Bibliothèque nationale russe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bâtiment de la bibliothèque nationale de Russie sur la Perspective Nevski

La Bibliothèque nationale de Russie (en russe : Российская национальная библиотека), située à Saint-Pétersbourg, est l’une des plus grandes bibliothèques publiques du monde. Elle est l'une des composantes du réseau de bibliothèques nationales de Russie chargée du dépôt légal, et ne doit pas être confondue avec la Bibliothèque d'État de Russie, située à Moscou, car les deux sites, bien que faisant partie du même réseau ont un statut distinct.

Elle comprend une collection unique et universelle de documents en langue russe et étrangère.

Elle est issue de la Bibliothèque publique impériale, fondée en 1795 par Catherine II de Russie et a été inaugurée en janvier 1814. Sa longue façade à colonnade ionique se trouve à l'angle de la perspective Nevski et de la rue Sadovaïa (rue des Jardins).

Histoire[modifier | modifier le code]

Après la répression de l'insurrection de Kościuszko en 1794 et la prise de Varsovie par Alexandre Souvorov, la Bibliothèque Załuski, qui s'élevait à 400 000 volumes, a été déclarée propriété du gouvernement russe et en tant que trophée de guerre, a été déménagée à Saint-Pétersbourg. Les fonds ont servi de fondation à la Bibliothèque publique impériale.

Denis Diderot arriva à Saint-Pétersbourg à l'automne 1773 et en repartit au printemps 1774. Il a consacré à la Russie un certain nombre de textes écrits après ce voyage. Diderot a ensuite vendu sa bibliothèque à la Grande Catherine.

Ces livres de Diderot et de Voltaire sont complétés par 420 000 livres de la Bibliothèque Załuski, prise par la Russie, pour former la Bibliothèque publique impériale (en russe : Императорская Публичная библиотека) en 1795[1].

En 1815, le philologue Alexandre Vostokov rejoignit l'équipe de bibliothécaires de la Bibliothèque nationale russe et découvrit parmi les archives, l'évangéliaire d'Ostromir, un évangéliaire du XIe siècle, deuxième manuscrit le plus ancien du monde slave oriental.

Après le départ du Gouvernement de Pétrograd pour Moscou, la bibliothèque a continué à assurer des fonctions de Bibliothèque nationale de Russie. En 1925, elle s’est appelée Bibliothèque publique d’État et en 1932, elle prit le nom de Bibliothèque M. E. Saltykov-Chtchédrine (jusqu'en 1992).

En 2010, la bibliothèque possède un total de 35,7 millions d'articles, dont plus de 15 millions de livres, 13 millions de magazines et revues à l'unité, 617 000 tomes annuels de journaux et 450 000 manuscrits[2].

À la veille de son bicentenaire, la Bibliothèque affronta de grandes difficultés, surtout pour le développement de ses collections. Mais elle inaugure avec confiance une nouvelle phase de son développement : construction d'un nouvel édifice, développements informatiques et révisions législatives.

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Малый энциклопедический словарь Брокгауза и Ефрона, publié dans la Russie impériale dans les années 1900.
  2. Statistics for the years 2005

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • История Государственной ордена Трудового Красного Знамени Публичной библиотеки имени М. Е. Салтыкова-Щедрина. — Ленинград: Лениздат, 1963. — 435 с., [15] л. ил.
  • История Библиотеки в биографиях её директоров, 1795—2005 / Российская национальная библиотека. — Санкт-Петербург, 2006. — 503, [1] с.: ил. — (ISBN 5-8192-0263-5).
  • Vladimir Nikolaevitch Zaïtsev, « La Bibliothèque nationale de Russie : Le nouveau bâtiment », BBF, vol. 41, no 5,‎ 1996, p. 92-96 (lire en ligne)