Bestiaire de Radford

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bestiaire de Radford
Image illustrative de l'article Bestiaire de Radford
Miniatures représentant un serpent tuant un éléphant
Artiste Artistes anonymes
Date vers 1185
Technique enluminures sur parchemin
Dimensions (H × L) 21,5 × 15,5 cm 120 folios reliés
Localisation Pierpont Morgan Library, New York (Drapeau des États-Unis États-Unis)
Numéro d'inventaire M.81

Le Bestiaire de Radford appelé aussi Bestiaire de Worksop est un manuscrit d'un bestiaire enluminé, datant de 1185, conservé à la Pierpont Morgan Library sous la cote M.81. Le manuscrit contient 106 miniatures.

Historique[modifier | modifier le code]

La manuscrit a peut-être été écrit et décoré à Lincoln ou York vers 1185. Il est donné par Philip, chanoine de la cathédrale de Lincoln en 1187 au prieuré augustinien de Radford (en), actuellement Worksop dans le Nottinghamshire[1].

La trace du manuscrit se perd ensuite. Il appartient au Duc d'Hamilton (en) au XIXe siècle qui le vend avec l'ensemble de sa collection en 1883 aux musées de Berlin. Il est revendu avec une partie de la collection Hamilton en 1889 à Londres. Il est acquis successivement par les collectionneurs Jacques Rosenthal (de) (jusqu'en 1896) puis William Morris par l'intermédiaire de Sydney Cockerell (jusqu'en 1897) et enfin Richard Bennett de Manchester (1844-1900). Il est enfin acquis par John Pierpont Morgan en 1902 dont les collections constituent la Pierpont Morgan Library de New York créée par son fils J. P. Morgan, Jr[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le manuscrit est une compilation de textes ayant trait à la description de la nature et des animaux. Il contient des textes du De Imagine Mundi de Honoré d'Autun mais aussi des textes du Physiologus ou d'Isidore de Séville, du livre de la Genèse et un sermon du Pseudo-Saint-Augustin. Il contient 106 miniatures de taille variée généralement avec un fond d'or et un cadre de couleur vert, rouge, jaune et bleu. Les animaux représentés débordent fréquemment de ces bordures[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) C.M. Kaufmann, Romanesque manuscripts, 1066-1190, London : H. Miller, 1975, no. 106.
  • (en) Debra Hassig, Medieval bestiaries, New York : Cambridge University Press, 1995, fig. 53, 68, 84, 163

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice Corsair de la Morgan Library
  2. Medieval Bestiary