Berny-en-Santerre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berny.
Berny-en-Santerre
Saint-Vaast.
Saint-Vaast.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Chaulnes
Intercommunalité Communauté de communes de Haute Picardie
Maire
Mandat
Francis Leroy
2014-2020
Code postal 80200
Code commune 80090
Démographie
Population
municipale
151 hab. (2011)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 51′ 56″ N 2° 51′ 02″ E / 49.8656, 2.850649° 51′ 56″ Nord 2° 51′ 02″ Est / 49.8656, 2.8506  
Altitude Min. 62 m – Max. 87 m
Superficie 4,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Berny-en-Santerre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Berny-en-Santerre

Berny-en-Santerre est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

En 1899, le village n'a aucun hameau mais comporte deux écarts, correspondant à des fermes isolées :

  • Les Vœux, à 3 km avec 6 habitants,
  • Ereuse, à 2 km, 3 habitants[1].

Sol, sous-sol, hydrographie, relief[modifier | modifier le code]

Des alluvions tourbeuses se trouvent dans la vallée de la Noye[1]'[2].

Les deux plateaux qui enserrent le seul cours d'eau parcourant le territoire sont couverts de limon argileux renfermant des silex[1].

La craie affleure sur les pentes des coteaux[1].

Le territoire est traversé suivant un axe nord-sud par la Noye, rivière d'un débit moyen et qui ne connaît guère de crue[1].

Quelques étangs proviennent des tourbages réalisés autrefois. Le rouissage du chanvre y a été pratiqué avant que le choléra ne fut connu et que l'interdiction de cette pratique soit ordonnée[1].

En 1899, une eau séléniteuse est puisée à 8 ou 10 m de profondeur. Elle alimente les pompes communales et particulières.

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Sept communes bordent le territoire :

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve Berni en 1186. Dès 1301, Berny possède l'orthographe actuelle. Il est probable que le nom du village provienne du vieux français Bernis (toile grossière)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a connu une occupation humaine très ancienne, ainsi que l'attestent des fouilles qui ont produit une grande quantité de silex taillés, de hachettes et d'objets en bronze[1].

C'est saint Martin qui est connu pour avoir évangélisé la région qui relève du doyenné de Moreuil[1].

Les seigneurs de Berny dépendaient de la baronnie de Boves et de l'abbaye de Corbie[1].

Avant le milieu du XIe siècle, la seigneurie passe par alliance à la maison de Breteuil[1].

Depuis des temps immémoriaux, c'est la coutume de Péronne qui était suivie[1].

L'église est réputée dater du tout début du XVIIe siècle, de vastes galeries ont servi de refuge aux habitants pendant les périodes sombres de leur histoire[1].

Marc Pierre d'Hervilly, mort en 1769, serait le dernier seigneur féodal de Berny[1].

En 1793, le curé du village a été guillotiné pour avoir donné asile à un suspect recherché[1].

Le pays est envahi par les cosaques en 1814-1815[1].

En 1870, les prussiens sont dans le village, à la veille de la bataille de Boves et de Dury. Le maire a été emmené par les assaillants puis libéré[1].

Au début du XIXe siècle, deux fabriques à papier étaient en activité le long de la Noye. L'une d'elles a été transformée en scierie, l'autre en tannerie où travaillaient encore dix ouvriers en 1899. Une tourbe de médiocre qualité a longtemps été extraite dans une couche de faible épaisseur[1].

Pendant la Première Guerre mondiale, le village se trouve en première ligne, particulièrement en 1916[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Rémy Leroy    
mars 2008[4] en cours
(au 6 mai 2014)
Francis Leroy   Réélu pour le mandat 2014-2020 [5]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 151 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
360 354 336 366 389 335 339 330 337
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
331 285 302 316 282 265 252 293 277
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
305 274 259 105 180 228 207 163 182
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
172 174 169 146 149 153 139 143 152
2011 - - - - - - - -
151 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Vaast.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s Notice géographique et historique réalisée par Mme Baillet, institutrice de Berny, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens
  2. http://archives.somme.fr/ark:/58483/a0112614135446psVxZ/1/1
  3. http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/septembre16.html
  4. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 9 juin 2008 (consulté le 15 juillet 2008)
  5. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Ouvrages[modifier | modifier le code]