Berà

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bera.
Bera
Titre
Comte de Razès et de Conflent
790820
Prédécesseur Guillaume de Gellone
Successeur Guillemond
Comte de Barcelone
801820
Prédécesseur création
Successeur Rampon de Barcelone
Comte de Gérone et de Besalú
812820
Prédécesseur Odilon de Gérone
Successeur Rampon de Barcelone
Biographie
Date de naissance inconnue
Date de décès 844
Lieu de décès Rouen
Père Guillaume de Gellone (?)
Mère Cunégonde (?)
Fratrie Guillemond
Enfant(s) Argila de Barcelone
Comtes de Barcelone

Berà, d'origine goth, fut le premier comte de Barcelone. Il gouverna ce comté de 801 jusqu'en 820. Il fut, également, comte de Gérone, de Besalú (812-817-820) et comte du Razès et du Conflent (790-820).

Origines[modifier | modifier le code]

Des généalogies le donnent pour fils de Guillaume de Gellone, comte de Toulouse (un cousin de Charlemagne) et de la dame gothe Cunégonde, sa première épouse. À dire vrai, la seule information contemporaine est que le comte Berà mentionne son défunt père, prénommé Guillaume, dans une charte de l'abbaye d'Alet, datée aux environs de l'année 813. Dom Vaissette, auteur de l’Histoire générale du Languedoc, a cherché à préciser ce Guillaume et l'a identifié à Guillaume de Gellone, mort entre 812 et 815. Il semble avoir également confondu deux Berà, l'un comte du Razès de race inconnue et fils de Guillaume, et l'autre comte de Barcelone et de race gothique. Le problème supplémentaire est que la liste des enfants de Guillaume de Gellone est bien connue par les actes de fondation de l'abbaye de Saint-Guilhem-le-Désert et par le Manuel de Dhuoda et qu'aucun Berà n'y figure. En fait l'onomastique ne permet pas de faire de liens entre la famille des deux Béra et les Guilhelmides[1].

La conquête de Barcelone[modifier | modifier le code]

Domaines de Bera et de Gaucelme du Roussillon

Depuis 796, Barcelone était gouvernée par Sa'dun al-Ruayni, opposé à l'émir de Cordoue. En avril 797, il se présenta à Aix-la-Chapelle et offrit à Charlemagne de lui soumettre la cité en échange de son maintien au pouvoir et d'une aide dans sa lutte contre Cordoue. Charlemagne convoqua une assemblée à Toulouse au printemps de 800; il y décida l'envoi vers Barcelone de son fils Louis le Pieux; une armée sous le commandement de plusieurs nobles, dont le comte Rostan de Gérone, Ademar de Narbonne, Leibulf de Provence et Guillaume de Toulouse, partit dans la région en espérant la soumission de la cité et sa prise de contrôle, mais Sa'dun trahit sa promesse, se refusant à remettre la cité; les Francs furent contraints d'assiéger la ville. Il y eut un long siège, probablement commencé pendant l'automne 800. Sa'dun essaya de s'échapper vers Cordoue pour demander de l'aide mais fut capturé. Harun prit sa place. La population était affectée par la faim et les souffrances du siège et les goths chrétiens, finalement, décidèrent de livrer Harun et de remettre la cité, probablement le samedi 3 avril 801; Louis le Pieux entra le jour suivant dans Barcelone. Peu de temps après, Berà, qui avait participé à la conquête avec son père, était investi comte de Barcelone, avec également le titre de marquis pour pouvoir gouverner ce pays frontalier.

Les expéditions vers Tortosa[modifier | modifier le code]

On pense que Berà avait pris la tête de la tendance partisane d'une paix avec les musulmans, tendance qui devait être majoritaire parmi les goths influents de Barcelone. Sans doute a-t-il été obligé de participer aux expéditions que les Francs entreprirent vers le sud afin d'établir les limites du comté sur l'Èbre qui aurait ainsi constitué une défense naturelle. Ces expéditions, dont la chronologie est douteuse, ont pu avoir lieu en 804, 808 et 809.

Première expédition[modifier | modifier le code]

La première expédition fut dirigée par Louis le Pieux (qui alors gouvernait l'Aquitaine); elle arriva à Tarragone où, à Santa Coloma l'armée se divisa en deux troupes. Une, commandée par Louis le Pieux, s'est dirigée vers Tortosa. L'autre, sous la direction de Berà, comte de Barcelone, Borrell, comte d'Osona, et Adhemar de Narbonne, couvrit le flanc occidental et devait attaquer Tortosa depuis le sud. La troupe de Berà traversa l'Èbre, près de la confluence avec le Cinca, mais arrivant jusqu'à Vila Rubea, les attaques des musulmans les obligèrent à se retirer jusqu'à Vallis Ibana (peut-être Vallibona), près de Morella. Là, il retrouva Louis et, durant huit jours, ils assaillirent Tortosa sans obtenir de résultat, et tous les deux s'en retournèrent vers le nord.

Seconde expédition[modifier | modifier le code]

La seconda expédition à laquelle participa Berà se produisit en 808. Charlemagne envoya son légat Ingobert à Toulouse afin que son fils Louis le Pieux, qui résidait en Aquitaine, le mît à la tête d'une expédition au sud de Barcelone. Ingobert employa la même tactique qu'en 804; il divisa l'armée; le corps qu'il dirigeait, marcha contre Tortosa, et l'autre, commandé par Berà devait la contourner et attaquer par le sud. Selon L'Astronome (un auteur français anonyme du IXe siècle et chroniqueur officiel du royaume des francs) dans sa Vita Hludowici imperatoris, les forces de Berà et Adhemar de Narbonne traversèrent le fleuve avec les barques qu'ils avaient préparées; les chevaux le traversèrent à la nage; leurs défécations furent entrainées par le courant et détectées par les habitants de Tortosa. Le wali de cette cité, attaqua Berà et Adhemar qui réussirent à s'échapper avec peu de pertes dans leur armée. Les deux rejoignirent Ingobert et se retirèrent de la zone.

