Bibliothèques aux États-Unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Histoire des bibliothèques américaines[modifier | modifier le code]

Proctor Free Library, Vermont

Bibliothèques publiques[modifier | modifier le code]

La bibliothèque du Congrès, Washington D.C.[modifier | modifier le code]

  • La bibliothèque du Congrès fut fondée en 1800 dans la capitale fédérale. Elle fut détruite par les troupes britanniques en 1814, elle abritait alors 3 000 volumes. L'ancien président Thomas Jefferson vendit sa collection personnelle (environ 6 500 ouvrages) à la bibliothèque du Congrès[1]. Une partie de ces livres venaient d'Europe.
  • Avec ses 29 millions de livres, sans compter les photographies et autres documents (147 millions de documents dont 64,5 millions de manuscrits en 2010)[2], la Bibliothèque du Congrès (Library of Congress en anglais) est la plus importante du monde. Elle assure la fonction de bibliothèque nationale pour les États-Unis.
  • Sa classification s'impose dans le monde malgré des imperfections.
  • Par manque de place, elle développe une vaste campagne de numérisation de ses documents.
  • Elle mène des recherches sur la conservation de ceux-ci et applique en ce moment d'importants moyens à la désacidification du papier de bois produit au XIXe siècle.

Bibliothèques publiques de Chicago[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chicago Public Library.

La Harold Washington Library, ouverte en 1991, compte plus de 9 millions d'ouvrages abrités dans un bâtiment de 68 000 m² au cœur du centre des affaires de la ville.

Bibliothèques publiques de New York[modifier | modifier le code]

Article détaillé : New York Public Library.

Fondée en 1848, elle comptait 17 millions de volumes en 2005[3].

Autres bibliothèques publiques[modifier | modifier le code]

Les États-Unis comptent près de 9 000 bibliothèques publiques, et jusqu'à 16 000 si l'on compte les succursales. Chaque année, elles sont visitées par près de 800 millions de visiteurs et procèdent à 1,5 milliard de prêts[4].

Les principales bibliothèques universitaires[modifier | modifier le code]

Bibliothèque de l'université d'Harvard (Cambridge, Massachusetts)[modifier | modifier le code]

C’est l’établissement le plus ancien des États-Unis (fondée en 1638), elle abrite aujourd’hui près de 15 millions de livres et documents[3] imprimés.

Bibliothèque de l'Université Yale[modifier | modifier le code]

Elle compte 12 millions[5] d'ouvrages.

Bibliothèque de l'université Stanford[modifier | modifier le code]

Elle compte 14 millions[3] d'ouvrages.

Bibliothèque de l'université du Michigan[modifier | modifier le code]

Elle compte 7 millions[3] d'ouvrages.

Bibliothèque de l'université de Californie à Berkeley[modifier | modifier le code]

Bibliothèque de l'université de Berkeley

Bibliothèque de l'université Columbia à New York[modifier | modifier le code]

Université Columbia, Low Memorial Library, New York

L'ensemble des bibliothèques de l'université Columbia à New York totalise près de 8 millions de volumes répartis dans plusieurs sites :

Bibliothèques de l'université de New York[modifier | modifier le code]

La Elmer Holmes Bobst Library est la principale bibliothèque de l'université de New York. Elle constitue le cœur d'un réseau de huit bibliothèques qui mettent en commun leurs 4,5 millions d'ouvrages.

Autres bibliothèques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claude Fohlen, Thomas Jefferson, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1992, p.26
  2. Rapport d'activité 2010 Modèle:P.12 [PDF]
  3. a, b, c et d La bibliothèque virtuelle et gratuite de Google - Le Monde, 5 mars 2005
  4. Entretien avec Keith Fiels, président de l'American Library Association, dans Livres Hebdo, no 685, 13 avril 2007, p. 71.
  5. Site

Bibliographie[modifier | modifier le code]