Betty Holberton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Betty Holberton, née le 7 mars 1917 à Philadelphie, aux États-Unis, et morte le 8 décembre 2001 à Rockville (Maryland), fut l'une des six programmeuses originelles de l'ENIAC, le premier ordinateur entièrement électronique construit pour être Turing-complet.

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Holberton (nom complet Frances Elizabeth Snyder) est née à Philadelphie en 1917. Lors de son premier jour de cours à l'université de Pennsylvanie, son professeur de maths lui demanda si elle ne serait pas mieux à la maison à élever des enfants[1]. Elle décida plutôt d'étudier le journalisme, parce que cela lui permettait de voyager[2] et que c'était l'un des rares domaines ouverts aux femmes dans les années 1940[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Betty Holberton (premier plan à droite) programmant l'ENIAC à Philadelphie, Pennsylvanie, BRL building 328 (1940s/1950s)

Durant la seconde guerre mondiale, pendant que les hommes combattaient, l'armée avait besoin des femmes pour calculer des trajectoires ballistiques. Holberton fut embauchée par la Moore School of Electrical Engineering en tant que calculatrice, et fut vite choisie pour être l'une des six programmeuses de l'ENIAC, avec Kay McNulty, Marlyn Wescoff, Ruth Lichterman, Betty Jean Jennings, et Fran Bilas.

Leur travail sur l'ENIAC leur vaut d'avoir chacune leur place dans le Women in Technology International Hall of Fame[3].

L'ENIAC fut inauguré le 15 fécrier 1946 à l'université de Pennsylvannie[4],[5].

Après la seconde guerre mondiale, Holberton travailla pour Remington Rand et le National Bureau of Standards and Technology. Elle fut directrice de la branche Recherche en Programmation du David Taylor Model Basin, laboratoire de mathématiques appliquées, en 1959. Elle participa à développer l'Univac, réalisant le design des panneaux de contrôle mettant le pavé numérique à côté du clavier et convainquant les ingénieurs de remplacer le boîtier noir de l'UNIVAC par une nuance gris-beige qui devint la couleur universelle des ordinateurs[6]. Elle écrivit aussi le premier atelier de génie logiciel (SORT/MERGE), et écrivit le premier paquet d'analyse statistique, qui fut utilisé pour le recensement américain de 1950.

Holberton travailla avec John Mauchly pour développer l'instruction C-10 pour BINAC, qui est considéré comme le prototype de tous les langages de programmation modernes. Elle participa également au développement des premiers standarts des langages COBOL et Fortran, avec Grace Hopper. Plus tard, employée par le National Bureau of Standards, elle fut très active dans les deux premières révisions du standard Fortran (Fortran 77 et Fortran 90).

Décès[modifier | modifier le code]

Holberton, qui souffrait d'une maladie cardiaque[7], est morte le 8 décembre 2001 à Rockville, dans le Maryland, elle avait 84 ans[8].

Prix[modifier | modifier le code]

En 1997, elle fut la seule femme des six programmeuses originelles de l'ENIAC à recevoir le prix Augusta Ada Lovelace, la plus haute distinction décernée par l'Association of Women in Computing[3].

Elle reçut la même année le Computer Pioneer Award de la IEEE Computer Society pour son développement du générateur de sort-merge qui, selon l'IEE, « inspira les premières idées de compilation »[3].

Toujours en 1997, elle fut ajoutée au Women in Technology International Hall of Fame, avec les autres programmeuses originelles de l'ENIAC[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Martin k. Gay, Recent Advances and Issues in Computers, Greenwood, 2000 (ISBN 978-1-5735-6227-0), p. 105 [lire en ligne]
  2. (en) Betty Holberton Video | Interviews - Online Video Guide
  3. a, b, c et d (en) Recognition & Awards - ENIAC Programmers Project
  4. (en) Overview - ENIAC Programmers Project
  5. (en) On Computers: historical development of computers - Internet Looks
  6. (en) Frances Holberton, 84; Pioneer Programmer of Early Computers - Los Angeles Times, 15 décembre 2001
  7. (en) Steve Lohr, « Frances E. Holberton, 84, Early Computer Programmer », The New York Times,‎ 17 décembre 2001 (lire en ligne)
  8. (en) « Computer pioneer Betty Holberton dies at 84 », Government Computer News,‎ 5 janvier 2002

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Autumn Stanley, Mothers and Daughters of Invention: Notes for a Revised History of Technology, The Scarecrow Press Inc.,‎ 1933 (ISBN 0-8135-2197-1), « Chapter 5 Daughters of the Enchantress of Numbers and Grandma COBOL », p. 460
  • (en) Paul E. Ceruzzi, A History of Modern Computing, MIT Press,‎ 2003, 89–90 p. (ISBN 0-262-53203-4), « Chapter 3 The Early History of Software, 1952-1968 »
  • (en) Arthur Norberg, History of Computing - Software Issues, Springer,‎ 2002 (ISBN 3-540-42664-7), « Part 4 Software as Labor Process », p. 159