Bernard Tomasini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bernard, André, Hyacinthe Tomasini, né le 31 octobre 1947 à Évreux (Eure), est un homme politique et haut fonctionnaire français, préfet de la région Poitou-Charentes, préfet de la Vienne de 2008 à 2011.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bernard Tomasini est le fils de René Tomasini, ancien secrétaire général de l’UDR, considéré comme le parrain politique de Charles Pasqua.

Il étudie aux lycées d'Evreux, de Gisors et de Bernay, à l'École internationale de Genève et à la Faculté de droit et des sciences économiques de Rouen, où il obtient une licence en sciences économiques.

Rentré en France, il commence à militer dans l’Union des jeunes pour le progrès (UJP), ce qui lui donne l’occasion de rencontrer Nicolas Sarkozy, qu’il retrouve par la suite au ministère de l'Intérieur lors de la première cohabitation (1986-1988)[1].

Charles Pasqua l'appelle au ministère de l'Intérieur pour y être chargé de mission, puis son chef-adjoint de cabinet (1986-1988). Il est ensuite son chef de cabinet à la présidence du groupe RPR au Sénat (1992-1993), puis au ministère de l'Intérieur et de l'Aménagement du territoire (1993-1994) soit dans la période des « affaires » Pasqua.

En 1983, il succède à son père comme conseiller général (RPR) du canton des Andelys. Vice-président du conseil général de l'Eure en 1992, il est réélu en 1994 Il est élu au 2e tour de scrutin. Cette même année, il est nommé préfet de l'Orne. Titularisé préfet le 29 août 1995, il est ensuite nommé dans cette fonction pour les départements du Cher (le 18 janvier 1999), de l'Ain (le 29 juillet 2002), de la Charente-Maritime (le 24 mai 2004) et du Val-de-Marne (le 6 janvier 2006). Dans ce dernier département, il effectue l'expulsion de sans papiers lors de l'affaire des « squatters » de Cachan. Il est à cette occasion plusieurs fois piégé notamment par l'humoriste Gérald Dahan.

Par décret du 9 octobre 2008[2], il est nommé préfet de la région Poitou-Charentes et du département de la Vienne. Malgré la violente manifestation anarchiste contre le transfèrement vers la nouvelle prison de Poitiers qui a lieu le 10 octobre 2009 et les nombreux troubles à l'ordre public, il conserve son poste. Selon une grande partie de la presse nationale et régionale, son rôle à Poitiers est essentiellement de surveiller et de gêner Ségolène Royal[3],[1].

Le 22 juillet 2011, Bernard Tomasini est nommé, sur sa demande, préfet hors cadre[4], pour devenir conseiller du président du groupe EDF, Henri Proglio[5]. Il a été remplacé à la préfecture de la région Poitou-Charentes par Yves Dassonville[6]. Admis à faire valoir ses droits à la retraite comme Préfet par décret du Président de la République en date du 12 juillet 2013 à compter du 1er novembre 2013[7].

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Michel Feltin, « En Poitou-Charentes, un préfet anti-Royal », L'Express, 22 janvier 2010, consulté le 21 août 2010
  2. Décret du 9 octobre 2008 publié au JORF du 10 octobre 2008.
  3. PierreP, « Mr Tomasini Préfet à Poitiers sert à quoi ? », Le Post, 12 octobre 2009, consulté le 21 août 2010
  4. http://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?cidTexte=JORFTEXT000024388808
  5. http://www.poitiers.maville.com/actu/actudet_-Le-prefet-quitte-le-Poitou-et-rejoint-le-patron-d-EDF_38680-1906092_actu.Htm
  6. http://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?cidTexte=JORFTEXT000024388814
  7. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000027697347&dateTexte=&categorieLien=id