2009, », sur Boxofficemojo.com.
  22. (en) Norway Box Office, July 03–05, 2009, Boxofficemojo.com
  23. « Hong kong Box-Office, september 10-13, 2009 (2009) », Box-Office Mojo (consulté le 17 avril 2010)
  24. a et b (ar) « Bienvenidos al País de la Locura (2008) », CinemaKi (consulté le 27 juillet 2009)
  25. « Chile Box-Office, March 11-14, 2010 », Box-Office Mojo (consulté le 17 avril 2010)
  26. a et b (br) « A Riviera Não é Aqui (2008) », Omelete (consulté le 9 avril 2010)
  27. (ru) « Cinemovies.fr (2010) », Cinemovies.fr (consulté le 15 mai 2010)
  28. http://www.unifrance.org/film/28483/bienvenue-chez-les-ch-tis/distribution?sort.property=dateSortie&page=0&sort.ascending=true
  29. (en) Welcome To The Sticks (Bienvenue chez les ch’tis),Screen Daily, 27 mars 2008.
  30. (no) « Velkommen til Shti'ene », Film Web,‎ 2009 (consulté le 26 juillet 2009)
  31. Bienvenue chez les Ch’tis : Casting complet, AlloCiné.
  32. Bienvenue chez les Ch’tis : Secrets de tournage, page 1, AlloCiné.
  33. a, b, c et d « Interview de Dany Boon pour le film "Bienvenue chez les Ch'tis" », sur abusdecine.com,‎ 2008 (consulté le 28 janvier 2012)
  34. Supplément de La Voix du Nord, mercredi 20 février 2008, page 4.
  35. a, b, c, d, e, f et g Dossier de presse, ChtiNN.
  36. 20 minutes, lundi 10 mars 2008, page 30.
  37. Christophe Carron, « Dany Boon : « Dans le Nord, il y a une fierté à être simple » », La Voix du Nord,‎ 2008 (consulté le 26 mai 2008)
  38. a, b, c et d Christophe Carrière, « Dany Boon : « Ma matière première, ce sont les gens » », L'Express,‎ 2008 (consulté le 11 mars 2008)
  39. « Daniel Auteuil : « Je rêvais d’être chanteur ! » », Le Parisien,‎ 2008 (consulté le 25 mai 2008)
  40. « Thomas Langmann battu à plate couture par… son père Claude Berri ! », PurePeople,‎ 2008 (consulté le 1er novembre 2008)
  41. a et b Bienvenue chez les Ch’tis : Secrets de tournage, page 2, AlloCiné
  42. « Films comiques français : un « Bienvenue chez les Ch’tis » exemplaire », Version originale,‎ 2008 (consulté le 7 décembre 2008)
  43. François-Guillaume Lorrain, « Bienvenue chez les Ch’tis, la visite guidée », Le Point,‎ 2008 (consulté le 7 mars 2008)
  44. a, b et c « Éric Hubert, producteur désintéressé des « Ch’tis » », La Tribune (consulté le 12 mars 2008)
  45. « À qui profite le jackpot de Bienvenue chez les Ch’tis ? », 20 minutes (consulté le 8 avril 2008)
  46. « Premier bilan sur l’effet ch’ti », La Voix du Nord (consulté le 23 mai 2008)
  47. a, b et c « Les « Ch’tis » : un an après, l’heure des comptes », La Voix du Nord,‎ 2009 (consulté le 24 février 2009)
  48. (en) « Bienvenue chez les Ch'tis », Box Office Mojo (consulté le 21 février 2010)
  49. a et b Emmanuel Beretta, « Dany Boon, un Ch’ti qui vaut 3,3 millions d’euros », Le Point,‎ 2008 (consulté le 11 mars 2008)
  50. a, b et c Léna Lutaud, « Revenus des acteurs : Dany Boon décroche le jackpot », Le Figaro,‎ 2009 (consulté le 15 mai 2009)
  51. A. P., « Dany Boon, Daniel Auteuil et Gérard Depardieu, acteurs français les mieux payés », Le Nouvel Observateur (consulté le 21 mai 2008)
  52. AP, « Dany Boon, l'acteur français le mieux payé », La Libre,‎ 2008 (consulté le 15 mai 2009)
  53. « Dany Boon : bienvenue chez les millionaires ! », News de star,‎ 2008 (consulté le 15 mai 2009)
  54. Canalsat : Le magazine des abonnés no 145, p. 6
  55. Un film à Bergues !, site officiel de la ville de Bergues.
  56. a et b Julien Bordier, « L’adjoint au maire de Bergues : « ici, on ne parle pas ch’ti » », L'Express,‎ 2008 (consulté le 3 mars 2008)
  57. Ça chatte avec Dany Boon !, La Voix du Nord, 18 février 2008.
