Bernard Silvestre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bernard Silvestre (vers 1100-vers 1165, ou vers 1075-vers 1126 selon Benoît Patar) est un moine du XIIe siècle, originaire de Tours, habituellement rangé dans la mouvance de l'école de Chartres[1], qui se fondait sur les théories pythagoriciennes de Platon, notamment sous l'influence du Timée de Platon.

Il a longtemps été confondu avec Bernard de Chartres.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Cosmographia (ou De Mundi universitate sive Megacosmus et Microcosmus, 1147), trad. M. Lemoine, Bernard Silvestre. Cosmographie. introduction, traduction et notes, Cerf, 1998.
  • Experimentarius, en latin : Revista critica di storia della filosofia, XIV (1959), p. 283-342 ; édi. Charles Burnett, Magic and Divination in the Middle Ages, Variorum Collected Series, 1996. Livre de géomancie, inspiré d'Albumasar et Thâbit ibn Qurra.
  • Mathematicus, trad. an. in Archives d'histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, LXII (1996), p. 209-283.

Études[modifier | modifier le code]

  • Étienne Gilson, « La cosmogonie de Bernard Silvestre », Archives d'histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, III (1928), p. 5-24.
  • Theodore Silverstein, « The Fabulous Cosmogony of Bernardus Silvestris », Modern Philology, 46, 1948, pp. 92-116.
  • M. Lemoine, Théologie et platonisme au XIIe siècle, Cerf, 1988, p. 28-29 et 101-109.
  • B. Stock, Myth and Science in the Twelfth Century. A Study of Bernard Silveste, Princeton University Press, 1972.
  • Charles Burnett, What is the Experimentarius of Bernardus Silvestris? A Preliminary Survey of the material, Paris, Vrin , 1978

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Édouard Jeauneau, La philosophie médiévale, PUF, coll. "Que-sais-je ?", 1975, p. 55.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]