Benkos Biohó

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Statue de Benkos Biohó sur la place principale de palenque de San Basilio.

Benkos Biohó, né à une date inconnue sur le territoire de l'actuelle Guinée-Bissau et mort le 16 mars 1621 à Carthagène des Indes en Nouvelle-Grenade, est un esclave marron leader d'un mouvement d'émancipation. Dans un premier temps reconnu par les autorités coloniales espagnoles, il est finalement fait prisonnier et exécuté.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né sur le territoire de l'actuelle Guinée-Bissau à la fin du XVIe siècle, Benkos Biohó est déporté et vendu comme esclave en 1596 à Carthagène des Indes, alors important port négrier.

Parvenu à s'enfuir, il organise une armée de fugitifs dans les Montes de María, relief de faible altitude à 70 km au sud de Carthagène.

En 1605, il est reconnu chef du palenque de La Matuna par le vice-roi d'Espagne soucieux de rétablir l'ordre.

En 1621, les autorités changent de stratégie et l'arrêtent. Il est fait prisonnier puis pendu et écartelé en place publique le 16 mars 1621.

Postérité[modifier | modifier le code]

Bien que finissant vaincu, Benkos Biohó survit par l'image du résistant ayant gagné le droit d'être un homme libre et de s'habiller comme les Blancs. À ce titre, il est une des figures emblématiques de la culture afro-colombienne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]