  58. Justine Paul, « Gaz de France offre à Bergues le site du tournage », Gaz de France, Communiqué de presse,‎ 2008 (consulté le 25 avril 2008)
  59. Laurent Leys, « La fausse poste des « Ch'tis », futur lieu d'accueil pour des artistes », La Voix du Nord,‎ 2009 (consulté le 26 juillet 2009)
  60. M. H. S., « Le succès fou de la fausse poste de Bergues : près de 350 entrées ! », La Voix du Nord,‎ 2010 (consulté le 8 août 2010)
  61. Laurent Leys, « Clap de fin pour la fausse poste des « Ch'tis » après quatre mois et demi de succès », La Voix du Nord,‎ 2010 (consulté le 24 novembre 2010)
  62. L.L., « La fausse poste des « Ch'tis », c'est fini », La Voix du Nord,‎ 2010 (consulté le 27 novembre 2010)
  63. « Les « Ch’tis » : un an après, l’heure des comptes », La Voix du Nord,‎ 2009 (consulté le 15 juin 2011)
  64. C. C., « 4L de «Rien à déclarer» : un million d'euros aux associations », La Voix du Nord,‎ 2011 (consulté le 15 juin 2011)
  65. a et b Audrey Bollaro, « Avec Dany Boon Bienvenue chez les Ch’tis », Nice Premium,‎ 2008 (consulté le 18 mai 2012)
  66. Arnaud Déthée, « Dany Boon et Kad Merad en tournage à Bruay-La Buissière, duo comique en sol mineur », La Voix du Nord,‎ 2008 (consulté le 28 janvier 2008)
  67. « Galerie photo du tournage à Malo-les-Bains », histoires-de-chtis.com (consulté le 19 avril 2008)
  68. (en) Film locations for Bienvenue chez les Ch’tis, IMDb.
  69. Lance, « Bienvenue chez les Ch’tis ! »,‎ 2008 (consulté le 8 janvier 2008)
  70. a et b L. L., « Tournage de « Bienvenue chez les Ch’tis » : un trophée récompense Bergues pour son accueil », La Voix du Nord,‎ 2009 (consulté le 29 janvier 2009)
  71. Frédérique Béal, « Bergues décorée de la Marianne d'or », France 3,‎ 2012 (consulté le 4 juillet 2012)
  72. Bruno Bouvet, Arnaud Schwartz, Florence Quille, « Bienvenue chez les ch’tis : une contagieuse bouffée d’optimisme », La Croix,‎ 2008 (consulté le 14 mars 2008)
  73. a et b « Bienvenue chez les Ch’tis bat tous les records », France 2 (consulté le 7 avril 2008)
  74. a et b « Jacques Bonnaffé : « Fricadelles et baraques à fric », Libé Lille (consulté le 15 février 2008)
  75. « En début de soirée, un TGV spécial affrété par Pathé et la Région Nord - Pas-de-Calais pour cette soirée de lancement – une partie de la fameuse subvention de 600 000 euros… », La Voix du Nord, dimanche 17 et 18 février 2008, page 3.
  76. Christophe Caron, « Polémique chez les Ch’tis : « Pathé doit renoncer aux 600 000 euros ! » », La Voix du Nord,‎ 2008 (consulté le 6 décembre 2008)
  77. L’image chère payée des Ch’tis, 20 minutes, 18 février 2008.
  78. a et b Geoffroy Defrennes, « Un livre dénonce les « clichés » portés par Bienvenue chez les Ch’tis », Le Monde,‎ 2008 (consulté le 28 août 2008)
  79. « Bienvenue chez les Ch’tis le nouveau film de Dany Boon », RTL Info
  80. Jean-Baptiste Mouttet, « Bienvenue chez les Ch’tis : une promo béton… et des subventions », Rue89,‎ 2008 (consulté le 1er mars 2008)
