Bernard Lecache

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bernard Lecache en 1923

Bernard Lecache, né à Paris le et mort à Antibes le 14 août 1968, est un journaliste français, fondateur de la Ligue contre les pogroms en 1927, devenue la Ligue internationale contre l'antisémitisme (LICA) l'année suivante, puis la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA) en 1979. Il en est président de 1927 à 1968.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'émigrés juifs ukrainiens, Bernard Lecache, né à Paris en 1895, se lance dans le journalisme. Il collabore à La Volonté, au Journal du Peuple, une des premières feuilles bolchévistes françaises, et au Quotidien. Militant de la Ligue des droits de l'homme, il est également proche de la mouvance socialiste et des futurs fondateurs du Parti communiste français, tel que Boris Souvarine. Il fréquente la journaliste anarchiste Séverine et épouse sa petite-fille, Denise Montrobert.

Bernard Lecache accueille avec enthousiasme la révolution russe et adhère dans les premiers au Parti communiste français en 1921. Il devient rédacteur à L'Humanité, où il assure la rubrique anti-militariste. Obligé de choisir entre la franc-maçonnerie et le Parti en 1923, comme tous les communistes, Bernard Lecache, proche de l'association philosophique, refuse de choisir et est exclu du PCF. Ses idées et ses amis ne changent pas pour autant et il préside encore un meeting pour le dixième anniversaire de la révolution russe en octobre 1927. Il adhère l'année suivante à l'Association des amis de l'Union soviétique.

En mai 1926, l'anarchiste juif Samuel Schwartzbard abat, en plein Paris, le nationaliste ukrainien Simon Petlioura, qu'il accusait de pogroms ayant décimé sa famille. Alors collaborateur au journal Le Quotidien, Bernard Lecache s'intéresse à l'affaire et demande à l'avocat socialiste Henry Torrès de prendre en charge la défense de l'assassin. Il est envoyé en Ukraine par Henri Dumay pour enquêter. Au terme de trois mois d'enquête, il publie les résultats de son enquête en février et mars 1927. Bernard Lecache fonde alors, pour soutenir l'accusé, la Ligue Internationale Contre les Pogroms. Il reçoit le soutien de Séverine, de la comtesse de Noailles, d'Albert Einstein, d'Edmond Fleg, de Maxime Gorki, de Paul Langevin, de Victor Basch et d'Henry Torrès, avocat de Schwartzbard[1]. Samuel Schwartzbard sera triomphalement acquitté le 26 octobre 1927. L'année suivante, la ligue initiale est transformée en Ligue internationale contre l'antisémitisme. Bernard Lecache en est le président pendant quarante ans et meurt en 1968. Il est remplacé par Jean Pierre-Bloch, président de 1968 à 1993. Pendant la guerre il est interné dans un camp en Algérie, puis est libéré en novembre 42 à l'occasion du débarquement anglo-américain[2].

Bernard Lecache est initié à la franc-maçonnerie au début des années 1930. Il adhère au Grand Orient de France et y fonde la loge Abbé Grégoire. Il y traite en particulier de la montée du nazisme et de l'antisémitisme européen, mais pas de l'URSS.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le Théâtre de demain, avec Guillot de Saix, préface de Adolphe Brisson, Éditions de la France, Paris, 1915
  • La Misère des professions libérales, enquête de Paris-Soir, 1926
  • Au pays des pogromes : quand Israël meurt, Éditions du Progrès civique, Paris, 1927
  • Les Porteurs de croix : Palestine 1929, Éditions des Portiques, 1930
  • Séverine, Gallimard, Paris, 1930
  • Contre l'antisémitisme et contre la guerre, avec Marcel Feder, Le Droit de vivre, Paris, 1932
  • Les Ressuscités, Éditions du Carrefour, Paris, 1934
  • La République est antiraciste, discours prononcé le 14 décembre 1944 à la réunion privée d'information du Comité central de la LICA, Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme, Paris, 1945

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]. Magazine LICRA jeune 5
  2. Simon Epstein, http://noelpecout.blog.lemonde.fr/2008/12/04/la-gauche-pacifiste-et-la-collaboration/ ; voire aussi Emmanuel Debono, Histoire de la LICRA