Bidet (cheval)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Bidet
Bidet
{{#if:
Bidet breton de selle, d'après une photo publiée au début du XXe siècle
Bidet breton de selle, d'après une photo publiée au début du XXe siècle

Espèce Cheval (Equus caballus)
Région d’origine
Région Drapeau de la France France (Bretagne, Morvan, Auvergne, Poitou, Bourgogne)
Caractéristiques
Morphologie Cheval de trait et de selle
Taille 1,10 m à 1,35 m au XVIIIe siècle
Autre
Utilisation Selle, trait, bât

Un bidet est un petit cheval trapu à tout faire, qui servait indifféremment à la selle, au bât ou au trait, essentiellement pour les roturiers ou des agents de l’État. Son existence est documentée du XVe siècle au XIXe siècle. En France, la plupart des individus sont originaires de Bretagne et du Morvan, où deux races sont identifiées. Plusieurs types existent en fonction de l'emploi recherché, tels que le bidet d'allure, le bidet de compagnie et le bidet de poste. Ils sont élevés de manière semi-sauvage, sans véritable sélection.

La plupart disparaissent au XIXe siècle avec l'industrialisation, qui induit un fort développement des routes carrossables et du chemin de fer, rendant les chevaux carrossiers et les chevaux de trait plus adaptés. L'utilisation du bidet breton et du bidet du Morvan régresse fortement dans les années 1850, si bien qu'à la fin du siècle, tous deux ont disparu. Si l'emploi du nom de « bidet » a beaucoup régressé au XXe siècle au profit de celui de « poney », ce petit cheval reste connu dans la culture populaire, à travers romans et expressions populaires, surtout grâce à la comptine « À dada sur mon bidet ».

Étymologie et terminologie[modifier | modifier le code]

Le nom de « bidet » est utilisé essentiellement en France, où il a fortement marqué la culture populaire. Il apparaît dès 1564 chez Rabelais, pour désigner un « petit cheval », par probable emprunt à l'ancien français « bider » qui signifie « trotter », lui-même issu de « rabider », soit « accourir en hâte », utilisé au XIVe siècle[1]. Selon le Trésor de la langue française, le mot désigne un « petit cheval de poste, trapu et vigoureux, que montaient les courriers ; un petit cheval de selle ou de trait »[2]. L'emploi du féminin « bidette » est attesté dans un écrit de Flaubert[3].

Le mot « bidet » a fini par désigner le petit cheval de selle du peuple, d'« un genre peu élevé »[4], c'est pourquoi qualifier un cheval de « bidet » est également une manière péjorative de le désigner[1]. Certains paysans du milieu du XXe siècle, au labour, appellent encore leurs chevaux de trait « mes bidets », mais l'usage de ce nom a beaucoup régressé[4] au profit de celui de « poney »[5].

Le meuble d'eau servant à la toilette intime a été appelé bidet par métaphore cavalière[6] depuis 1739. Cette analogie est vraisemblablement dur à la petite taille des bidets, car le meuble de toilette impose une position à califourchon avec les deux pieds reposant au sol[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire des bidets est associée à celle des roturiers et à l’État[8]. Ces chevaux n'ont de valeur que pour la force de travail qu'ils peuvent apporter à un moindre coût. C'est pourquoi la beauté, la taille, la robe et le sexe n'ont aucune importance, seules la capacité au travail et la rusticité entrent en ligne de compte. De tous temps, ce type d'élevage s'effectue contre les recommandations des responsables des haras nationaux, qui ne cessent de critiquer ces « petits chevaux laids », en souhaitant leur disparition. Ils sont élevés de façon semi-sauvage sans véritable sélection[9]. Durant l'Antiquité, la Bretagne et la Normandie élèvent de petits chevaux, peut-être introduits par les Celtes depuis leurs migrations asiatiques. Au XVIe siècle, la Normandie héberge des bidets lourds et résistants, aptes à tracter sur de longues distances et à servir de diligenciers ou de chevaux d'artillerie[10],[11].