  81. a et b Bienvenue chez les Ch’tis : Box-office, AlloCiné
  82. ProCinema
  83. Sortie uniquement dans la région Nord-Pas-de-Calais et quelques villes de Picardie.
  84. a et b « Bienvenue chez les Ch'tis (2007) » [PDF], uniFrance (consulté le 12 août 2013)
  85. « Bienvenue chez les Ch'tis », Base Lumière (consulté le 12 août 2013)
  86. a, b, c, d, e et f « Les films français à l'étranger : bilan 2010 » [PDF], Unifrance,‎ 2010 (consulté le 19 mai 2011)
  87. a, b, c, d et e « Bilan des résultats 2008 », Unifrance (consulté le 24 juin 2011)
  88. a et b (en) David Hayhurst, «  'Bienvenue' breaks box office records », Variety,‎ 2008 (consulté le 27 février 2008)
  89. 20 minutes Lille, 22 février 2008, page 2.
  90. Olivier Corriez, « Démarrage monstre pour Bienvenue chez les Ch’tis », TF1,‎ 2008
  91. « 19 252 315 spectateurs… pour l’instant », La Voix du Nord,‎ 2008 (consulté le 26 avril 2008)
  92. Christophe Caron, « La France bascule à son tour dans la ch’timi folie », La Voix du Nord,‎ 2008 (consulté le 29 février 2008)
  93. Olivier Corriez, « Box office - Record historique pour Bienvenue chez les Ch’tis », LCI,‎ 2008 (consulté le 6 mars 2008)
  94. a et b « Bienvenue chez les ch’tis détrône La Grande Vadrouille et cingle vers Titanic », La Tribune,‎ 2008 (consulté le 4 avril 2008)
  95. « Bienvenue chez les Ch’tis dépasse les 20M d’entrées », Le Nouvel Observateur,‎ 2008 (consulté le 21 mai 2008)
  96. Clarisse Fabre, « Les Ch’tis ne devraient pas battre Titanic », Le Monde,‎ 2008 (consulté le 3 juillet 2008)
  97. AP, « Cinéma 2008 : le box-office France », Le Nouvel Observateur,‎ 2008 (consulté le 25 décembre 2008)
  98. « Hausse de la fréquentation des salles de cinéma au premier trimestre 2008 : +14 % » [PDF], Fédération nationale des cinéma français
  99. Léna Lutaud, « Les Ch’tis, champions du cinéma français », Le Figaro,‎ 2008 (consulté le 7 avril 2008)
  100. Reportage sur France Info (chronique diffusée le 12 avril 2008 dans la tranche 16 h-16 h 30)
  101. a et b Estelle Dumont, « Le record d'entrées de Bienvenue chez les Ch'tis entravé par le piratage ? », ZdNet,‎ 2008 (consulté le 16 avril 2010)
  102. a, b et c « Unifrance Films publie son bilan complet de l'année cinéma 2012 Page 15 », sur UniFrance Films,‎ Décembre 2013 (consulté le 29 décembre 2013)
  103. http://lumiere.obs.coe.int/web/film_info/?id=29310&market=DE
  104. « Bienvenue chez les Ch'tis », sur procinema.ch (consulté le 23 février 2011)
  105. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l « Film Bienvenue chez les Ch'tis », Lumière (consulté le 19 mai 2011)
  106. http://diffusion.stat.gouv.qc.ca/pls/hni/hni_maitr_detl.p_trait_detl?no_film=310025&lang=fr
  107. http://lumiere.obs.coe.int/web/film_info/?id=29310&market=NL
  108. http://www.unifrance.org/box-office/111/pays-bas/classement-films-francais?filter.annee=2008
  109. « Box-office français dans le monde - Mai 2010 », unifrance.org,‎ 8 juin 2010 (consulté le 28 décembre 2010)
  110. http://www.ccm.ma/%5Cinter%5Cphactualite%5Ctrente2008.pdf
  111. Ch. D., « Bienvenue chez les Ch’tis en tournée mondiale », Daily Nord,‎ 2009 (consulté le 28 décembre 2010)
