Benoît Chamoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chamoux (homonymie).

Benoît Chamoux, né à La Roche-sur-Foron le 19 février 1961 et mort le 6 octobre 1995, est un alpiniste français.

Il gravit dix des quatorze sommets du monde dépassant 8 000 mètres d'altitude[1].

Il est mort pendant l'ascension du Kangchenjunga, en compagnie de Pierre Royer et de leur sherpa Riku. Deux autres alpinistes, les Suisses Jean Troillet et Erhard Loretan, avaient atteint le sommet la veille vers 14 h 30 et un troisième, l'Italien Sergio Martini, avait renoncé. Jean Troillet, ayant appris que Chamoux et Royer avaient fait demi-tour près du sommet, les guida par radio, au matin du 6 octobre, dans la direction du col ouest, au-dessus du camp IV, puis perdit le contact. Une semaine plus tard, les conditions météo étant redevenues favorables, un avion survola plusieurs fois le sommet sans déceler une trace des trois hommes, suite à quoi les recherches furent définitivement abandonnées[2].

Ascensions en Himalaya[modifier | modifier le code]

Les 10 sommets himalayens de plus de 8 000 m réalisés, ansi que deux antécimes et un plateau sommital :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le vertige de l'infini, par Benoît Chamoux et Marc Maisonneuve, éditions Albin Michel, 1988
  • Benoît Chamoux, Petit Prince de l'Himalaya, éditions Omnium édition - SDE, 1996

Citations[modifier | modifier le code]

« Le bonheur dans la vie c'est de savoir qu'il y a toujours des cimes à atteindre et des sommets à conquérir. »

— Benoît Chamoux[réf. souhaitée]

« Physiquement, psychologiquement atteint par ces disparitions successives, j'en viens à trouver absurde de grimper. Mais de cette sorte de travail de deuil, je sors régénéré. Animé d'une énergie nouvelle j'entrevois que si certains meurent pour une montagne, c'est que cela doit être incroyablement nécessaire pour eux d'aller là-haut. S'ils ont essayé de le faire c'est que cela en vaut la peine. Ce que l'on va chercher en montagne m'apparaît toujours déraisonnable, mais tellement humain. »

— Benoît Chamoux[réf. souhaitée]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d 8000ers.com :: File Repository
  2. "ALPINISME. Plus d'espoir pour Benoît Chamoux et Pierre Royer", Libération, 13 octobre 1995