XVIIe siècle et XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Philips Wouwerman, The grey, 1646 : cette peinture représente probablement un bidet de selle, selon Bernadette Lizet.

Au XVIIe siècle, la plupart des bidets se trouvent en Bretagne. Durant tout le XVIIIe siècle, ils proviennent également de l'Auvergne, du Poitou, du Morvan et de Bourgogne[12]. Le Morvan et l'Auvergne (avec le Vivarais et le Limousin), élèvent des bidets de selle[13]. Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, cet élevage est considéré comme florissant, mais les réquisitions successives qui suivent la Révolution française entraînent une crise, d'autant que ces petits chevaux semblent assez demandés par les armées[14]. Ces animaux sont activement recherchés par des marchands qui font le tour des villages, même à plusieurs dizaines de kilomètres à la ronde, pour les acheter et les revendre[15]. Les bidets noirs du Cotentin jouissent d'une bonne réputation jusque vers 1775[16].

Disparition[modifier | modifier le code]

Plusieurs hippologues, entre autres Jacques Mulliez, constatent la disparition des bidets du XIXe siècle jusqu'au début du XXe siècle[17],[9]. Selon Bernadette Lizet, ce type d'élevage est abandonné, car devenu inintéressant[18] en raison d'une multitude de facteurs dont l'amélioration des routes permettant le passage des véhicules attelés, la modernisation de l'agriculture, le percement de canaux et l'arrivée du chemin de fer[19]. Cette disparition commence dans les « pays d'élevage » où sont stationnées des juments, les bidets aptes à la selle étant éliminés au profit de chevaux plus grands et plus forts, aptes à la traction[9]. L'introduction de juments de trait dans le Bazois, documentée par des chiffres de vente, se fait au détriment des bidets vendus moins cher et qui ne peuvent tracter aussi efficacement[20]. Les bidets morvandiaux, croisés avec étalons et juments de trait[21], disparaissent complètement durant la seconde moitié du XIXe siècle[20]. Dans la Brenne, le poney « brennou », employé comme bidet, disparaît avec l'assèchement des marais de la région. Un autre type de bidet des landes et des bois disparaît près de Derval et de Blain[9].

Dès les années 1850, le bidet breton devient, du moins au centre de la Cornouaille et du Morbihan, beaucoup moins recherché. L'état des voies de communication généralise l'usage de la traction hippomobile. Vers 1859, il n'est plus utilisé que dans son pays de naissance, malgré ses qualités de sobriété et de robustesse[22]. Il est remplacé par les chevaux de trait breton venus du Léon et du Trégor[9]. Les petits chevaux de selle, comme le bidet du marchand normand, sont tournés en dérision[15] par les promoteurs des races carrossières[21]. Au début du XXe siècle, les bidets bretons « ne sont plus qu'un souvenir »[23]. la disparition n'est pas seulement physique, car Daniel Roche et Daniel Reytier notent aussi une modification dans le vocabulaire employé. Au mot « bidet » se substitue de plus en plus celui de « poney », importé des pays anglo-saxons dans les années 1820 et 1830[5].

Héritage[modifier | modifier le code]

Quelques « bidets » sont mentionnés au XXe siècle, revêtant plus une notion de désignation pour un petit cheval de travail que le rattachement à un type ou une race. Durant la Première Guerre mondiale, les Allemands auraient amené « des bidets » dans la région du Boulonnais[24]. Un commandant de Rancourt défend l'utilisation du « bidet Sancerrois » pour affronter l'Allemagne nazie en 1939[25].

De nos jours, les différents bidets français ont tous disparus sans donner de races eux-mêmes, bien qu'ils en aient influencé certaines[12] : le Centre-montagne, également appelé le « petit trait Breton », est issu des zones montagneuses bretonnes où s'élevaient les bidets et constitue la plus petite variété de la race bretonne. Il est inclus en 1927 aux types reconnus de la race, avec le trait et le postier bretons, il toise alors environ 1,40 m. Il descendrait des bidets de montagne, et aurait survécu « parce qu'il y a toujours eu des éleveurs pour monter à cheval, dans la montagne »[26],[27].

