Beryl Bainbridge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bainbridge.

Beryl Margaret Bainbridge, née le 21 novembre 1932 à Liverpool et morte le 2 juillet 2010, est une romancière anglaise.

Bainbridge a remporté le prix Whitbread (Costa) du meilleur roman en 1977 et 1996 et elle a été nommée cinq fois pour le prix Booker. En 2011, elle à reçu, à titre posthume, un prix spécial du comité du prix Booker (« Best of Beryl ») pour son roman Master Georgie (Georgie en VF)[1].

En 2008, le quotidien britannique The Times a inclus Bainbridge dans sa liste des « 50 plus grands écrivains britanniques depuis 1945 »[2].

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

  • Beryl Bainbridge (trad. d’Anne Damour), Harriet dit... [« Harriet said »], Paris, Flammarion, coll. « Connexions »,‎ 1978, 212 p. (ISBN 978-2080640536).
  • Beryl Bainbridge (trad. d’Anne Damour), Ce très cher William [« Sweet William »], Paris, Éditions Flammarion, coll. « Lettres étrangères »,‎ 1980, 264 p. (ISBN 2080642898).
  • Beryl Bainbridge (trad. de Françoise Cartano), La couturière [« The Dressmaker »], Paris, Éditions Flammarion, coll. « Lettres étrangères »,‎ 1980, 295 p. (ISBN 208064288X).
  • Beryl Bainbridge (trad. de Françoise Cartano), Sombre dimanche [« The Bottle factory outing »], Paris, Flammarion, coll. « Lettres étrangères »,‎ 1981, 255 p. (ISBN 2080643819).
  • Beryl Bainbridge (trad. Michel Courtois-Fourcy), Le Jardin d'hiver [« Winter garden »], Paris, Éditions Flammarion, coll. « Lettres étrangères »,‎ 1983, 211 p. (ISBN 2080645978).
  • Beryl Bainbridge (trad. Nicole Tisserand et Agathe Moitessier), Le dernier amour du capitaine Crochet [« An awfully big adventure »], Paris, Éditions J.C. Lattès,‎ 1996, 212 p. (ISBN 2709615851).
  • Beryl Bainbridge (trad. Michèle Lévy-Bram), Georgie [« Master Georgie »], Paris, Éditions Payot et Rivages,‎ 2000, 177 p. (ISBN 2228892998).
  • Beryl Bainbridge (trad. Anne Wicke), Selon Queeney [« According to Queeney »], Paris, Christian Bourgois Éditeur,‎ 2003, 319 p. (ISBN 9782267016598).
  • Beryl Bainbridge (trad. Laurence Kiéfé), La fille avec la robe à pois [« The Girl in the Polka-dot Dress »], Paris, Christian Bourgois Éditeur,‎ 2012, 217 p. (ISBN 9782267023336)[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alison Flood, « Beryl Bainbridge a Booker winner at last », sur the Guardian,‎ 19 avril 2011 (consulté le 23 janvier 2013)
  2. (en) « The 50 greatest British writers since 1945 », The Times,‎ 5 janvier 2008 (consulté le 24 août 2010)
  3. Christophe Mercier, « Beryl Bainbridge : La Fille avec la robe à pois », sur Le Figaro,‎ 17/4/2012 (consulté le 23 janvier 2013)