Bernard Saladin-D’Anglure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bernard Saladin d'Anglure (1936-.) est un anthropologue et ethnologue canadien[réf. nécessaire]. Son travail est principalement centré sur l'étude des Inuits du Nord du Canada, en particulier leurs pratiques de chamanisme et les conceptions de l'égalité de genre. Comme théoricien anthropologique, il a étudié le structuraliste de Claude Lévi-Strauss, mais il est devenu plus reconnu pour sa méthodologie innovante et l'élaboration du concept de la «troisième sexe». Il parle français, anglais et couramment l'inuktitut. Il est actuellement professeur émérite (à la retraite) à l'Université de Laval[1].

Renseignements biographiques[modifier | modifier le code]

D'Anglure est né en France en 1936. A l'âge de 19 ans, d'Anglure est venu au Canada par une bourse de la Fondation Nationale des Bourses Zellidja, et a voyagé à travers le Nord du Québec, passé plusieurs semaines dans le campement des Quaaqtaq, Nunavik.

À son retour, il a commencé une maîtrise en anthropologie à l'Université de Montréal, et obtient son diplôme en 1964. D'Anglure a complété un doctorat en ethnologie de l'École pratique des hautes études de Paris en 1971. Pendant ses études supérieures, il a voyagé au Canada en tant qu'assistant de l'anthropologue Claude Lévi-Strauss au Nunavik.

De retour au Canada en 1971, il a gagné un poste permanent de professeur d'anthropologie à l'Université Laval ainsi que la direction du ministère, qu'il a occupé jusqu'en 1974. Son travail à l'Université est restée centrée sur du Nunavik et l'île de Baffin -notamment la communauté de Igloolik, au Nunavut et chamanisme inuit.

En 1977, il fonde "Études Inuit Studies", une revue internationale bilingue sur l’ethnographie, les structures politiques et l'étude scientifique difficile des peuples de l'Arctique. Il est le fondateur de la biennale Conférence études inuit ainsi que le Groupe des Inuits et des études circumpolaires, qui a contribué de manière significative aux sciences sociales arctiques au Canada. D'Anglure a reçu du gouvernement du Canada " Northern Science Award" en 2001.

Anthropologique travail [modifier | modifier le code]

Contributions méthodologiques [modifier | modifier le code]

D'Anglure a été un pionnier dans l'utilisation des techniques visuelles pour recueillir des données ethnographiques. Avec Asen Balikci , il fut l'un des premiers premiers utilisateurs des techniques audio-vidéo pour enregistrer les données ethnographiques chez les Inuits, et a produit plus de vingt films. Un exemple notable de ce dernier est Atanarjuat: The Fast Runner (Kunuk, 2001)[2].

Il a produit du matériel ethnographique de longue durée, notamment Igloolik / Igloolik Notre terre, [6] , en partenariat avec Michel Treguer . Le film explorele mode de vie traditionel des inuits est affecté par des changements tels que les maisons préfabriquées, et les débuts du processus pour créer le Nunavut . [7]

Il a également agi au titre de consultant, en publiant Au Pays des Inuits: Un film, un peuple, une legende (2002) avec l'ethnographique et historique de Kunuk Atanarjuat .

Il a collaboré étroitement avec Igloolik Isuma Productions dans la production, l'édition, et de conseiller les rôles, et a maintenu une relation étroite avec la communauté de Igloolik, au Nunavut.

Tout au long de son travail d'anthropologue, d'Anglure a été un défenseur de l'autonomie et l'expression des Inuits, ainsi que leur réappropriation de la culture et des données anthropologiques. En 1974, il fonde l' Association Inuksiutiit Katimajiit Inc. , une société canadienne à but non lucratif dont le but principal était de revenir aux Inuits les données de recherche, tels que les cartes d'utilisation des terres et des arbres de la famille, qu'il avait recueilli. [9] Il a aidé de traduire le premier roman en langue inuktitut, Sanaaq , écrit par Mitiarjuk Nappaaluk et édité en 1983, en français. [10]

Contributions théoriques[modifier | modifier le code]

Saladin d'Anglure est l'auteur d'une contribution volumineuse à la littérature sur la culture des Inuits, en particulier en ce qui concerne la construction sexuelle des individus et la cosmogonie : il est l'auteur de cent seize articles, dix-sept livres, et diverses autres publications sur le sujet.

Ses recherches sur le chamanisme et le sexe ont mis en lumière une conception de chamans inuits qui a été fortement indissociables les images traditionnellement acceptées de violence. Dans Être et renaître inuit: homme, femme ou chamane (2006), il explore la conception de chaman inuit comme «limites» qui franchissent, qui peuvent naviguer entre les mondes spirituels et matériels, ainsi qu'un troisième genre indépendant des sexe masculins ou féminins. Cette idée du chamanisme comme transcendant la dualité de l'égalité soutient des examens des Inuits vie sociale en hiver menées par Mauss. Alors que les Inuits échanges entre conjoints qui avaient été déclarent «communisme sexuel» par Mauss , analyse Saladin d'Anglure's de la pratique chamanique soutient la création d'un «troisième sexe» comme un facteur d'équilibre. 

Saladin d'Anglure a également retranscriptdes récits qui décrivent les expériences intra-utérines d'individu. Ce sont des expériences durant lesquels on se souvient même des vies passées et, en tant que telle, elle indiquent une relation un phénomène de réincarnation .

Bien que son analyse a été fortement influencée par l'école structuraliste , Saladin d'Anglure a souvent dévié des théories de Lévi-Strauss . Selon Lévi-Strauss destructuralisme , les Inuits doivent avoir une technologie plus complexe que les populations du Sud, tout en maintenant un système de parenté plus simple; d'Anglure a décrit un système de parenté très complexe basée sur le chamanisme et la réincarnation.

Bien qu'il ne s'est jamais déclaré un théoricien de l'école structuraliste, il a maintenu une relation professionnelle étroite avec Lévi-Strauss qui a écrit la préface de Être et renaître inuit et va jusqu'à déclarer futur classique.

bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Être et renaître Inuit. Homme, femme, ou chamane (2006)
  • Au Pays des Inuit: Un Film, un Peuple, une Légende (2002)
  • Igloolik Nunavut: Igloolik notre terre, with Michel Truguer (1976)


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://classiques.uqac.ca/contemporains/saladin_danglure_bernard/saladin_danglure_photo/saladin_danglure_photo.html
  2. "IsumaTV". IsumaTV. Retrieved 24 February 2012.