Troisième expédition[modifier | modifier le code]

La troisième expédition eut lieu l'année suivante 809. Louis le Pieux reprit le commandement de la même armée, accompagné par divers propriétaires terriens francs (Isembard, Heribert, Luitard…) et des forces locales. Les machines de siège furent transportées jusqu'à Tortosa et, durant 40 jours, on assiégea la cité, siège qu'il dut lever à l'arrivée d'une armée cordouane commandée par Abd al-Rahman II, fils de l'émir Al-Hakam Ier, qui peut-être (selon l'historien Al Maqqari) put mettre en déroute les Francs. L'Astronome évite le mot déroute en expliquant que les musulmans de Tortosa, désespérés par le siège, offrirent les clés de la cité à Louis le Pieux, qui se déclara satisfait et leva le siège, chose qui paraît réellement invraisemblable.

La première trêve[modifier | modifier le code]

Après cet échec qui confirmait les deux précédents, les propositions pacifistes de Berà eurent un écho à la cour. Finalement, Charlemagne les accepta en 812, pour une durée de trois ans.

À la mort de son père, en 812, les comtés de Razès et de Conflent, qu'il gouvernait déjà par délégation paternelle, revinrent à Berà. Cette même année, Berà se rendit à la cour d'Aix-le-Chapelle avec les comtes Gaucelme du Roussillon, Odilón de Gérone et de Besalú, Giscafred de Carcassonne, Ermenguer d'Ampurias, Adhémar de Narbonne, Leibulf de Provence et Erlín de Béziers. Ils devaient rendre compte à l'empereur parce qu'un groupe de propriétaires terriens hispaniques (c’est-à-dire, des nobles locaux de l'ancienne province de Septimanie et de Gothie ou de la Marche Hispanique) avaient porté plainte contre eux. Ces propriétaires se plaignaient de ce qu'on leur imposait sur leurs terres des tributs et des charges injustes. Charlemagne donna raison aux plaignants.

La seconde trêve[modifier | modifier le code]

En 815, la trêve terminée, la guerre contre les musulmans reprit. Sous les ordres de Ubayd Allah, oncle de l'émir Al-Hakam Ier, les musulmans attaquèrent Barcelone, mais au moment où ils allaient donner l'assaut, une armée, probablement recrutée parmi les Goths du pays, se présenta devant la cité et obligea les assaillants à se retirer. Cette victoire accrut le prestige de Berà, dont les relations avec la noblesse goth locale devaient être très bonnes. En novembre 816, le wali de Saragosse alla à Aix-le-Chapelle et négocia une nouvelle trêve qui, finalement, fut accordée en février 817, pour trois ans de plus. Durant cette trêve, la politique des Francs connut de graves échecs à Pampelune. Cette ville fut dominée jusqu'en 817 par le parti basque nationaliste allié aux musulmans Banu Qasi de la vallée de l'Èbre et de l'AragonGarcía Galíndez, dit le Mauvais, jusque vers 820, obligea la fuite du comte Aznar Ier Galíndez, vassal des Francs, et s'allia avec Pampelune). Ces échecs furent mis à profit par les ennemis politiques et personnels de Berà (sûrement défenseur de la trêve), pour l'accuser d'en être responsable, qualifiant la trêve de contraire aux intérêts nationaux. Le parti belliciste était emmené par les deux frères, le comte Gaucelme du Roussillon et le comte Bernard de Septimanie, tous deux fils de Guillaume de Gellone.

Vers 817 (ou 812 ?), mourut le comte Odilón de Gérone et Besalú et ces comtés passèrent aux mains de Berà.

Renversement de Berà[modifier | modifier le code]

En février 820, une assemblée générale fut convoquée à Aix-la-Chapelle, à laquelle se rendit le comte Berà. Gaucelme du Roussillon y envoya son lieutenant Sanila, qui formula contre le comte de Barcelone une accusation d'infidélité et de trahison. Le litige, comme il était habituel à l'époque, se régla par un duel judiciaire dans le palais lui-même. Berà fut battu par Sanila. Le système de lutte employé (à l'origine des futurs tournois médiévaux) se faisait à cheval, avec des javelots et des armes légères. Ce système utilisé par les Goths, était totalement inconnu des Francs. Bien que Berà eusse accepté le défi (s'il voulait être considéré comme le leader du parti goth, il n'avait pas d'autre option), il ne fut pas aussi habile que son rival. Sa défaite entraîna la reconnaissance des charges dont il était accusé et, par conséquent, la peine de mort. L'empereur Louis le Pieux, qui ne considérait pas le comte comme un traitre, commua la peine de mort et l'envoyant en exil à Rouen. Berà résida dans cette ville jusqu'à sa mort vers 844.

Ses domaines furent divisés : Barcelone, Gérone, Osona et Besalú, furent confiés au franc Rampon, qui n'était lié à aucun des deux partis qui venaient de s'affronter. Le Razès et le Conflent restèrent aux mains de son fils Argila.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Alain Sipra, Le comte Béra, marquis de Gothie,‎ 1998 (lire en ligne).