Description[modifier | modifier le code]

Marc'h Land, un bidet breton gris truité d'1,48 m, tel que les paysans en montaient avant l'amélioration des routes.

Les bidets ne forment pas une race, si l'on excepte les deux reconnus comme tels en Bretagne et dans le Morvan. Il est difficile de les décrire, puisqu'en tant que « chevaux de route », ils sont intermédiaires entre cheval de selle et cheval de trait[28]. Au XVIIIe siècle, leur taille va sans doute de 1,10 m à 1,35 m[12], ce qui correspond à celle d'un poney. Plusieurs « types » de bidets sont historiquement distingués. Dans l'armée française, le bidet de compagnie porte le matériel. Le bidet de poste est la monture des estafettes et, selon L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, c'est un « petit cheval de poste sur lequel on monte, qu’on n’attelle point à la chaise de poste »[29]. Le double-bidet est décrit comme « plus grand et plus renforcé que les bidets ordinaires »[30]. Les bidets d'allure sont, selon le Trésor de la langue française, « des chevaux qui, dans le pas dit relevé, ne lèvent les pieds que le moins possible, condition de vitesse ». Ils proviennent majoritairement de Normandie[2], où jusqu'au début du XIXe siècle, on trouve des animaux semi-sauvages élevés « à l'économie », néanmoins assez forts pour labourer[31]. Certains bidets d'allures sont dressés à aller l'amble.

Bidets Bretons[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bidet breton.
Bidet Breton de Briec, sur une gravure de 1861.

D'après Mikael Bodlore-Penlaez et Divi Kervella, il existait quatre types de bidets bretons, tous disparus dans les années 1850 : le Bidet de Briec (Kezeg Kernev bidochenn, en Cornouaille), le bidet des montagnes (Kezeg-menez, dans l’est des Monts d’Arrée), le bidet des landes (Kezeg-lann, à Loudéac près de Rennes), et le bidet d'Ouessant (Kezeg bihan Eusa)[32]. Les bidets Bretons (et « double-bidets ») sont recherchés historiquement pour leur amble, qu'ils connaissent naturellement ou qui leur est inculqué. Ils se trouvent dans les environs de Briec et de Carhaix, dans les vallées et sur le couchant des monts d'Arrée, et sur le littoral du Morbihan. Ces animaux sont peu homogènes, généralement élevés par des paysans pauvres. D'après les descriptions du milieu du XIXe siècle, leur robe est surtout l'alezan sous différentes nuances, la taille va de 1,38 m à 1,40 m. La tête est carrée, camuse, un peu forte, mais sèche et ordinairement plaquée. L’œil est vif, l'encolure est droite et assez mince, le garrot peu développé, les épaules sèches, le corps arrondi, ample, court et ramassé, la croupe arrondie et basse, les membres forts, les jarrets larges et bien évidés mais quelquefois clos, les boulets très fournis de crins mais sans longs poils, les pieds très bien conformés. Les animaux des environs de Carhaix sont plus anguleux et ont un peu plus de taille que ceux de Briec et de Châteauneuf[22],[33]. La variété propre à Briec, ou « bidet de Cornouaille », a connu une très grande popularité[34]. Ceux qui trottent ont des allures allongées et très vives, travaillant jusqu'à un âge avancé, sans que leurs aplombs et leurs membres n'en souffrent, tout en se contentant de peu de nourriture[22]. Cette sobriété a valu au bidet breton le surnom de « cosaque de la France » durant la campagne de Russie[34].

En Loire-Atlantique, un bidet des landes et des bois, décrit à la fin de l'Ancien Régime comme dépassant à peine 1,20 m, vivait près de Derval et de Blain. Il était réputé pour être doté « d'une vigueur, d'une sobriété et d'une robustesse stupéfiantes »[9].

Bidet du Morvan[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cheval du Morvan.

