Bethsaïde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bethsaïde
Julias
Image illustrative de l'article Bethsaïde
Localisation
Pays Drapeau d’Israël Israël
Coordonnées 32° 54′ 36″ N 35° 37′ 52″ E / 32.91, 35.63132° 54′ 36″ Nord 35° 37′ 52″ Est / 32.91, 35.631  

Géolocalisation sur la carte : Israël

(Voir situation sur carte : Israël)
Bethsaïde
Bethsaïde

Bethsaïde est une ancienne ville de Galilée. Elle est située sur le versant nord-est du lac de Tibériade, non loin de l'endroit ou le Jourdain s'y jette.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 30, Hérode Philippe II, qui gouverne la région depuis l'an -4 suite à la mort de son père Hérode Ier le Grand, décide d'y bâtir une grande ville, en plus de Césarée de Philippe qu'il a créé en agrandissant la ville de Banias (Golan) plus au nord. Il accorde le statut de polis à la ville, la fortifie et change son nom en Julias en l'honneur de Livie, la femme de l'empereur Auguste morte en 29. À l'époque le niveau du lac de Tibériade se situe 25 mètres au-dessus du niveau actuel et Bethsaïde/Julias est donc construite au bord du lac. C'était un petit bourg de pêcheurs non loin du débouché du Jourdain[1].

Hérode Philippe II habite la ville une fois achevée, y meurt et y est enterré. La ville est détruite pendant la Grande révolte juive.

Elle est à nouveau détruite dans l'Antiquité par un tremblement de terre et une inondation[1]. Pendant le Moyen Âge, les villages des alentours réutilisent les pierres des ruines pour la construction de leurs maisons.

Archéologie[modifier | modifier le code]

Des ruines de la ville, il reste un tel de 400 m de long sur 200 m de large situé à 25 m au-dessus du niveau du lac de Tibériade, soit 166 m sous le niveau de la mer.

Les premières fouilles archéologiques ont eu lieu en 1987 et se sont poursuivies en 1988 et 1989. Elles ont mis au jour les restes d'une occupation datant du Bronze ancien, de -2900 à -2200. À l'âge du Fer, il existait une ville appartenant semble-t-il au royaume de Geshur. Un grand bâtiment de cette période a notamment été découvert. De l'époque romaine, on a trouvé un bâtiment public et un bâtiment privé qui couvrent une surface de 400 m2 avec une cour et de nombreuses pièces autour. Ces vestiges datent du règne d'Hérode Philippe II.

Dans la ville, on a trouvé des instruments de pêche qui témoignent que les ressources économiques de la ville reposaient principalement sur la pêche dans le lac de Tibériade.

On a trouvé deux monnaies d'argent datées de -143, des monnaies de bronze du règne d'Alexandre Jannée et une monnaie du règne d'Hérode Philippe II.

Une nouvelle saison de fouilles a eu lieu en 2009 sous la direction du professeur Rami Erev. Elle s'est concentrée sur deux vestiges importants : la porte de la ville des Xe ‑ VIIIe siècle av. J.-C., qui est l'une des plus grandes et des plus complètes de la région, et un quartier d'habitation des époques hellénistiques et romaines.

Bethsaïde dans le Nouveau Testament[modifier | modifier le code]

Bethsaïde est connue dans le Nouveau Testament comme une ville de résidence des apôtres Pierre et de son frère André, ainsi que Jean et son frère Jacques le Majeur. Nathanaël et l'apôtre Philippe sont de Bethsaïde d'après l'évangile attribué à Jean. Selon les évangiles synoptiques, Pierre dispose d'une autre résidence à Capharnaum, de l'autre côté du Jourdain, où habite sa mère. Quelle que soit la date retenue pour la crucifixion de Jésus, Bethsaïde est alors la capitale de la tétrarchie de Philippe.

Pierre, André, Jean et Jacques le Majeur y étaient pêcheurs sur le lac de Tibériade jusqu'à leur rencontre avec le Seigneur Jésus de Nazareth qui leur demande de tout abandonner pour venir évangéliser l'humanité avec lui.

Selon les évangiles, Jésus de Nazareth, considéré comme le Messie, aurait marché sur les eaux du lac de Tibériade près de Bethsaïde. D'après Mc 8:23ss Jésus y guérit un aveugle en lui imposant les mains.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b François Blanchetière, Enquête sur les racines juives du mouvement chrétien, Cerf,‎ 2001 (ISBN 978-2-204-06215-2), p. 222.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :