Bessie Coleman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coleman.

Bessie Coleman

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Bessie Coleman.

Naissance 26 janvier 1892
Atlanta, Texas (États-Unis)
Décès 30 avril 1926 (à 34 ans)
Jacksonville, Floride (États-Unis)
Nationalité Américaine
Pays de résidence États-Unis
Profession Aviatrice
Activité principale Aéronautique

Bessie Coleman (née le 26 janvier 1892 à Atlanta, Texas et morte le 30 avril 1926 à Jacksonville, Floride) est une aviatrice américaine. Elle est la première femme pilote d'origine afro-américaine[1] et la première personne d'origine afro-américaine à détenir une licence de pilote en 1921[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Chicago[modifier | modifier le code]

En 1915, âgée de 23 ans, elle se rend à Chicago où elle vit avec ses frères et travaille à la White Sox Barber Shop en tant que manucure. Elle y entend des histoires racontées par des pilotes revenant de la Première Guerre mondiale. Elle n'est pas admise dans les écoles de pilotage américaines parce qu'elle est noire et que c'est une femme. Aucun aviateur américain noir ne veut la former non plus. Robert Sengstacke Abbott (en), fondateur et éditeur du Chicago Defender (journal défendant la cause noire) l'encourage à apprendre à l'étranger. Bessie Coleman reçoit un appui financier d'un banquier nommé Jesse Binga (en) et du Defender pour venir en France, où elle suivra son apprentissage à l’École de pilotage Caudron du Crotoy[3].

France[modifier | modifier le code]

Licence d'aviation de Bessie Coleman

Bessie Coleman prend des cours de français à l'école Berlitz de Chicago, et part ensuite pour Paris le 20 novembre 1920. Elle apprend à piloter sur un biplan Nieuport Type 82, avec « un système de direction qui consiste en un bâton vertical de l'épaisseur d'une batte de baseball devant le pilote et d'un palonnier sous les pieds du pilote[4]. ». Le 15 juin 1921, Bessie Coleman devient non seulement la première femme afro-américaine à obtenir une licence internationale de pilote de la Fédération aéronautique internationale mais aussi la première femme afro-américaine dans le monde à obtenir une licence de pilote. Déterminée à améliorer ses compétences, Coleman passe les deux mois suivants à prendre des leçons auprès d'un as français près de Paris, et en septembre 1921, embarque pour New York. Elle devient un phénomène médiatique lorsqu'elle retourne aux États-Unis.

Mort[modifier | modifier le code]

Le 30 avril 1926, Bessie Coleman se trouve à Jacksonville. Elle a récemment acheté un Curtiss JN-4 à Dallas et l'a amené à Jacksonville en vue d'un show aérien. Ses amis et sa famille jugent l'appareil peu sûr et l'implorent de ne pas voler avec. Son mécanicien et attaché de presse, William Wills, pilote l'avion tandis que Bessie Coleman est dans l'autre siège. Elle n'attache pas sa ceinture de sécurité parce qu'elle prévoit de sauter en parachute le lendemain et souhaite regarder par-dessus le rebord du cockpit pour examiner le terrain. Après environ dix minutes de vol, l'avion ne se sort pas d'un piqué ; à la place de cela, il part en vrille. Coleman est éjectée de l'appareil à 2 000 pieds (610 m) et meurt instantanément lorsqu'elle percute le sol. William Wills ne parvient pas à reprendre le contrôle de l'avion qui chute rapidement vers le sol. Wills meurt lors de l'impact et l'appareil prend feu. Bien que l'épave de l'avion soit sérieusement brûlée, il fut découvert plus tard qu'une clé à molette utilisée pour la maintenance du moteur avait glissé dans la boîte de vitesse et l'avait bloquée[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Bessie Coleman » (voir la liste des auteurs)

  1. Bessie Coleman (1892 -1926). PBS.org. Consulté le 1er décembre 2012.
  2. (en) « Some Notable Women In Aviation History », Women in Aviation International (consulté le 1er décembre 2012)
  3. Béal 2008
  4. a et b Rich 1993
  5. (en) David H. Onkst, « Bessie Coleman », U.S. Centennial of Flight Commission (consulté le 27 septembre 2009)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]