Le cheval du Morvan, ou bidet du Morvan, est un bidet propre à cette région, réputé pour sa rusticité et sobriété[35],[36]. Paul Diffloth, qui affirme ses qualités, dit qu'il est capable de trotter à 12 km/h sur les mauvais chemins[37]. Plutôt tardif, le bidet du Morvan est propre à l'emploi après l'âge de sept ans[38]. Il est trapu et ramassé comme le bidet breton, mais un peu plus distingué. Vraisemblablement, il devait avoir un physique de poney[39], un aspect sauvage[40], léger et robuste[41]. Son mode de vie est adapté à son pays rude[42], car ces chevaux passent au second plan et se nourrissent des refus des bovins, dont l'élevage est plus lucratif[43].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle, les bidets servent à transporter la production des fermes, le bois et le fumier[12]. Ils sont essentiellement employés au travail, aussi bien au tirage qu'au portage de personnes ou de matériaux[9]. Au début du XIXe siècle, le bidet breton est « en France, la monture de presque tous ceux que leur profession appelle à monter journellement à cheval »[22]. D'après Ephrem Houël, il n'est pas rare de faire parcourir, à des bidets de train, des distances de trente à quarante kilomètres, à raison de « vingt-quatre kilomètres à l'heure »[44], ce qui semble exagéré. À partir de 1806, des courses locales sont organisées, notamment dans les départements de l’Orne, de la Corrèze et du Morbihan. Si, en région parisienne, elles voient s'affronter uniquement de fins Pur Sang, les bidets participent un temps à ces épreuves en province, particulièrement en Bretagne et en Basse-Normandie[45]. L'utilisation de bidets au labour est beaucoup plus rare, et toujours associée à un attelage mixte avec des bœufs. Le bidet est placé en tête, devant les bovins[46].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Courses de bidets ambleurs à Langonnet en 1830.

Les bidets ont laissé bien des traces dans la culture populaire, puisqu'ils sont mentionnés dans des romans, des contes, des expressions et une comptine. Leur souvenir est particulièrement présent en Bretagne, notamment à travers la tradition, bien documentée par les folkloristes du XIXe siècle, de la course « de clocher à clocher », où les cavaliers s'affrontent sur des bidets du pays[47], ceux des montagnes bretonnes étant ambleurs[23]. Un conte populaire collecté par Émile Souvestre, La Groac'h de l'île du Lok, parle d'un bâton qui se change en « bidet rouge de Saint-Thégonnec »[48]. La Bretagne célèbre régulièrement le souvenir de ces petits chevaux, qui font partie intégrante de l'histoire locale[49].

En patois boulonnais, l'expression Descinds 'd tin bidét, t'es din 'l salon signifie « reviens sur terre et écoute ce qu'on te dit »[24].

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Comptines[modifier | modifier le code]

À dada, sur mon bidet est une comptine francophone que les parents chantent en faisant sauter un jeune enfant sur leurs genoux. La version la plus classique est :

À dada sur mon bidet
Quand il trotte il fait des pets.
Prout, prout, prout cadet !

