Bernard Assiniwi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bernard Assiniwi (pseudonyme: "Chagnan"[1] 31 juillet 1935 - 4 septembre 2000) était un écrivain québécois de souche Algo-Cris, de même qu'un comédien, docteur en histoire, curateur au Musée canadien des civilisations, auteur et réalisateur radiophonique.

Assiniwi parle trois langues: le cri, le français et l'anglais. Assiniwi a aussi étudié la musique et le chant. Il possède une formation en médecine vétérinaire. De plus, ce grand humaniste est un spécialiste de la question autochtone.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bernard Assiniwi est né d'une mère canadienne-française d'origine algonquine et d'un père cri et algonquin. Dans sa tendre enfance, Assiniwi apprit de son père à chasser, à pêcher et à trapper[2].

En 1957, Bernard Assiniwi acheva un baccalauréat en génétique animale à l'Université de Guelph en Ontario. De 1965 à 1968 il a été fondateur de la section culturelle du ministère des Affaires indiennes et du nord tout en étant directeur du Théâtre de la Place.

De 1972 à 1976, il fut directeur de la collection « Nit'Chawan, mon ami, mon frère » aux Éditions Leméac. Et de 1976 à 1978, on le retrouve éditeur de la revue Québec Nature.

De 1978 à 1980, il a travaillé à la Société d'aménagement de l'Outaouais et parallèlement critique dramatique et scripteur-réalisateur pour la Société Radio-Canada à Ottawa. Il anima et réalisa des émissions et des documentaires sur l'histoire des amérindiens, la vie en plein air et l'écologie. De plus, Assiniwi a été collaborateur pour de nombreux journaux comme La Presse, The Globe and Mail, Sentier et Québec Nature.

En automne 1994, le département de français de l'Université d'Ottawa accueille en résidence l'écrivain Bernard Assiniwi. Pour faire connaître la richesse de la culture autochtone, Bernard Assiniwi a publié deux lexiques des noms indiens et il a occupé la fonction de conservateur d'ethnologie du subarctique de l'est. De même il fut chercheur en histoire autochtone au Musée canadien des civilisations à Hull.

Bernard Assiniwi et son épouse Marina Assiniwi ont trois fils : Marc-André Assiniwi, Christian Assiniwi et Jean-Yves Assiniwi[3].

De plus, Bernard Assiniwi a donné plus de 500 conférences sur les autochtones du Canada traitant aussi bien de leurs mœurs et coutumes que de leur médecine et de leur histoire.

Bernard Assiniwi est décédé à 65 ans à son domicile de Cantley en Outaouais. Il souffrait de diabète et avait subi récemment une chirurgie cardiaque. Il est décédé d'un anévrisme œsophagien.

Propos de Bernard Assiniwi[modifier | modifier le code]

Selon Bernard Assiniwi le cri est une langue autochtone comportant plus de 65 000 verbes tandis que le béothuk est une langue morte possédant seulement 333 mots.

Bernard Assiniwi dit que les mots ok, canot, et mocassin sont d'origine algonquienne. Dans son livre La saga des Béothuks, Bernard Assiniwi rend hommage et perpétue la mémoire des Béothuks qui se sont éteints en 1829. Pour mener à bien ce roman historique, La saga des Béothuks, Bernard Assiniwi et son épouse ont traversé la province d'un bout à l'autre, mais n'ont toutefois jamais vécu à Terre-Neuve. Cet ouvrage très fouillé lui demanda 25 ans de sa vie.

Assiniwi a affirmé dans son lexique des noms indiens du Canada que le coureur des bois Paul Provencher fut excellent pour suivre les pistes en forêt.

