Berliner Tageblatt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Couverture de 1899.

Le Berliner Tageblatt est un grand quotidien allemand, paru pour la première fois le 1er janvier 1872. Tout d'abord simple journal de petites annonces économiques, le quotidien fondé par Rudolf Mosse devient par la suite un journal d'information à part entière. Il s'agit là de la première pierre du premier groupe de presse allemand.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1920, avec une édition du matin et une édition du soir, le Berliner Tageblatt atteint un tirage à environ 245 000 exemplaires.

Entre 1913 et 1933, le supplément humoristique Ulk paraît une fois par semaine.

Le 10 mars 1933, le journal est interdit suite au "Verordnung des Reichspräsidenten zum Schutz von Volk und Staat" (Décret du Président du Reich pour la protection du peuple et de l'État) du 28 février 1933.

Dans le cadre de la politique de Gleichschaltung, le journal continue de paraître jusqu'au 31 janvier 1939, dans une édition contrôlée par la censure, permettant à Joseph Goebbels de garantir un semblant de liberté de la presse dans le pays.

Collaborateurs du jounal[modifier | modifier le code]

Au cours des années, on trouve parmi les collaborateurs au Berliner Tageblatt : Victor Auburtin, Lothar Band, Margret Boveri, Erich Burger, A. F. Cohn, Friedrich Dernburg, Anton Dietzenschmidt, Hedwig Dohm, Adolf Donath, Alfred Eisenstein, Fritz Engel, Margot Epstein, Peter Epstein, Felix Falk, Paul Fechter, Hans Joachim Flechtner, Hans Fleming, Alfred Frankenfeld, Martin Friedland, Syliva von Harden, Rudolf Herrnstadt, Leo Hirsch, Arnold Höllriegel (pseudonyme de Richard Arnold Bermann), Herbert Ihering, Heinrich Eduard Jacob, Siegfried Jacoby, Alfred Kantorowicz, Alfred Kerr, C. Z. Klötzel, Karl Korn, Alfred Krüger, Anton Kuh, Ernst Latzko, G. Mamlock, Ernst Moritz Mungenast, P. A. Otte, Werner Richter, Arthur Ernst Rutra, Alice Salomon, Paul Scheffer, Hellmut Schlien, Arthur Silbergleit, Hermann Sinsheimer, Peter Suhrkamp, Gabriele Tergit, Siegfried von Vegesack, Petra Vermehren, Jakob Wassermann, Karl Westermeyer, Robert Walser et d'autres encore.

Évolution du tirage[modifier | modifier le code]

  • 1906 : 95 000 exemplaires
  • 1913 : 245 000 exemplaires
  • Mars 1919 : jours ouvrés, 160 000–170 000 ; dimanche, 300 000 exemplaires
  • 1920 : jours ouvrés, 245 000 ; dimanche, 300 000 exemplaires
  • 1923 : jours ouvrés, environ 250 000 exemplaires
  • Avril 1928 : 150 000 exemplaires
  • 1929 : jours ouvrés, 137 000, dont édition nationale 83 000 ; dimanche, 250 000 exemplaires
  • 1930–1931 : jours ouvrés, 121 000, dont édition nationale 77 000 ; dimanche, 208 000, dont édition nationale 113 000 exemplaires
  • Avril 1931 : 140 000 exemplaires
  • 1933 : 130 000–240 000 exemplaires

Nouvelle postérité[modifier | modifier le code]

En 2007, le magnat allemand de la presse Reiko Opitz a déposé conjointement le nom de Berliner Tageblatt[1] avec Berliner Tageszeitung[2]. Le Berliner Tageszeitung, un important journal actuel en Allemagne, porte désormais également le nom de Berliner Tageblatt, dans sa version internet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dépôt du nom "Berliner Tagebaltt" au nom de madame Opitz sur le site de l'Office Allemand des Brevets et des Marques (Deutscher Patent- und Markenamt).
  2. Dépôt du nom "Berliner Tageszeitung" au nom de madame Opitz sur le site de l'office allemand des brevets et des marques.