Beynat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Beynat
Image illustrative de l'article Beynat
Blason de Beynat
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Corrèze
Arrondissement Brive-la-Gaillarde
Canton Beynat
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Beynat
Maire
Mandat
Pascal Coste
2014-2020
Code postal 19190
Code commune 19023
Démographie
Gentilé Beynatois
Population
municipale
1 263 hab. (2011)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 07′ 26″ N 1° 43′ 26″ E / 45.1239, 1.723945° 07′ 26″ Nord 1° 43′ 26″ Est / 45.1239, 1.7239  
Altitude Min. 189 m – Max. 581 m
Superficie 34,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Limousin

Voir sur la carte administrative du Limousin
City locator 14.svg
Beynat

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte topographique de Corrèze
City locator 14.svg
Beynat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beynat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beynat

Beynat (Beinat en occitan) est une commune française du département de la Corrèze, dans la région Limousin, en France.

Ses habitants sont appelés les Beynatois et les Beynatoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du Massif central située sur la Roanne

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Beynat
Palazinges,
Albignac
Le Chastang Sainte-Fortunade
Lanteuil Beynat Albussac
Lagleygeolle Sérilhac Ménoire,
Le Pescher
Carte de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Beynat

Son blasonnement est : Palé de six pièces d'argent et de gueules, au chef fascé de six pièces d'argent et d'azur. (Armes des Geoffre de Chabrignac). Blason voté le 17 décembre 1987.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 réélu en 2008[1] Pascal Coste UMP  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 263 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 167 1 462 1 561 1 760 1 790 1 918 1 992 2 076 2 129
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 997 2 105 2 026 2 012 1 931 1 970 1 997 2 069 2 088
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 963 1 972 1 952 1 756 1 792 1 632 1 622 1 520 1 415
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 408 1 336 1 132 1 101 1 068 1 149 1 217 1 233 1 263
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Vie économique[modifier | modifier le code]

  • Bienale du salon du livre de cuisine Festin d'auteurs, et remise du Prix Apicius

Vie associative[modifier | modifier le code]

  • "Les amis de Beynat".

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • l'étang de miel ;
  • dolmen dit cabane des fées près du hameau de Brugeilles Logo monument historique Classé MH (1910)
  • château de Sabeau, le 4 août 2007, il ouvre ses portes. Le château était pendant les années 1960/1970 un centre de colonies de vavances appartenant à la société Astra Calvé, qui a vendu le château en 1985. De propriétaire privé à propriétaire privé, il est aujourd'hui propriété de Edencourt SA, une société d'investissement immobilier. Autour de ce château un projet d'en faire un village de vacances dont 60 % des hébergements seront accessibles aux personnes à mobilité réduite.
  • Au village du Perrier monument en l'honneur de jeunes maquisards tombés en juin 1944.
  • Beynat a vu la propreté de son rivage récompensée par le Pavillon Bleu depuis plusieurs années et a toujours l'honneur d'être au palmarès en 2010. Elle est la plus petite commune à avoir reçu cette distinction[4].
  • Église Saint-Pierre-ès-Liens, des XIIe siècle et XVe siècle, nombreux tableaux et objets. dont une toile de Charles-Henri Michel

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la préfecture, consulté le 20 août 2008
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. La liste des communes du palmarès 2010 du Pavillon bleu

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :