Bianca Cappello

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cappello.
Portrait de Bianca Cappello par Alessandro Allori.
Fresques à grotesques de la façade du Palazzo di Bianca Cappello par Bernardino Poccetti.

Bianca Cappello (née v. 1542 à Venise et morte empoisonnée à l'arsenic à la villa de Poggio a Caiano, près de Florence en 1587) est une dame vénitienne de la Renaissance, fille d'un patricien de Venise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bianca Cappello inspira une vive passion au duc François Ier de Médicis marié à Jeanne d'Autriche, qui l'attacha à sa cour, lui fit construire le Palazzo di Bianca Cappello par son architecte Bernardo Buontalenti.

Devenu veuf, il finit par l'épouser, après lui avoir fait décerner par les Vénitiens le titre honorifique de Fille de la république, 1579. Il ne l'épousa cependant que quatre mois après qu'eut lieu la publication du mariage et la proclamation de Bianca Capello comme Grande-duchesse de Toscane.

Elle fut alors plus que jamais en butte à l'hostilité de son beau-frère le cardinal Ferdinand de Médicis, futur Ferdinand Ier. C'est pourquoi, on soupçonna celui-ci d'empoisonnement lorsque les deux époux moururent à la suite d'un dîner de chasse chez lui, à la villa du Poggio en 1587, après une courte maladie d'une dizaine de jours. Quelques historiens ont longtemps pensé que la fièvre paludéenne (appelée à l'époque fièvre des marais) était à l'origine des deux décès.

Le 28 décembre 2006, les journaux italiens indiquent qu'après analyses des tissus hépatiques des deux amants, ceux-ci ont été empoisonnés à l'arsenic. L'empoisonnement a été confirmé en 2007 par une équipe de chercheurs italo-américains dont les résultats ont été publiés dans le British Medical Journal[1] : François Ier et Bianca ont bien succombé à un empoisonnement à l'arsenic[2]. Les conclusions de cette étude ont été contestées suivant l'hypothèse selon laquelle les dépouilles auraient pu être contaminées par les techniques d'embaumement ; mais les analyses de viscères trouvées à Bonistallo et ayant servi à l'autopsie de l'époque, c'est-à-dire avant un embaumement d'ailleurs hypothétique, infirment cette approche[3].

Sources[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Bianca Cappello » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Nouvel Observateur, no 2201, 18-24 janvier 2007, p. 85.
  2. Le Nouvel Observateur, no 2201, 18-24 janvier 2007, p. 85
  3. Francesco Mari, Aldo E. Polettini, Donatella Lippi et Elisabetta Bertol, The mysterious death of Francesco I de' Medici and Bianca Cappello : an arsenic murder ?, in British Medical Journal, 21/12/2006, ref. BMJ 2006;333:1299, article et échanges en ligne

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :