Benjamin Rush

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rush.

Benjamin Rush

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait par Charles Willson Peale, 1783

Nom de naissance Benjamin Rush
Naissance 4 janvier 1746
Byberry
Décès 19 avril 1813 (à 67 ans)
Philadelphie
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Profession Écrivain
Signature de Benjamin Rush

Benjamin Rush, né à Byberry (comté de Philadelphie) le 4 janvier 1746 et mort à Philadelphie le 19 avril 1813, est un des Pères fondateurs des États-Unis.

Benjamin Rush était un médecin, auteur, éducateur. Il a fondé Dickinson College à Carlisle (Pennsylvanie).

Signataire de la Déclaration d'indépendance des États-Unis d'Amérique, Rush a également siégé au Congrès continental. Il est ensuite devenu professeur de théorie médicale et de pratique clinique à l’Université de Pennsylvanie.

Benjamin Rush est, en dépit de sa grande influence sur le développement du gouvernement fédéral des États-Unis et de ses grandes contributions à la société américaine, moins connu que ses contemporains. Aujourd’hui, il est surtout célèbre pour avoir, en 1812, contribué à réconcilier deux des plus grands esprits de la République américaine : Thomas Jefferson et John Adams.

Rush était également opposé à l’esclavage et à la peine de mort. Sur ce sujet, il reste pourtant une controverse importante quant à la réelle position de Benjamin Rush en ce qui concerne l'abolition de l'esclavagisme. En effet, bien qu'ayant signé la déclaration d'indépendance et se décrivant comme abolitionniste, Rush a usé du terme"négritude" pour décrire une maladie de la peau qui s'apparente à la lèpre, et dont la seule façon de guérir est de devenir blanc[1].

Documents de Benjamin Rush en français[modifier | modifier le code]

Traduction de son texte "An inquiry into the effects of ardent spirits upon the human body and mind" : Une enquête sur les effets des spiritueux sur le corps et l’esprit humains.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vernellia R. Randall, « An Early History - African American Mental Health » (consulté le 2008-12-21)