Bible du roi Jacques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bible King James)
Aller à : navigation, rechercher
Frontispice de l'édition princeps (1611) de la Bible du roi Jacques, par Cornelis Boel.

La Bible du roi Jacques (King James Version en anglais, souvent abrégé KJV), publiée pour la première fois en 1611, est une traduction de la Bible en anglais réalisée sous le règne de Jacques VI d'Écosse et Ier d'Angleterre.

La traduction du Nouveau Testament réalisée par William Tyndale et publiée en 1538 aurait inspiré cette nouvelle version[1].

La « King James version » est l'œuvre d'une équipe de traducteurs dont le travail s'est étendu sur plusieurs années. Elle a exercé une influence déterminante sur la littérature anglaise et la langue anglaise dans leur ensemble. La syntaxe de l'anglais aussi bien que les œuvres d'auteurs comme John Bunyan, John Milton, Herman Melville, John Dryden ou William Wordsworth sont truffées d'hébraïsmes, passés « tels quels » en anglais, et de réminiscences de cette traduction.

Le Nouveau Testament de la Bible du roi Jacques a été traduit depuis le « texte reçu » (Textus Receptus), qui est pour l'essentiel le texte grec rétabli par Érasme[2] (1516, rév. 1522 et 1533). L'Ancien Testament, quant à lui, est traduit depuis le texte massorétique en hébreu. Les bibles anglophones modernes, telles que la New American Standard Bible ou l'English Standard Version, tirent leur autorité de textes manuscrits entièrement différents.

Bien qu'appelée le plus souvent Bible du roi Jacques, ce dernier n'a joué une part active dans la traduction qu'en levant la peine de mort applicable à la traduction du texte sacré, puis en fixant un certain nombre de règles raisonnables pour mener à bien cette entreprise (proscrire l'érudition partisane et les notes de bas de page, etc.)

Le nom alternatif de « version autorisée » (Authorised Version) a été longtemps utilisé au Royaume-Uni, car l'expression de « Bible du roi Jacques » était considérée comme très américaine.

À la suite d'une erreur d'impression, l'édition de 1631 de la Bible du roi Jacques est surnommée Bible vicieuse car elle incite à l'adultère au lieu de le condamner.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Paul Dufour, « La version autorisée dite aussi Bible du roi Jacques. Quand la Parole se fait anglaise », dans Jean-Robert Armogathe (dir.), Le Grand Siècle et la Bible, Paris, Beauchesne, coll. « Bible de tous les temps »,‎ 1989 (ISBN 2-7010-1156-6), p. 361-374

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'après Naomi Tadmor, The Social Universe of the English Bible: Scripture, Society, and Culture in Early Modern England, Cambridge University Press,‎ 2010 (ISBN 978-0-521-76971-6), p. 16, qui cite l'étude de John Nielson et Royal Skousen, « How Much of the King James Bible is William Tyndale's? An Estimation Based on Sampling », Reformation, no 3,‎ 1998, p. 49–74.
  2. D'après Bart D. Ehrman, The Text Of The New Testament: Its Transmission, Corruption and Restoration, Oxford University Press,‎ 2005, p. 152.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]