Benjamin Ward Richardson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Richardson.

Biographie[modifier | modifier le code]

Benjamin Ward Richardson

Benjamin Ward Richardson (1828-1896), médecin anglais, est né à Somerby. Auteur de nombreux travaux sur la médecine et la santé publique, on lui doit la création du Journal of Public Health and Sanitary Review (1855-1859) et de la Social Science Review (1862).

En 1876 paraît son ouvrage intitulé Hygeia, a city of Health (1876) dans lequel il présente une ville utopique, ayant pour objectif premier de garantir l'hygiène, où les espaces verts et les hôpitaux tiennent une place privilégiée, où les maisons, parfaitement aérées, disposent de terrasses sur les toits, d'une cuisine d'une propreté méticuleuse et d'une salle de bain avec eau chaude et froide.

Cette tradition utopiste, présente chez un certain nombre d'auteurs (Charles Fourier, Robert Owen, Étienne Cabet, Pierre Joseph Proudhon, etc.) se prolonge plus tard chez Jules Verne qui décrit dans Les Cinq Cents Millions de la Bégum (1879) une cité hygiénique, Franceville, puis chez Herbert George Wells qui présente dans A Modern Utopia (1905, une vision hygiéniste à l'échelle de la planète. Richardson est devenu membre de la Royal Society le 6 juin 1867.

Source et Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Piero Gondolo della Riva, De qui est Franceville ?, Revue Jules Verne 7, 1999, p.45

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]