Bernache cravant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bernache du Pacifique)
Aller à : navigation, rechercher

Bernache cravant

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Branta bernicla

Classification (COI)
Règne Animalia
Classe Aves
Ordre Anseriformes
Famille Anatidae
Genre Branta

Nom binominal

Branta bernicla
(Linnaeus, 1758)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

La Bernache cravant (Branta bernicla) est une espèce d'oiseau migrateur appartenant à la famille des Anatidae.

Description[modifier | modifier le code]

Facilement identifiable, la Bernache cravant ressemble à une petite oie à dominante sombre. En effet, la tête, le cou, la poitrine, la queue, le bec et les pattes sont noirs tandis que le dessus du corps est gris brun avec des bordures claires. Le dessous du corps et les ailes sont gris brunâtre. Les sus et les sous-caudales sont blanches. Les iris sont brun foncé.

L'adulte se distingue du jeune par la tache blanche qu'il arbore de chaque côté du cou, formant une cravate d'où est tiré le nom spécifique français.

Cet oiseau mesure entre 51 et 66 cm de longueur pour une envergure de 105 à 117 cm et une masse de 1,2 à 1,7 kg.

Habitat[modifier | modifier le code]

La zone de nidification s'étend dans la toundra de tout l'hémisphère nord. Selon les populations, la Bernache cravant hiverne en Europe, au sud des États-Unis, dans la Nouvelle Zemble ou en Asie du Sud. Elle apprécie particulièrement les zones humides et salées. Elle fréquente principalement des vasières dans des abris naturels, le plus souvent en bandes qui peuvent atteindre plusieurs centaines d'individus. Cinq sites d'observation privilégiés de la Bernache cravant sont répertoriés en France, dans le Finistère : l'anse de Penfoulic au Cap-Coz à Fouesnant, l'anse de Goulven ; et en hiver sur les Côtes-d'Armor : à Saint-Jacut-de-la-Mer, à l'embouchure du Trieux mais aussi à Kerpalud, à côté du port de Paimpol, ou en Baie de Saint-Brieuc où elles hivernent. Elles hivernent également de novembre à mars en colonies très importantes tout autour de l'Île de Ré en Charente-Maritime et sur le Bassin d'Arcachon, fouillant l'estran à marée basse pour se gaver d'ulves (algue verte communément appelée "laitue de mer").

Biologie[modifier | modifier le code]

La reproduction a lieu au mois de juin. La bernache cravant niche en petites colonies, souvent sur des îles. Le départ en migration a lieu dès la fin du mois de septembre. En hiver elle s'associe souvent au canard siffleur.

C'est une espèce avant tout marine que l'on rencontre rarement en eaux douces. Sur les lieux d'hivernage, la bernache cravant est un herbivore strict, essentiellement spécialisé sur deux phanérogames de l’estran : les zostères marine et naine (Zostera marina et Z. noltii). Cette dépendance fut à l’origine de sa raréfaction dans le second tiers du XXe siècle, suite à la forte diminution des surfaces d’herbiers à zostère dans les années 1930. Mais avec l’augmentation des effectifs des bernaches dans les années 1970, on a observé des modifications de leur comportement alimentaire. Ainsi au cours de l’hiver et selon les secteurs occupés, les bernaches vont consommer préférentiellement Zostera sp. avant de se reporter sur une ressource alternative comme des Ulvaceae ou encore sur les herbus de prés-salés[1]. Depuis quelques dizaines d’années, les bernaches ont élargi la gamme de leurs ressources alimentaires en stationnant de façon plus prononcée sur des prairies pâturées ou encore des céréales d’hiver. Ceci pourrait expliquer qu'alors que de nombreuses autres espèces d'oiseaux marins ou des zones humides régressent, cette espèce soit localement en forte augmentation (sur la côte ouest de l'Amérique du nord notamment[2]).

Population[modifier | modifier le code]

La population mondiale est évaluée à 245 000 individus. La France accueille selon les années près de 50 % de cette population (sources ONCFS 08/2010).

Protection[modifier | modifier le code]

Rotgans.jpg

La Bernache cravant bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire. Il est donc interdit de la détruire, la mutiler, la capturer ou l'enlever, de la perturber intentionnellement ou de la naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les œufs et les nids, et de détruire, altérer ou dégrader son milieu. Qu'elle soit vivante ou morte, il est aussi interdit de la transporter, colporter, de l'utiliser, de la détenir, de la vendre ou de l'acheter.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Sous-espèce B. b. nigricans.

D'après Alan P. Peterson, cette espèce est constituée des trois sous-espèces suivantes :

  • Branta bernicla bernicla (Linnaeus, 1758)
  • Branta bernicla hrota (O.F. Muller, 1776)
  • Branta bernicla nigricans (Lawrence, 1846) — vit en Alaska et hiverne en Basse-Californie

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :