Berlin, symphonie d'une grande ville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Berlin, symphonie d'une grande ville

Titre original Berlin: Die Sinfonie der Großstadt
Réalisation Walther Ruttmann
Scénario Walther Ruttmann, Karl Freund, Carl Mayer
Sociétés de production Fox Film Corporation, Fox Europa
Pays d’origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Sortie 1927

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Berlin, symphonie d'une grande ville (titre original allemand : Berlin: Die Sinfonie der Großstadt) est un film allemand muet réalisé par Walther Ruttmann en 1927.

Histoire[modifier | modifier le code]

La vie et le rythme d'une grande métropole, de l'aube à minuit. « Une symphonie d'impressions visuelles admirablement montée, suivant la voie et les méthodes indiquées par Dziga Vertov et ses "kinoks". » (Georges Sadoul, in : Dictionnaire de films, Microcosme/Seuil)

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Commentaire[modifier | modifier le code]

  • « Par le montage, jouant du rythme et des analogies visuelles, reprenant des thèmes de Cavalcanti (Rien que les heures, 1926) et des idées de Vertov, Ruttmann fait de ce documentaire sur une journée à Berlin un modèle de "symphonie de ville" et une préfiguration de L'Homme à la caméra (1929) de Dziga Vertov. » (Dominique Noguez, in Dictionnaire du cinéma, Éditions Larousse)
  • Walter Ruttmann déclarait en 1928 : « Depuis que je suis venu au cinéma, j'ai toujours eu l'idée de faire quelque chose avec la matière vivante, de créer un film symphonique avec les milliers d'énergies qui composent la vie d'une grande ville. La possibilité d'une telle réalisation se présenta le jour où je rencontrai Karl Freund qui avait les mêmes idées. (...) C'est étrange comme Berlin essayait d'échapper à mes efforts pour saisir avec mon objectif sa vie et son rythme. (...), mais les parties les plus difficiles furent celles de la ville endormie. Il est plus facile de travailler avec du mouvement que de donner une impression de repos absolu et de calme de mort. » (cité par Georges Sadoul, in : Dictionnaire des films)

Lien externe[modifier | modifier le code]