Il en existe de nombreuses variantes régionales, y compris en Belgique et en Suisse[55].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Définitions lexicographiques et étymologiques de « Bidet » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales .
  2. a et b Paul Imbs et Centre de recherche pour un trésor de la langue française (France), Trésor de la langue française: Badinage - Cage, vol. 4 de Trésor de la langue française: dictionnaire de la langue du XIXe et du XXe siècle, Institut de la langue française (France), Gallimard,‎ 1975, 1166 p. (ISBN 2222017149 et 9782222017141), p. 468
  3. Flaubert, Par les champs et par les grèves, 1848, p. 284
  4. a et b Robin, Dictionnaire du patois normand en usage dans le département de l'Eure, Slatkine, 1978 p. 58
  5. a et b Roche et Reytier 2007, p. 65
  6. Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Dictionnaires Le Robert (ISBN 9782849026465), p. 231
  7. Roche et Reytier 2007, p. 69
  8. Lizet 1989, p. 90
  9. a, b, c, d, e, f et g Jacques Mulliez, « Essai sur le rapport éventuel entre « révolution agricole » et utilisation du cheval de labour » dans Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest. Tome 106, numéro 1, 1999. pp. 87-99 [lire en ligne]. Consulté le 07 février 2013
  10. Collectif, Chevaux et poneys, Éditions Artemis,‎ 2002, 128 p. (ISBN 978-2-844160256, lire en ligne), p. 114
  11. Emmanuelle Dal'Secco, Les chevaux de trait, Éditions Artemis,‎ 2006 (ISBN 2844164595, lire en ligne), p. 114
  12. a, b, c et d Bernard Denis, « Les races de chevaux en France au XVIIIe siècle. Et les idées relatives à leur amélioration », In Situ, 18, 2012, mis en ligne le 31 juillet 2012, consulté le 20 janvier 2013. [lire en ligne]
  13. Lizet 1989, p. 64
  14. Lizet 1989, p. 98
  15. a et b Lizet 1989, p. 96
  16. Musset et Robien (comte de) 1917, p. 220
  17. Lizet 1989, p. 125
  18. Lizet 1989, p. 141
  19. Lizet 1989, p. 73
  20. a et b Lizet 1989, p. 138
  21. a et b Lizet 1989, p. 95
  22. a, b, c et d Barral 1859, p. 198
  23. a et b René Musset et E. Frouin, Contribution à l'étude du cheval breton, en particulier dans le département des Côtes-du-Nord, thèse pour le doctorat vétérinaire, Paris, Annales de Bretagne, 1928, vol. 38, no 1, pp. 249-252
  24. a et b Jean-Pierre Dickès, De Calais à Montreuil: le patois Boulonnais, Société Académique du Boulonnais, 1992, p. 119
  25. Commandant de Rancourt, « Le cheval berrichon et la défense nationale », RC,‎ janvier-février 1939, p. 59-72
  26. Lizet 1989, p. 254
  27. Marie Cegarra, L'animal inventé: ethnographie d'un bestiaire familier, L'Harmattan,‎ 1999, 189 p. (ISBN 9782738481344), p. 85
  28. Lizet 1989, p. 298
  29. Denis Diderot et Jean le Rond D'Alembert, L’Encyclopédie, 1re  éd., 1751, tome 2, p. 242
  30. Terme employé entre 1798 et 1932 selon Joseph de Pesquidoux, Le Livre de raison, 1935, p. 130
  31. Mulliez 1983, p. 67
  32. (fr) (br) Mikael Bodlore-Penlaez et Divi Kervella (préf. Lena Louarn et Jean Ollivro), Atlas de Bretagne - Atlas Breizh : géographie, culture, histoire, démographie, économie, territoires de vie des Bretons - douaroniezh, sevenadur, istor, poblans, ekonomiezh, tiriadou, buhez ar vretoned, Spézet, Coop Breizh, mars 2011, 34 cm × 23 cm, p. 50-51 (ISBN 978-2-84346-496-6)
  33. Moll et Gayot 1861, p. 496
  34. a et b Moll et Gayot 1861, p. 497
  35. Magne 1857, p. 287
  36. Lizet 1989, p. 19
  37. Marcel Mavré, Attelages et attelées : un siècle d'utilisation du cheval de trait, France Agricole Éditions,‎ 2004, 223 p. (ISBN 9782855571157, lire en ligne), p. 24
  38. Société d'anthropologie de Paris, Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, Masson, 1895, p. 32
  39. Lizet 1989, p. 60
  40. André Sanson, Économie du bétail: Applications de la zootechnie, volume 3 de Économie du bétail, Librairie agricole de la maison rustique, 1867, p. 121 [lire en ligne]
  41. Pierre Hubert Nysten, Émile Littré et Charles Philippe Robin, Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie, des sciences accessoires et de l'art vétérinaire: illustré de 500 figures intercalées dans le texte, édition 10, Baillière, 1855, p. 824 [lire en ligne]
  42. Lizet 1989, p. 22
  43. Lizet 1989, p. 18, 55
  44. Houël 1842, p. 146
  45. Tanneguy de Sainte Marie, « Races, types, tribus ou ethnies des chevaux de courses au XIXe siècle », In Situ, mis en ligne le 31 juillet 2012, consulté le 06 février 2013. [lire en ligne]
  46. Roche et Reytier 2007, p. 61
  47. Lizet 1989, p. 75
  48. Émile Souvestre, Contes de Bretagne, Ancre de Marine Éditions, 1998, (ISBN 2841411222 et 9782841411221), p. 37
  49. « Du bidet bas-breton à l'histoire des trains... », Le télégramme,‎ 7 aout 2011 (consulté le 8 février 2013)
  50. Stendhal, Lucien Leuwen, t. 1, 1836, p. 63
  51. Émile Moselly, Terres lorraines, 1907, p. 147
  52. Balzac, Le Médecin de campagne, 1833, p. 106
  53. Henri Pourrat, Gaspard des montagnes, Le Pavillon des amourettes, 1930, p. 21
  54. « Car notre jeune homme avait une monture, et cette monture était même si remarquable, qu’elle fut remarquée : c’était un bidet du Béarn, âgé de douze ou quatorze ans, jaune de robe, sans crins à la queue, mais non pas sans javarts aux jambes, et qui, tout en marchant la tête plus bas que les genoux, ce qui rendait inutile l’application de la martingale, faisait encore également ses huit lieues par jour. » Chapitre I
  55. Conrad Laforte, Le Catalogue de la chanson folklorique française: Chansons brèves (les enfantines), volume 5 du catalogue de la chanson folklorique française, Presses Université Laval, 1987, (ISBN 2763771254 et 9782763771250), pp. 114-117

