Berck (auteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berck.

Berck

Nom de naissance Arthur Berckmans
Alias
Berck, Berk
Naissance 3 mai 1929
Louvain Drapeau de la Belgique Belgique
Nationalité Drapeau : Belgique Belge
Profession Dessinateur et scénariste de bande dessinée

Berck ou Berk, de son vrai nom Arthur Berckmans, est un scénariste et un dessinateur de bande dessinée, né le 3 mai 1929 à Louvain (Belgique)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Des débuts à Tintin[modifier | modifier le code]

Arthur Berckmans est passionné par le dessin dès sa plus tendre enfance. Il suit à Bruxelles les cours de la section Arts décoratifs de l’Institut Saint-Luc et, à Louvain, ceux de dessin d’anatomie. À l’âge de 18 ans, il trouve un emploi chez les jésuites à Louvain : mi-temps administratif et mi-temps pour l’illustration de la publication religieuse Pro Apostolis[2] dans laquelle il relate la vie des saints en bande dessinée. Huit ans plus tard, Berck se présente aux éditions du Lombard où il réalise des illustrations pour le journal Chez Nous. Il fait également du dessin publicitaire pour la firme de chocolats Victoria[2].

Raymond Leblanc le fait débuter dans Le Journal de Tintin avec Strapontin, un chauffeur de taxi parisien, d’après un scénario de Goscinny[2]. Ils animent ensemble cette série durant six ans puis Berck la poursuit avec le scénariste Jacques Acar durant deux ans.

L’humour de Berck est souvent un peu grinçant, surtout dans les aventures qu’il imagine lui-même. C’est ainsi qu’il crée Ken Krom[2], un pastiche de James Bond très à la mode en 1961. Il lui faut abandonner cette veine car son éditeur craint de provoquer des protestations.

Avec Yves Duval comme scénariste, il dessine Rataplan, jeune tambour napoléonien accompagné d’un grognard.

Époque Spirou[modifier | modifier le code]

En 1967, il quitte Tintin pour le journal de Spirou où il dessine l’histoire du capitaine Mulligan et de son remorqueur dans le port de New York[2] en 1920 sur un scénario d'Yvan Delporte et Raymond Macherot.

En 1969, Berck propose à Raoul Cauvin de créer une BD sur des détectives qui évolueraient dans les années 1920 1930[3]. Cauvin, qui trouve qu’il y a trop d’histoires d’incorruptibles, lui suggère plutôt d’animer une série qui aurait pour héros des gorilles: Sammy et son patron Jack Attaway apparaissent dans Le journal de Spirou en mars 1970[2]. Ce célèbre duo tient à Chicago une agence de « Gorilles en tout genre » à l’époque de la prohibition. Au cours de leurs aventures, Sammy et Jack sortent de Chicago et voyagent partout dans le monde.

Berck par ailleurs aimerait se lancer dans une série humoristique sur les cow-boys, mais il n’a pas le temps. Car outre sa production abondante chez Dupuis, il dessine aussi pour les Pays-Bas :

  • De Donderpadjes, une histoire de scouts,
  • Lowietje, les aventures d’un petit garçon orphelin et riche héritier, série que Dupuis a reprise pour l’édition française de Spirou (Lou).

À ce jour, Berck a décidé de prendre sa retraite en Belgique. Jean-Pol a repris les dessins des derniers album de Sammy (à partir de La B.A. des Gorilles - mars 1996).

Style[modifier | modifier le code]

L’art de Berck a été influencé au début par Raymond Macherot (Sibylline) puis par Franquin (Gaston Lagaffe) qu’il considère comme « le meilleur dessinateur de bande dessinée du monde ». Il dessine pour les jeunes avec un clin d’œil à l’attention des adultes. Il trouve que le dessin seul doit déjà faire comprendre l’histoire mais que le texte y apporte la finesse qui achève le travail. Il se documente en regardant des vieux films ou en lisant des revues qui y sont consacrées.

Berck est lauréat de deux Prix Saint-Michel, l’un en 1973 en tant que meilleur dessinateur humoristique, l’autre en 1975 avec Raoul Cauvin pour la meilleure histoire humoristique, Les gorilles font les fous.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Séries dessinées par Berck[4]
Série Prépubliée dans Pays Du Au Remarque
Strapontin le Journal de Tintin Drapeau de la Belgique Belgique 1958-01-221958-01-22 1968-03-211968-03-21 Un chauffeur de taxi parisien.
Rataplan le Journal de Tintin Drapeau de la Belgique Belgique 1961-06-201961-06-20 1967-03-301967-03-30 Un jeune tambour des grenadiers de la garde impériale de Napoléon Ier.
Panchico le Journal de Tintin Drapeau de la Belgique Belgique 1963-1963- Un astucieux petit mexicain.
T Kapoentje Het Volk Drapeau de la Belgique Belgique 1965-1965-
Ken Krom le Journal de Tintin Drapeau de la Belgique Belgique 1966-1966- Une parodie de James Bond.
Lady Bound le Journal de Tintin Drapeau de la Belgique Belgique 1967-1967-
Mulligan Spirou Drapeau de la Belgique Belgique 1968-1968- Un capitaine d'un petit remorqueur dans le port de New York.
Lombok Spirou Drapeau de la Belgique Belgique 1969-1969- Un homme préhistorique prisonnier des glaces de la toundra revient à la vie.
Sammy Spirou Drapeau de la Belgique Belgique 1970-1970- Deux gardes du corps des années 1930 aux États-Unis.
De Donderpadjes Eppo ou Sjors Flag of the Netherlands.svg Royaume de Hollande 1971-1971- Une histoire de scouts.
Mischa Primo Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1972-1972- Un jeune explorateur qui voyage dans l'espace.
Lou (Lowietje) Eppo Flag of the Netherlands.svg Royaume de Hollande 1974-1974- Un orphelin hérite d'une fortune.
Spirou Drapeau de la Belgique Belgique 1977-1977-

Prix[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hop ! no 123, septembre 2009, L'invité: Berck, par Louis Cance et Stéphane Lucien, page 5 à 19
  2. a, b, c, d, e et f (fr) « Biographie », sur www.bedetheque.com (consulté en 7 décembre 2010)
  3. (fr) « Auteur Berck », sur www.bdnet.com (consulté en 7 décembre 2010)
  4. Hop ! no 123, septembre 2009, L'invité: Berck, essai de bibliographie, par Louis Cance, page 10 à 17

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]