Bento de Góis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gois.
Bento de Góis (tableau se trouvant au sanctuaire de Loyola (Espagne)

Benoît de Goes, né à Vila Franca do Campo aux Açores en 1562 et décédé à Su-cheu (aujourd'hui Jiuquan, dans le Gansu), aux portes de la Chine le 11 avril 1607, était un frère jésuite portugais, explorateur en Asie centrale.

Éléments de biographie[modifier | modifier le code]

Bento de Góis fait partie du troisième groupe de jésuites, conduit par Jérôme Xavier et envoyé à la cour de l'empereur moghol, Akbar (1595). Son rôle y est effacé. Cependant, envoyé en 1600 à Goa pour y accompagner une ambassade moghole, il revient à Agra durant l'été 1602 avec la mission de partir à la recherche de Cathay en Asie centrale!

Ce Cathay était un mystérieux pays d'Asie centrale qui, disait-on en Europe, était dirigé par des moines chrétiens, Goes part de Goa en septembre 1602, passe par Âgrâ (octobre 1602), Lahore (décembre 1602), Kaboul (1603), Yarkand (novembre 1603), Aksu (décembre 1604), et Turfan (septembre 1605). Il arrive ainsi à Suzhou, aux portes de la Chine (décembre 1605), après trois ans de voyage déguisé en marchand arménien accompagnant une caravane remontant la route de la soie en Asie centrale. Malade, Goes ne peut poursuivre sa route jusque Pékin. Il écrit une lettre à Matteo Ricci, jésuite astronome à la cour de l'empereur de Chine, qui lui envoie son serviteur pour le secourir. Ce serviteur a le temps de le voir avant que Bento de Goes ne meure (11 avril 1607). Il en ramène le journal de voyage à Matteo Ricci.

Goes démontre ainsi à ses contemporains l’inexistence du mystérieux pays de Cathay (sans doute confondu avec le Tibet) et l'unicité de la Chine. La Chine où l’on va par mer n’est pas une île comme le Japon, ni une péninsule comme l’indiquait Ptolémée.

Bibliographie[modifier | modifier le code]