Bias (Landes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bias.
Bias
Maison de l'airial et église Saint-Michel
Maison de l'airial et église Saint-Michel
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Mont-de-Marsan
Canton Mimizan
Intercommunalité Communauté de communes de Mimizan
Maire
Mandat
Alain Cousquer
2014-2020
Code postal 40170
Code commune 40043
Démographie
Gentilé Gracieux-divins
Population
municipale
746 hab. (2011)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 08′ 49″ N 1° 13′ 39″ O / 44.1469444444, -1.227544° 08′ 49″ Nord 1° 13′ 39″ Ouest / 44.1469444444, -1.2275  
Altitude Min. 20 m – Max. 70 m
Superficie 20,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Bias

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Bias

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bias

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bias
Liens
Site web ville-bias40.fr

Bias est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département des Landes en région Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans la forêt des Landes sur la route nationale 652 entre Mimizan et Lit-et-Mixe. L'étang de Bourg le Vieux est sur la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

La localité de Bias se situait à environ deux kilomètres à l'ouest de son emplacement actuel avant d'être submergée par le petit étang de Bourg le Vieux. C'est là que passait la voie romaine littorale, qui a laissé son nom Bias (du latin via : voie). L'ancien bourg est abandonné par ses habitants en 1772 en raison de l'avancée du sable repoussant les eaux de l'étang[1]. L'église primitive Saint-Michel, dépendant du prieuré Sainte-Marie de Mimizan, est démolie et reconstruite à son emplacement actuel en 1770, puis en 1904[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des Maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1795 Berque Pierre   Marchand
1795 1803 Gaston Jean (Père)   Propriétaire
1803 1809 Gaston Jean (Fils)   Propriétaire
1809 1821 Dupouy Antoine    
1821 1832 Berque Jean-Marie    
1832 1835 Froustey Etienne    
1835 1860 Berque Barthélémy   Fabriquant de résine
1860 1885 Sargos Jean-Pierre Alphonse    
1885 1892 Berque Jacques   Propriétaire
1892 1896 Gaston Simon   Aubergiste
1896 1898 Dousse Joseph    
1898 1944 Sargos Henri    
1944 1945 Duvignau René    
1945 1965 Lassalle Louis    
1965 1977 Lassalle Simon    
1977 1995 Duvignau Raoul    
1995 2001 Daret Vincent Divers droite  
2001 2011 Teulé René Divers gauche  
2011 en cours Cousquer Alain Divers gauche  

Après la dissolution du conseil municipal par le Conseil des Ministres en mai 2011[3], de nouvelles élections doivent avoir lieu[4]. Elles sont organisées par la délégation du préfet des Landes, le 5 juin 2011 pour le premier tour. Deux listes s'opposaient : celle de l'ancien maire René Teulé, contre celle de l'ex-premier adjoint, M. Cousquer, qui remporte les élections.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 746 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
118 106 107 122 147 154 169 173 180
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
190 194 246 222 218 205 196 224 244
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
244 233 252 244 240 235 215 229 251
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
248 269 320 395 505 514 673 719 746
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les chemins de Saint-Jacques dans les Landes, Francis Zapata, Jean-Pierre Rousset, éditions Sud-Ouest, 2002, p 177
  2. Site du Ministère de la culture
  3. Les ministres dissolvent le conseil municipal de Bias sur sudouest.fr.
  4. Déjà le quatrième vote, sur sudouest.fr
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Étape précédente
Mimizan
Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle
08 Coquille.jpg
Voie de Soulac
Étape suivante
Saint-Julien-en-Born