Beverly Sills

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Beverly Sills en 1956

Beverly Sills (née Belle Silverman, Brooklyn, 25 mai 1929 - New York, 2 juillet 2007) était une soprano américaine, particulièrement associée au répertoire français et le bel canto italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfant prodige, elle chante dès l'âge de trois ans à la radio américaine. Elle débute à sept ans des études privées de chant avec Estelle Liebling, qui sera son seul professeur. Elle chante d'abord de la musique populaire dans les cabarets de New York, avant de faire ses débuts à l'opéra en 1947, à Philadelphie, dans le rôle de Frasquita dans Carmen.

Engagée par la « Charles Wagner Opera Company », elle part en tournée à travers les États-Unis chantant divers petits rôles. Elle fait ses débuts à San Francisco en 1953, dans le rôle d'Élena dans Mefistofele, elle y chante également Elvira dans Don Giovanni. Après plusieurs auditions, elle est finalement engagée au New York City Opera, où elle débute le 29 octobre 1955, dans le rôle de Rosalinde dans La Chauve-Souris. C'est dans cette maison qu'elle obtient son premier grand succès en 1959, dans le rôle-titre de l'opéra américain The Ballad of Baby Doe de Douglas Moore. Son répertoire comprend Violetta de La Traviata, Marguerite de Faust, les quatre héroïnes des Contes d'Hoffmann, la Reine dans Le Coq d'or de Rimski-Korsakov.

La consécration ne viendra qu'en 1966, dans le rôle de Cléopâtre dans Giulio Cesare de Haendel. C'est le triomphe, et sa vocation de belcantiste est enfin révélée. C'est le départ de sa carrière internationale. Elle fait ses débuts à l'Opéra de Vienne en 1968, en Reine de la nuit de La flûte enchantée, à La Scala de Milan en 1969, dans le rôle de Pamira dans L'Assedio di Corinto, auprès de Marilyn Horne et Thomas Schippers, au Royal Opera House de Londres en 1970, dans Lucia di Lammermoor, et elle reprend le rôle de Cléopâtre pour ses débuts au Teatro Colon de Buenos Aires.

C'est cependant au New York City Opera qu'elle connaîtra ses plus grands triomphes. Le directeur artistique Julius Rudel monte pour elle de somptueuses productions de Manon de Massenet, de la trilogie des reines de Donizetti, Anna Bolena, Maria Stuarda et surtout Roberto Devereux. Sills apparaît aussi à Boston et Philadelphie, où elle ajoute à son répertoire Il Barbiere di Siviglia, et les opéras de Bellini, I Capuleti ed i Montecchi, I Puritani, Norma. Sills fait finalement ses débuts au Metropolitan Opera de New York dans une reprise de l'opéra L'Assedio di Corinto, le 7 avril 1975.

Tout au long des années 1970, Sills se produit régulièrement à la télévision américaine, et fait la une de Time Magazine, qui la salue comme étant « The Queen of Opera ». Sills quitte la scène en 1980, et devient directrice du New York City Opera jusqu'en 1989.

Sills a laissé plusieurs enregistrements couvrant la majorité de ses meilleurs rôles, notamment, La Traviata, Manon, Anna Bolena, Maria Stuarda, Roberto Devereux, I Puritani, Lucia di Lammermoor, etc.

Beverly Sills fut mariée à Peter Greenough, avec qui elle eut deux enfants. Sills s'éteint à New York, foudroyée par un cancer du poumon.

Hommage[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • David Hamilton, The Metropolitan Opera Encyclopedia, Simon & Schuster, 1987, ISBN 0-671-61732-X