Beta Canum Venaticorum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Beta Canum Venaticorum

Époque J2000.0

Données d'observation
Ascension droite 12h 33m 44,5446s
Déclinaison +41° 21′ 26,927″
Constellation Chiens de chasse
Magnitude apparente 4,26
Caractéristiques
Type spectral G0 V
Indice U-B 0,05
Indice B-V 0,59
Indice R-I ?
Indice J-K ?
Variabilité Suspectée
Astrométrie
Vitesse radiale +6,9 km/s
Mouvement propre μα = -705,06 mas/a
μδ = 292,93 mas/a
Parallaxe 119,19 ± 0,83 mas
Distance 27,4 ± 0,2 al
(8,39 ± 0,06 pc)
Magnitude absolue 4,65
Caractéristiques physiques
Masse 1,08 M
Rayon 1,11 R
Gravité de surface (log g) ?
Luminosité 1,20 L
Température 5 747 K
Métallicité 97 % du Soleil
Rotation < 3 km/s
Âge ~4 × 109 a

Autres désignations

Chara, Asterion, 8 CVn, G 475, HR 4785, BD+42 2321, HD 109358, LHS 2579, LTT 13552, GCTP 2895.00, SAO 44230, FK5 470, LFT 924, NSV 5725, HIP 61317

Beta Canum Venaticorum (β CVn / β Canum Venaticorum) est la deuxième étoile la plus brillante de la constellation des Chiens de chasse. C'est une naine jaune de type spectral G.

Avec l'étoile plus brillante Cor Caroli, la paire forme le « chien austral » de cette constellation qui représente des chiens de chasse. Le nom Chara était initialement appliqué au « chien austral », mais il fut ensuite utilisé pour désigner spécifiquement Beta Canum Venaticorum. Chara signifie Joie en grec[1].

Observations[modifier | modifier le code]

β CVn est considérée comme étant légèrement déficiente en métaux[2], ce qui signifie qu'elle possède une quantité d'éléments plus lourds que l'hélium légèrement plus faible que le Soleil. Cependant, en termes de masse, âge et état d'évolution, cette étoile est très similaire au Soleil[3]. En conséquence, elle est considérée comme un jumeau solaire.

Le spectre de cette étoile montre une très faible raie d'émission du calcium ionisé une fois (Ca II) de la chromosphère, ce qui en fait une étoile de référence utile pour une comparaison avec d'autres étoiles possédant un type spectral proche[4]. (Les raies en émission Ca II sont facilement accessibles et peuvent être utilisées pour mesurer le niveau d'activité de la chromosphère de l'étoile).

Possibilité de vie[modifier | modifier le code]

En 2006, l'astronome Margaret Turnbull a classé Beta CVn comme une des meilleures candidates pour la recherche de civilisations extraterrestres[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) James B. Kaler, « Chara », sur Stars
  2. M. Cornide et M. Rego, « Iron abundances in G dwarfs », Astrophysics and Space Science, vol. 105, no 1,‎ 1999, p. 55-65 (lire en ligne)
  3. (en) G. F. Porto de Mello, E. F. del Peloso et L. Ghezzi, « Astrobiologically interesting stars within 10 parsecs of the Sun », Astrobiology, vol. 6, no 2,‎ 2006, p. 308-331 (lire en ligne)
  4. G. H. Herbig, « Chromospheric H-alpha emission in F8-G3 dwarfs, and its connection with the T Tauri stars », Astrophysical Journal, vol. 289, no 1,‎ 1985, p. 269-278 (lire en ligne)
  5. (en) « Stars searched for extraterrestrials », PhysOrg.com,‎ 19 fév. 2006 (consulté en 6 déc. 2006)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]