  112. « Antal solgte biografbilletter », Danmark Statistik (consulté le 20 octobre 2012)
  113. http://boxofficemojo.com/movies/?id=bienvenuechezleschtis.htm
  114. http://boxofficemojo.com/alltime/world/?pagenum=4&p=.htm
  115. « Dates de sortie », IMDb
  116. « Bienvenue chez les Ch’tis », TV5
  117. a et b « Programme 2008 », COL-COA,‎ 2008
  118. Swiss Txt, « Les Ch’tis n’emballent pas l’Amérique. Un premier accueil frileux pour le film de Dany Boon », Télévision suisse romande,‎ 2008 (consulté le 15 avril 2008)
  119. « Los Angeles : un prix pour les Ch’tis », Le Figaro,‎ 2008 (consulté le 20 avril 2008)
  120. « Le phénomène Ch’ti touche aussi la Belgique », 7 sur 7,‎ 2008 (consulté le 6 mars 2008)
  121. « Belgique : Bienvenue chez les Ch’tis bat le record des films français », Agence France-Presse,‎ 2008 (consulté le 14 avril 2008)
  122. « Un Belge sur dix a vu Bienvenue chez les Ch’tis », La Voix du Nord,‎ 2008 (consulté le 14 avril 2008)
  123. « Bienvenue chez les Ch’tis affole le box-office en Allemagne et en Italie », La Dernière Heure,‎ 2008 (consulté le 11 décembre 2008)
  124. « L’Allemagne et l’Italie reçoivent les Ch’tis », UniFrance,‎ 2008 (consulté le 11 décembre 2008)
  125. « Nouveau record de production cinématographique dans l'UE en 2008 », AFP,‎ 2009 (consulté le 28 mai 2009)
  126. « Bienvenue chez les Ch’tis », TotalVod,‎ 2008 (consulté le 29 octobre 2008)
  127. Site de L’Echo du Public
  128. Bienvenue chez les Ch’tis : Critique spectateurs, AlloCiné Consulté le 28 février 2009.
  129. Les meilleurs films 2000-2008 selon les spectateurs, page 4, AlloCiné. Consulté le 28 février 2009
  130. (en) User rating for Bienvenue chez les Ch’tis, IMDb. Page consultée le 28 février 2009.
  131. Sébastien Cahn, « Synthèse Cinéfil : la presse en parle, les internautes aussi », Cinéfil,‎ 2008 (consulté le 8 décembre 2008)
  132. « Personnalité préférée des nordistes : Dany Boon passe devant De Gaulle », Agence France-Presse,‎ 2009 (consulté le 27 janvier 2009)
  133. « Bienvenue chez les Ch’tis » : phénoménal !, La Voix du Nord,‎ 2009 (consulté le 27 janvier 2009)
  134. A.P., « Sondage: pour 57 % des Français, "Les Ch'tis" méritaient le César », NouvelObs.com,‎ 2009 (consulté le 14 mai 2009)
  135. a, b, c, d, e et f « Critiques presse du film Bienvenue chez les ch’tis. » Le Blog TV News
  136. a, b, c, d et e Dominique Borde, « Une petite fable », Le Figaro du 27 février 2008
  137. a et b Jacques Mandelbaum, « "Bienvenue chez les Ch’tis" : sympathique comédie au pays des Ch’tis », Le Monde du 19 février 2008
  138. Cécile Mury, « Bienvenue chez les Ch’tis, Télérama du 23 février 2008
  139. a et b D.W., « Fleurs de chicorée », L’Humanité du 27 février 2008
  140. a, b, c et d « 'Bienvenue chez les Ch’tis : Revue de presse », sur Allociné (consulté le 11 janvier 2012)
  141. « Revue de critiques » sur nouvelobs.com
  142. a, b, c et d Régis Soubrouillard, « Bienvenue chez les ch’tis : la critique sourit… mais n’en pense pas moins », Marianne2, 15 avril 2008
  143. Joachim Lepastier, « Rires avec frontières », Les Cahiers du cinéma, no 665, mars 2011, p. 24
  144. Jacky Goldberg, « Une mauvaise comédie pourtant fréquentable », Les Inrockuptibles du 27 février 2008
  145. a, b et c Ophélie Wiel, « Si t’as fro té fait comme mi, té mets tin capiau su’tête ! », Critikat,‎ 2008 (consulté le 2 décembre 2009)
  146. « "Gérard du cinéma": Zoé Félix, dans la catégorie désespoir féminin pour "Bienvenue chez les Ch'tis" ! », sur people.premiere.fr,‎ 23 avril 2009 (consulté le 30 novembre 2011)
  147. Alexandre Dinin, « Dany Boon : « on va couler le Titanic une deuxième fois » », Le Journal du dimanche,‎ 2008 (consulté le 6 avril 2008)
  148. Michel Quint, « Anatomie de Bienvenue chez les Ch’tis », Le Nouvel Observateur du 13 mars 2008
  149. Philippe Cibois, « "Ch’tis" : pourquoi un tel succès ? [PDF] », Association des Sociologues Enseignants du Supérieur
  150. a, b et c Philippe Marlière, « « Bienvenue chez les Ch’tis », Germinal comique »,, sur www.lemonde.fr.,‎ 20 avril 2008
  151. Cyriel Martin, « Une militante socialiste du Nord dénonce le « misérabilisme » des Ch’tis », Le Point,‎ 2008 (consulté le 12 mars 2008)
  152. Marc Vignaud, « Le Pen : « Le succès des Ch’tis, c’est la décadence de l’esprit français » », Le Point,‎ 2008 (consulté le 13 décembre 2008)
  153. « Le Pen dérape sur les Ch’tis », RMC Info,‎ 2008 (consulté le 13 décembre 2008)
  154. Kévin Prin, « Bienvenue chez les Ch’tis : un lancement historique ! », FilmsActu.com,‎ 2008 (consulté le 27 octobre 2008)
  155. Léna Lutaud, « Nouveau suspense autour des « Ch’tis » », Le Figaro,‎ 2008 (consulté le 27 octobre 2008)
  156. Magali Louvard, « Sortie DVD record pour « Bienvenue chez les Ch’tis » », CinéActu.com,‎ 2008 (consulté le 27 octobre 2008)
  157. C. C., « Sortie du DVD « Bienvenue chez les Ch’tis » : la vague débute ce soir, à minuit ! », La Voix du Nord,‎ 2008 (consulté le 28 octobre 2008)
  158. Kévin Prin, « Bienvenue chez les ch’tis bat tous les records de vente ! », FilmsActu.com,‎ 2008 (consulté le 30 octobre 2008)
  159. « Ch’tis : 1 million de DVD en deux jours », Le Figaro,‎ 2008 (consulté le 31 octobre 2008)
  160. « Nouveau record battu pour les Ch’tis », Vibration (consulté le 5 novembre 2008)
  161. Arnaud Devillard, « Bienvenue chez les Ch’tis » distribué en même temps en DVD et en VOD, 01net.com,‎ 2008 (consulté le 29 octobre 2008)
  162. « Top VoD : « Taken » déloge « Bienvenue chez les Ch’tis » », Comment ça marche ?,‎ 2008 (consulté le 2 décembre 2008)
  163. « Bienvenue chez les Ch’tis » a dominé la VoD en 2008, Le Journal du Net,‎ 2009 (consulté le 21 février 2009)
  164. Julien Lalande, « Audiences : les Ch’tis cartonnent sur Canal+ », Ozap,‎ 2009 (consulté le 15 mars 2009)
  165. a et b « Triomphe de Bienvenue chez les Ch’tis sur Canal + », Toute la télé,‎ 2009 (consulté le 15 mars 2009)
  166. Julien Martin, « Les Ch’tis à la télé, c’est un carton ! », News France,‎ 2009 (consulté le 15 mars 2009)
  167. Julien Lalande, « Audiences : "Bienvenue chez les Ch'tis" écrase la concurrence, sauf Canal+ », Ozap,‎ 2010 (consulté le 29 novembre 2010)
  168. « Plus de 14 millions de Français pour Bienvenue chez les Ch’tis », Toute la télé,‎ 2010 (consulté le 29 novembre 2010)
  169. « Bienvenue chez les Ch’tis : 11.3 millions de Français, une promotion en or pour Supercondriaque », Toute la télé,‎ mars 2014 (consulté le 3 mars 2014).
  170. DR, « Audiences TV : "Bienvenue chez les Ch'tis" cartonne sur "TF1", loin devant "Casino Royale" sur "France 2" », RTL,‎ 2014 (consulté le 3 mars 2014)
  171. « Bienvenue chez les Ch'tis s'offre un nouveau record », Toute la télé,‎ 2010 (consulté le 10 février 2010)
  172. « CIM TV Top 100 meilleurs programmes : Toutes années confondus - Sud » [PDF], CIM TV (consulté le 18 septembre 2013)
  173. a, b, c, d et e « Les Ch'tis battent un nouveau record », sur 7sur7.be,‎ 8 mars 2010 (consulté le 9 mars 2010)
  174. « CIM TV Top 100 meilleurs programmes : 2012 - Sud », CIM TV (consulté le 18 septembre 2013)
  175. (it) Fabio Morasca, « Ascolti Tv lunedì 1 agosto 2011: Giù al nord vince la serata grazie a 3.800.000 spettatori », sur cinetivu.com,‎ 2011 (consulté le 18 septembre 2013)
  176. (it) Davide Maggio, « ASCOLTI TV DI DOMENICA 22 LUGLIO 2012: UN PASSO DAL CIELO (19.27%) BATTE GIU’ AL NORD (13%). FORMULA1 AL 46%. TECHETECHETE’ (18.34%) ANCORA MEGLIO DI VELINE (14.66%). IL MARESCIALLO ROCCA 5 IN PRESERALE SU RAIPREMIUM AL 2.53%. », davidemaggio.it/,‎ 2012 (consulté le 18 septembre 2013)
  177. (it) Debora Marighetti, « Ascolti TV: dati Auditel di ieri, lunedì 11 febbraio 2013. Vespa floppa in prime time, 5 mln per Giù al nord », ascoltitv.it,‎ 2013 (consulté le 18 septembre 2013)
  178. Bruno Bouvet, Florence Quille, « La ch’timania s’empare de la France », La Croix,‎ 2008 (consulté le 14 mars 2008)
  179. La Voix du Nord, dimanche 6 avril 2008, page 1 à 4
  180. Marc Mahuzier, « Les habitants de Bergues découvrent la « ch’timania » », Ouest-France,‎ 2008 (consulté le 10 mars 2008)
  181. Alexandre Duyck, « Un Ch’ti tour à Bergues », Le Journal du dimanche,‎ 2008 (consulté le 10 mars 2008)
  182. « Bergues surfe sur le succès du film de Dany Boon », France 3,‎ 13 mai 2008 (consulté le 26 mai 2008)
  183. « Tourisme : Bergues continue à profiter de la « Ch’ti mania » », La Voix du Nord,‎ 2008 (consulté le 31 juillet 2008)
  184. Jérôme G., « La mode Ch’ti frappe le site de la ville de Bergues », GNT,‎ 17 mars 2008 (consulté le 8 avril 2008)
  185. « 42 % des Français ne partent pas en vacances cet été », Le Monde,‎ 2008 (consulté le 31 juillet 2008)
  186. Laurent Decotte, « Grâce à l’effet Ch’ti, le « Noooord », lui, a la cote », La Voix du Nord,‎ 2008 (consulté le 31 juillet 2008)
  187. « La vague ch’tie profite à de nombreuses PME du Nord », Actionco.fr,‎ 21 mars 2008 (consulté le 7 avril 2008)
  188. « Dany Boon fait mousser la bière Ch’ti », Les Échos (consulté le 7 mars 2008)
  189. « Ch’tis : la déferlante n’est pas finie ! », M6,‎ 2008 (consulté le 29 octobre 2008)
  190. « T-shirts Bienvenue chez les Ch’tis », legallodrome.com (consulté le 27 mai 2008)
  191. « La Voix du Nord », La Voix du Nord (consulté le 1er avril 2008)
  192. « Découvrez le jeu Bienvenue ches les Ch'tis de Lansay ! », FHCOM (consulté le 3 mars 2010)
  193. « Lansay - Créateurs de jouets - Produit Bienvenue chez les Ch’tis », Lansay (consulté le 10 mars 2009)
  194. « 4L de «Rien à déclarer» : un million d'euros aux associations », La Voix du Nord,‎ 2011 (consulté le 15 février 2013)
  195. Doan Bui, « Bich’tiness is bich’tiness - Les Objets du culte », Le Nouvel Observateur,‎ 17 avril 2008 (consulté le 26 mai 2008)
  196. Quelques exemples de dépôts de marques : première série de marques, deuxième série de marques, Chtiramisu
  197. « Freddy, Ch’ti DJ et compagnie… Ceux qui ont fait mieux que Michael Jackson », La Voix du Nord,‎ 27 avril 2008 (consulté le 26 mai 2008)
