Bernard M. Oliver

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bernard M. Oliver

Naissance 1916
Soquel, comté de Santa Cruz
Décès 1995
Nationalité américaine
Diplôme
Profession ingénieur
Formation
Distinctions

Bernard M. Oliver, aussi connu sous le nom de Barney Oliver, est un ingénieur américain né en 1916 dans le comté de Santa Cruz et mort en 1995.

Diplômé de Stanford et de Caltech, il effectue sa carrière aux laboratoires Bell, puis chez Hewlett Packard, dont il dirige les laboratoires de recherche. La National Medal of Science lui est décernée en 1986. En 2004, il est admis au National Inventors Hall of Fame.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Bernard Oliver naît dans le village de Soquel, situé dans le comté de Santa Cruz en Californie. Il est le fils d'un ingénieur civil et d'une enseignante[1]. Il étudie l'électrotechnique à l'université Stanford, où il obtient un baccalauréat ès sciences (Bachelor of Science) en 1935. L'année suivante, il obtient une maîtrise (Master's degree) du California Institute of Technology (Caltech), qui lui décerne un doctorat (PhD) en 1940 avec mention magna cum laude[2].

Laboratoires Bell[modifier | modifier le code]

Oliver est recruté par les laboratoires Bell en 1940. Il travaille notamment sur des systèmes de transmission télévisuelle, puis, après l'entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, sur les radars[3],[4]. Il participe au développement du concept de modulation d'impulsion codée (en anglais : Pulse Code Modulation, ou PCM)[4].

Hewlett Packard[modifier | modifier le code]

L'ingénieur entre chez Hewlett Packard en 1952. Il fonde les laboratoires de recherche de la firme et les dirige jusqu'à sa retraite en 1981[5]. Durant cette période, il participe notamment à la mise au point de la calculatrice de bureau HP 9100, puis des calculatrices scientifiques de poche de la firme. Oliver est nommé vice-président et intègre le conseil d'administration de HP. Il détient plus d'une cinquantaine de brevets[2],[3]. Oliver préside l'Institute of Electrical and Electronics Engineers en 1965[1].

SETI[modifier | modifier le code]

Bernard Oliver s'intéresse également à la radioastronomie et assiste à la conférence de Green Bank en 1961[6]. En 1971, avec John Billingham du Ames Research Center, il organise un colloque sur le sujet[6]. La recherche des signaux émis par de possibles civilisations extraterrestres grâce à un réseau de radiotélescopes est étudiée dans une étude de faisabilité. Oliver travaille au Ames Research Center de 1983 à 1993. Lorsque le Congrès décide d'interrompre le financement du projet, Oliver continue son travail au sein de l'institut SETI[1],[2],[7]. En 1997, l'institut créé en son honneur la Bernard M. Oliver Chair[7].

Récompenses[modifier | modifier le code]

En 1986, Oliver reçoit la National Medal of Science[2]. En 2004, il est admis au National Inventors Hall of Fame[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Steven J. Dick, The Living Universe : NASA and the Development of Astrobiology, Rutgers University Press,‎ 2005, 308 p. (ISBN 9780813537337, lire en ligne), p. 134, 153, 156-158 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Frank Drake, « Bernard M. Oliver (1916 - 1995) », Bulletin of the American Astronomical Society, vol. 28, no 4,‎ 1996, p. 1459-1461 (ISSN 0002-7537, lire en ligne)
  2. a, b, c et d (en) Lawrence M. Fisher, « Bernard M. Oliver Is Dead at 79; Led Hewlett-Packard Research », The New York Times,‎ 28 novembre 1995
  3. a et b (en) « Bernard M. Oliver », San Francisco Chronicle,‎ 26 novembre 1995
  4. a, b et c (en) « Induction info: Bernard Oliver », National Inventors Hall of Fame,‎ 2004
  5. (en) « Icon of excellence », Hewlett Packard,‎ 1995
  6. a et b Steven J. Dick, p. 134
  7. a et b (en) « Bernard M. Oliver (1916-1995) », institut SETI,‎ 2004

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]