Dans Ils ont dit, on retrouve dans les archives de la Société Radio-Canada deux enregistrements sonores datés de 1996, dans lesquels Lina Dib et Marie-France Bazzo interrogent Bernard Assiniwi. Dans le premier enregistrement sonore Assiniwi présente son lexique des noms indiens du Canada. Dans le second enregistrement sonore Assiniwi parle de son livre La saga des Béothuks. Dans le premier extrait sonore Bernard Assiniwi nous informe qu'à l'origine les mots peau rouge viendrait des béothuks qui utilisaient de l'ocre mélangé à de la chaux pour faire fuir les moustiques. De plus, Assiniwi nous apprend que le mot Béothuks signifie les vrais hommes en langue béothuk.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Bernard Assiniwi, Faites votre vin vous-même, Saint-Laurent, Québec, Bib Quebecoise,‎ 1994 (1re éd. 1987) (ISBN 9782894060971)
  • Histoire des indiens du haut et du bas Canada, Bernard Assiniwi, Montréal : Leméac, 1973;1974.
  • La médecine des indiens d'Amérique, Bernard Assiniwi, Montréal, Guérin littérature, c1988.
  • Survie en Forêt, Bernard Assiniwi, Montréal : Leméac, 1972.
  • Chasseurs de bisons, Chagan(Bernard Assiniwi) et Ka-Hon-Hes(John Fadden), Montréal:Leméac 1973.
  • Contes adultes des territoires alguonkins, Bernard assiniwi, Isabelle Myre, Leméac c1985.
  • Bernard Assiniwi, Ikwé : la femme algonquienne, Hull, Québec, Vents d'ouest,‎ 1998 (1re éd. 1983) (ISBN 9782921603744).
  • Il n'y a plus d'indiens, Bernard assiniwi, Montréal : Leméac, c1983.
  • Indian recipe, Bernard Assiniwi, Toronto, Montréal : Copp Clark, PuB, Co. c1972.
  • À L'indienne, Bernard Assiniwi, Montréal : Lémeac + les Éditions Ici Radio-Canada, 1972.
  • Bernard Assiniwi, L'Odawa Pontiac : l'amour et la guerre : biographie romancée, Montréal, XYZ,‎ 1994 (ISBN 9782892611090).
  • Bernard Assiniwi, La saga des Béothuks, Montréal, Leméac,‎ 1996 (réimpr. 2000) (1re éd. 1972) (ISBN 9782742710133 et 978-2742724635)
  • Bernard Assiniwi, Le bras coupe, Montréal, Bibliothèque québécoise,‎ 2008 (réimpr. 2000) (1re éd. Leméac, 1976) (ISBN 9782894062920 et 978-0776130194).
  • Le guerrier aux pieds agiles, Bernard Assiniwi et John Fadden, Montréal : Leméac, c1979.
  • Les cris des marais, Bernard Assiniwi et John Fadden, Montréal : Leméac c1979.
  • Les Iroquois, Bernard Assiniwi et John Fadden, Montréal : Leméac, 1973.
  • Bernard Assiniwi (Chagnan) et Ka-Hon-Hes (John Fadden), Les Montagnais et Naskapi, Montréal, Leméac,‎ 1979 (ISBN 9782760998827).
  • Makwa, le petit algonquin, Bernard Assiniwi et John Fadden, Montréal: Leméac, 1973.
  • Bernard Assiniwi, Lexique des noms indiens du Canada : les noms géographiques, Montréal, Leméac,‎ 1996, 1e éd. (ISBN 9782760988347).
  • Recettes typiques des indiens, Bernard Assiniwi, Montréal : Leméac, 1972.
  • Sagana, contes fantastiques avec la collabaration de Isabelle Myre, Montréal : Leméac, 1972.
  • Sculpteurs de Totems, Bernard Assiniwi et John Fadden, Montréal : Leméac, 1973.
  • Windigo et la naissance du monde, compilé par Bernard Assiniwi, Hull : Vents d'Ouest, 1998.

Citations[modifier | modifier le code]

« Ce pays qu'occupait mon ancêtre, fut-il Algonquin ou Iroquoien, s'étendait depuis les marécages humides au-delà des Grands Lacs, jusqu'aux confins de la terre connue, vers le Soleil de la barre du jour. Ce pays, mon ancêtre l'occupait depuis des milliers d'années[4]. »

« L'amérindien vivait en communauté, ne se considérait que locataire du sol, et qu'un membre ordinaire de la nature dans laquelle il vivait. Il préférait se conformer aux lois naturelles plutôt que de vouloir dompter cette nature. Il considérait la liberté de l'être comme la chose la plus chère à son cœur et était toujours prêt à partager ce qu'il possédait[4]. »

« L'aïeul dit que le mensonge vient de celui qui n'a pas fait la différence entre son rêve et son désir[5]. »

« Quand nous ne serons plus, les non-autochtones tueront les loups. C'est ce qui se passe quand on a peur. Plutôt que de raisonner et de vaincre la peur, on en détruit la cause[5]. »

Honneurs[modifier | modifier le code]

  • Assiniwi a réalisé plusieurs productions audiovisuelles pour lesquelles il s'est vu décerné en 1993 la plaque de bronze du Fourty first Columbus Ohio Films Festivals.
  • Prix France-Québec (1997), La Saga des Béothuks
  • Prix Jean-Hamelin (1997), La saga des Béothuks
  • Docteur Honoris Causa Université du Québec Trois Rivières (1999), "Pour l'ensemble de son œuvre".
  • À son décès l'organisme amérindien Terres en vues crée en son honneur le « prix Dr Bernard-Chagnan-Assiniwi »[6] décerné à un artiste ou à un créateur dont le travail a contribué à enrichir sa culture d'origine.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le jeune homme malhabile : la vision de Chagnan
  2. Voir : Paul Provencher et Michel Pageau
  3. Source : Marc-André Assiniwi
  4. a et b Bernard Assiniwi (1935-2000)
  5. a et b La saga des Béothuks, 2000, 515p.
  6. http://www.nativelynx.qc.ca/fr/prix.html