  198. Reportage dans l’émission Capital diffusée sur M6 le 11 mai 2008.
  199. « Coupe de la Ligue : indignations et plaintes contre une banderole anti-Ch’tis », Yahoo!,‎ 2008 (consulté le 31 mars 2008)
  200. Stéphane Guérard, « La banderole de la honte », L'Humanité,‎ 2008 (consulté le 27 février 2010)
  201. Maxime Dupuis, « La banderole de la honte », Eurosport,‎ 2008 (consulté le 27 février 2010)
  202. Voir notamment « la réaction de Dany Boon », sur Yahoo News, (consulté le 31 mars 2008)
  203. « Foot- Justice Lens et la Ligue portent plainte », Yahoo!,‎ 2008 (consulté le 30 mars 2008)
  204. « Banderole anti-Ch’tis : Sarkozy condamne, la Ligue et la fédération portent plainte », Yahoo!,‎ 2008 (consulté le 31 mars 2008)
  205. « Le PSG privé de Coupe », Eurosport,‎ 2008
  206. « Foot - Coupe Ligue - Le Paris-SG réintégré », L'Équipe,‎ 2008 (consulté le 7 décembre 2008)
  207. « L’USAP avec les Ch’tis », RMC Info,‎ 2008
  208. Weetabix, « Banderole : à Nice, on sait accueillir les « ch’tis » », i-actu,‎ 2008 (consulté le 8 avril 2008)
  209. Yves Leroy, « La banderole de la honte », Le 10 Sport,‎ 2008 (consulté le 27 décembre 2008)
  210. RMC, « Qui a parlé d’antiparisianisme ? », lemeilleurdupsg.com,‎ 2008 (consulté le 27 décembre 2008)
  211. L’information a été rapportée par Ludovic Vigogne dans L’Express le 3 avril 2008.
  212. « Dépêche AFP du 2008-04-14 », Le Monde,‎ 2008
  213. Jean-Marc Morandini, « Dany Boon à la place de M. Denisot au Grand Journal », Blog de Jean-Marc Morandini,‎ 2008 (consulté le 8 avril 2008)
  214. « Le Grand Journal : Record d’audience avec Dany Boon et Ch’tis », Un Web,‎ 2008 (consulté le 25 janvier 2009)
  215. « La journée Ch’tis de RTL », Le Nouvel Observateur,‎ 2008 (consulté le 8 avril 2008)
  216. Jean-Marc Morandini, « Un contre 100 va rendre hommage aux Ch’tis »
  217. « Carton des Ch’tis à Qui veut gagner des millions ? », Toute la télé,‎ 2008 (consulté le 25 janvier 2009)
  218. « Un dîner presque parfait surfe sur la vague Ch’tis », Toute la télé,‎ 2008 (consulté le 25 janvier 2009)
  219. Le Six' de M6 du 1er et du 2 avril 2008
  220. Sébastien Bergès, « Dany, l’idole des jeunes et de tous les autres », La Voix du Nord,‎ 2008 (consulté le 25 janvier 2009)
  221. Pascal, « Près de six millions de téléspectateurs pour Nord / Sud, le match. », Le Blog TV News,‎ 2008 (consulté le 25 janvier 2009)
  222. « Sondage : les journalistes ne sont pas libres », Le Nouvel Observateur,‎ 2009 (consulté le 10 janvier 2009)
  223. « Bienvenue chez les ch’tis parodié en film X », Nord éclair,‎ 2008 (consulté le 10 septembre 2008)
  224. Affiche du film (page |consultée le 28 avril 2010)
  225. « Le film X « Bienvenue chez les Ch’tites coquines » en rupture de stock », Zigonet,‎ 2008 (consulté le 2 novembre 2008)
  226. « Bienvenue chez les Ch’tis… passe au X », sur cpourcinema.skynetblogs.be,‎ 4 juillet 2009 (consulté le 6 mars 2011)
  227. « Biloute » bientôt dans le dico, Le Parisien,‎ 2008 (consulté le 12 avril 2008)
  228. Cette possibilité a été annoncée par Dany Boon lui-même dès le dimanche 6 avril 2008 sur le plateau du journal de 20 h de France 2.
