Bertrand Bessières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bessières.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Bessières.
Bertrand Bessières
Image illustrative de l'article Bertrand Bessières

Naissance
Prayssac (Lot)
Décès (à 81 ans)
Chantilly (Oise)
Origine Drapeau de la France France
Arme cavalerie
Grade lieutenant général
Années de service 17911824
Distinctions Baron de l'Empire
Commandeur de la Légion d'honneur
chevalier de Saint-Louis
Hommages Nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile, 29e colonne.
Famille frère du maréchal Jean-Baptiste Bessières

Le baron Bertrand Bessières, né le , à Prayssac (Lot), mort le à Chantilly (Oise), est un général français de la Révolution et de l’Empire.

Il est le frère puîné du maréchal duc d'Istrie Jean-Baptiste Bessières.

Biographie[modifier | modifier le code]

Soldat au 17e régiment de cavalerie, le 15 août 1791, le jeune Bessières obtient tous ses grades à la pointe de son sabre. Le 15 brumaire an II, il est sous-lieutenant, et il passe en cette qualité dans le 22e Régiment de Chasseurs à Cheval. Il fait avec ce corps les campagnes de 1792, 1793 et de l'an II aux armées du Centre et du Nord, sous les ordres des généraux Lafayette et Dumouriez.

Il suit son régiment à l'armée d'Italie au commencement de l'an III, et il est nommé lieutenant le 19 messidor de cette année. Il a fait la guerre en Italie pendant les années IV et V, et il est incorporé par le général Bonaparte dans la compagnie des guides, le 15 prairial an V, avec le grade de capitaine.

Il devient chef d'escadron sur le champ de bataille d'Aboukir, et colonel du 11e Régiment de Chasseurs à Cheval, le 21 nivôse an VIII.

Rentré en France avec le général Menou, il fait les campagnes de l'armée des côtes de l'Océan des ans XII et XIlI, et il est employé aux camps de Boulogne et de Saint-Omer. Membre de la Légion d'honneur le 19 frimaire an XII et officier de l'ordre le 25 prairial suivant, l'Empereur le nomme peu de temps après électeur du département du Lot. Il fait avec la Grande Armée les campagnes de l'an XIV et de 1806.

Le 3 nivôse an XIV (24 décembre 1805), l'Empereur lui remet le brevet de général de brigade pour sa belle conduite à Austerlitz où il a été blessé d'un coup de feu à la tête.

Envoyé à l'armée d'Italie en 1806, il y commande une brigade de chasseurs à cheval jusqu'en 1808, époque à laquelle il est employé au corps d'observation des Pyrénées-Orientales, devenu armée de Catalogne ou 7e division de l'armée d'Espagne. Il commande une brigade de dragons, du 7 décembre 1810 au 4 juin 1811, et est mis, à cette même date, à la disposition du général Kellermann. Promu général de division par décret impérial du 31 juillet 1811, il refuse d'accepter ce grade dont l'annulation a lieu le 30 novembre suivant.

À la fin de cette année, il bat un corps de cavalerie qui venait au secours d'Astorga. Appelé le 5 décembre au commandement d'une brigade de cuirassiers de la division Saint-Germain, il fait partie de la campagne de Russie, se distingue au début de la campagne et fait des prodiges de valeur à la bataille de la Moskowa, où il reçoit un coup de mitraille à l'épaule gauche.

En 1813, il assiste à la bataille de Leipzig avec la 1re division du 1er corps de cavalerie et reçoit au commencement de l'action un coup de sabre à la tête. Napoléon lui confére le titre de baron de l'Empire (lettres patentes du 16 décembre 1810[1]), et lui donne la croix de commandant de la Légion d'honneur le 28 novembre.

Resté en disponibilité en 1814, il adresse sa soumission à Louis XVIII qui le fait chevalier de Saint-Louis le 26 octobre 1814.

Le 23 janvier 1815, il est nommé au commandement du département du Doubs, d'où il passe le 15 avril à celui de Lot-et-Garonne. Il était en non-activité depuis le mois de juillet 1815 et retiré dans sa famille près de Cahors, lorsque le 24 juin 1818, il est désigné pour remplir la place de lieutenant du roi de la place de Calais. Il est réintégré immédiatement dans le cadre d'activité des officiers généraux, et le ministre de la Guerre lui confie, en 1819, le commandement, à Laon, de la 3e subdivision de la 1re division militaire. Nommé lieutenant-général le 21 avril 1821, il est admis à la retraite par ordonnance royale du 1er décembre 1824.

Il meurt à Chantilly (Oise) le 15 novembre 1854. Il repose dans le cimetière de cette ville[2].

Son nom figure sous l'Arc de Triomphe de l'Étoile, à Paris.

Titre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Hommage, honneurs, mentions[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Nom du Baron et blasonnement
Orn ext baron de l'Empire ComLH.svg
Blason Bertrand Bessières (1773-1854).svg
Armes du Baron Bessières et de l'Empire

Ecartelé : au I, d'or, au lion de gueules ; au II, du franc-quartier des Barons militaires de l'Empire ; au III, d'azur, à une tête de cheval d'or ; au IV, d'or, à un lévrier rampant de sable.[1],[3],[4]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Philippe Lamarque, La figure héraldique du cheval, Editions Cheminements,‎ 2002 (ISBN 9782844780768, lire en ligne)
  2. a et b « www.napoleon1er.org » (consulté le 25 avril 2011)
  3. Source : www.heraldique-europeenne.org
  4. Bertrand Bessières sur www.napoleon1er.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lients externes[modifier | modifier le code]