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Moll et Eugène Nicolas Gayot, La connaissance générale du cheval : études de zootechnie pratique, avec un atlas de 160 pages et de 103 figures, Didot,‎ 1861, 722 p. (notice BnF no FRBNF30959885, lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Éphrem Houël, Traité complet de l'élève du cheval en Bretagne, E. Tostain,‎ 1842 (notice BnF no FRBNF30619802, lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • J. A. Barral, Journal d'agriculture pratique, vol. 1, Librairie agricole de la maison rustique,‎ 1859 (lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • René Musset (préf. Henry de Robien, comte), L'élevage du cheval en France : Précédé d'une bibliographie de l'élevage du cheval en France du XVIIe siècle à nos jours, suivi d'études sur l'élevage du cheval dans le Perche, le Boulonnais et la Basse-Normandie, Librairie agricole de la maison rustique,‎ 1917, 232 p. (notice BnF no FRBNF32476684)
  • Daniel Roche et Daniel Reytier, « Pourquoi la victoire du poney sur le bidet ? », dans À cheval ! Écuyers, amazones & cavaliers du XIVe au XXIe siècle, Association pour l'Académie d'art équestre de Versailles,‎ 2007
  • Jacques Mulliez, Les chevaux du royaume : histoire de l'élevage du cheval et de la création des haras, Paris, Montalba,‎ 1983, 398 p. (ISBN 2-85870-031-1, notice BnF no FRBNF34729433) et sa réédition : Jacques Mulliez, Les chevaux du royaume : aux origines des Haras nationaux, Belin, coll. « Histoire et société »,‎ 2004, 415 p. (ISBN 2-7011-3281-9 et 978-2-7011-3281-5, notice BnF no FRBNF39151632)
  • Bernadette Lizet, La bête noire : à la recherche du cheval parfait, vol. 10, Editions Maison des sciences de l'homme, coll. « Ethnologie de La France »,‎ 1989, 341 p. (ISBN 2-7351-0317-X et 978-2-7351-0317-1, notice BnF no FRBNF35027847, lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Jean Henri Magne, Hygiène vétérinaire appliquée étude de nos races d'animaux domestiques et des moyens de les améliorer, vol. 1, Labe,‎ 1857 (lire en ligne), p. 287 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 10 mars 2013 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.