  229. « Bienvenue chez les Ch’tis version black, une idée signée Will Smith ! », purepeople.com,‎ 2008 (consulté le 24 avril 2008)
  230. « Dany Boon annonce un remake italien de « Bienvenue chez les Ch’tis » », AFP,‎ 2008 (consulté le 21 mai 2008)
  231. a et b « Festival de Deauville : Dany Boon livre les premières informations sur le remake de Bienvenue chez les Ch'tis », Première,‎ 2009 (consulté le 9 septembre 2009)
  232. « Will Smith va co-produire un remake du film Bienvenue chez les Ch’tis », AFP,‎ 2008 (consulté le 21 mai 2008)
  233. (en) Michael Fleming, « Will Smith to produce 'Sticks' », Variety,‎ 2008 (consulté le 19 mai 2008)
  234. a et b Christophe Carrière, « Dany Boon à l’Inch’tirnational », L'Express,‎ 2009 (consulté le 18 février 2009)
  235. Laure Croiset, « Steve Carell dans la peau de Kad ? », Tout le ciné,‎ 2008 (consulté le 25 décembre 2008)
  236. « Dany Boon n'aime pas les Ch'tis version US, mais son auto fait des heureux », Pure People,‎ 2011 (consulté le 15 juin 2011)
  237. Marie Dealessandri, « Pas de remake américain pour « Bienvenue chez les Ch’tis » », Nouvel Observateur,‎ 2012 (consulté le 3 septembre 2012)
  238. a et b Cyriel Martin, « Bienvenue chez les Ch'tis : et maintenant une version italienne ! », Le Point,‎ 2009 (consulté le 17 octobre 2009)
  239. (it) « Benvenuti al Sud (2010) », movieplayer.it (consulté le 17 avril 2010)
  240. C.P., « Un «Bienvenue chez les Ch'tis» à la sauce napolitaine fait un tabac en Italie », 20 minutes,‎ 2010 (consulté le 4 octobre 2010)
  241. Camillo De Marco, « Un week-end record pour Benvenuti al Nord », sur cineuropa.org,‎ 23 janvier 2012 (consulté le 28 janvier 2012)
  242. (it) « Risultati Totali Anno Solare (Dal 1/1/2012 al 27/1/2012) », sur cinetel.it (consulté le 28 janvier 2012)
  243. « Bienvenue sur la Wii, les Ch’tis ! », Jeuxvideo.com,‎ 10 avril 2008 (consulté le 26 mai 2008)
  244. « Bienvenue chez les Ch’tis sur Wii », Gamekult,‎ 2008 (consulté le 9 décembre 2008)
  245. Pierre Delorme, « Bienvenue chez les Ch’tis sur Wii », Jeuxactu,‎ 2008 (consulté le 9 décembre 2008)
  246. Marion Renard, « Bienvenue chez les Ch’tis : Le Jeu (Wii) », Micromania,‎ 2008 (consulté le 9 décembre 2008)
  247. « Bienvenue chez les Ch’tis sur DS », Jeuxvideo.com,‎ 2008 (consulté le 7 novembre 2008)
  248. « Les pires jeux vidéo de l’année 2008 », Pockett,‎ 2008 (consulté le 25 décembre 2008)
  249. Christophe Jaunet, « Un Nantais dessine les Ch’tis », Ouest-France,‎ 2008 (consulté le 12 octobre 2008)
  250. « Bienvenue chez les ch’tis récompensé », Le Figaro,‎ 2008 (consulté le 23 mai 2008)
  251. « Palmarès 2008 », site officiel du festival
  252. Magali Louvard, « BFM - Palmarès des BFM Awards 2008 », RadioActu,‎ 2008 (consulté le 27 juillet 2009)
  253. « BFM Awards - les lauréats », sur iframe.bfmbusiness.com (consulté le 9 janvier 2012)
  254. (en) « Official Awards 2008 Seville European Film Festival », Sevilla Festival de Cine Europeo,‎ 2008 (consulté le 11 novembre 2008)
  255. « Palmarès des prix Raimu », Raimu,‎ 2008 (consulté le 19 décembre 2008)
  256. « Palmarès Festival de Cabourg 2008 », Canal Plus,‎ 2008 (consulté le 9 janvier 2012)
  257. Laure Croiset, « Un Trophée pour Dany Boon », Tout le ciné,‎ 2009 (consulté le 29 janvier 2009)
  258. « Dany Boon revient sur son boycott des Césars », RTLinfo.be,‎ 2009 (consulté le 10 mars 2009)
  259. « Dany Boon et les César : « Je n’ai jamais boudé » », Le Matin,‎ 2009 (consulté le 10 mars 2009)
  260. « Regardez Dany Boon débarquer par "surprise" aux Césars », jeanmarcmorandini.com,‎ 2009 (consulté le 27 février 2009)
  261. « Dany Boon a gagné : il remettra le premier césar du box-office en 2010 ! », News de stars,‎ 2009 (consulté le 11 octobre 2009)
  262. « Dany Boon, grosse colère en perspective : l'Académie des César a dit non ! », Purepeople.com,‎ 2009 (consulté le 8 novembre 2009)
  263. « European Film Awards 2008 (21ème édition) », Allociné,‎ 2008 (consulté le 22 mars 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 20 décembre 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.