Benjamin Creme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Benjamin Creme en conférence en 2008

Benjamin Creme (né en 1922 à Glasgow) est un peintre londonien qui a acquis une certaine notoriété dans les milieux New Age, théosophiques et plus généralement d'inspiration spiritualiste, pour son affirmation que la seconde venue du Christ est proche.

Ce dernier, dont le "nom d'initié" serait Maitreya, est selon Creme arrivé à Londres le 19 juillet 1977[1],[2] après être "descendu de sa retraite dans les Himalayas".

Pendant toutes ces années, Creme a parcouru le monde inlassablement avec la plus totale constance, indifférent aux quolibets, pour tenir le même discours - à peu de choses près - dans d'innombrables conférences. Une vingtaine de livres ont été publiés, constitués des transcriptions de ces interventions publiques.

Maitreya[modifier | modifier le code]

Creme commence à donner des conférences publiques en mai 1975 à Londres pour annoncer l’existence d’un groupe de Maîtres de sagesse, selon l'appellation inspirée de la théosophie, qui viendraient pour guider l’humanité vers la nouvelle ère du Verseau. À la tête de ce groupe, se trouverait Maitreya, l’« instructeur mondial » attendu, selon lui, par toutes les religions, sous des noms différents.

En 1982, Creme et son groupe publient des annonces pleine page dans plusieurs journaux anglophones anglais et américains importants, avec comme titre "The Christ is here" (Le Christ est parmi nous). Selon ces annonces, le Christ/Maitreya allait se faire connaître au grand public le 21 juin 1982.

Le 14 mai, Creme donna une conférence à Los Angeles devant 90 représentants des médias. Il déclara que le Christ résidait dans le quartier de Brick Lane à Londres. Il proposa alors un défi aux médias : s’ils recherchaient activement Maitreya, ce dernier se manifesterait à eux. Il réitéra à cette occasion son affirmation selon laquelle Maitreya apparaîtrait à la télévision en même temps qu’il établirait un lien télépathique avec toute l’humanité[3]. À la date prévue, il ne se passa rien. En 1997, Creme fit la même prédiction. Les médias étaient moins présents[4].

Le 14 janvier 2010, Creme annonça que Maitreya avait donné sa première interview sur une télévision américaine, sans dire qui il est. À la suite de cette nouvelle annonce, un buzz fut généré et plusieurs sources déclarèrent que la personne désignée par Creme était l'écrivain économiste Raj Patel. L’histoire fit le tour du monde et Raj Patel dut se défendre d’être Maitreya. Creme finit par déclarer également que ce n’était pas lui[5].

De nombreux sceptiques ont commenté de manière ironique les prédictions de Creme[6],[7],[8]. Selon certains, le Christ de Benjamin Creme ne serait autre que l’antéchrist[9].

Creme ne manque pas d'associer les crop-circles, les extra-terrestres et tout un tas de phénomènes inexpliqués et autres miracles à la présence de Maitreya et de son groupe les Maîtres de Sagesse.

Malgré ses nombreuses visites et conférences en France, Benjamin Creme n'a jamais soulevé chez nous l'intérêt des journalistes, certainement à cause du problème de la langue, qui limite les interviews radio et TV. Aujourd'hui trop âgé pour voyager, il donne encore des conférences à Londres, et répète que le "Jour de Déclaration" de Maitreya est plus proche que jamais. Il a avancé récemment (septembre 2014) qu'il pourrait se produire dans "un an et demi ou deux ans", à la faveur de l'effondrement de l'économie mondiale, qu'il prédit depuis les tout débuts de sa "mission". Mais Creme reconnaît avec humour qu'il s'est déjà trompé sur les dates...

Creme affirme que depuis sa première interview le 14 janvier 2010, Maitreya a participé à 29 programmes télévisés aux Etats-Unis, 14 au Mexique, 41 au Brésil, 51 en Russie, et 8 en Chine où il se trouve maintenant. Ni les journalistes qui l'interviewent ni les téléspectateurs ne savent qui il est réellement. Creme explique que Maitreya ne le confirmera que lorsque son message aura été compris et intégré. Il ne veut pas être accepté pour ce qu'il est mais pour la valeur des idées qu'il propose.

Pour l'instant, on n'a pas trace de quiconque ayant cru reconnaître le Christ dans aucun de ces programmes, sur lesquels on n'a par ailleurs aucune information de date, ni de nom de chaîne TV.

Le mystère reste donc entier et Creme reconnaît qu'il faut avoir une foi solide pour croire en ce qu'il répète depuis tant d'années...

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Share International
  2. Niebuhr, Gustav. "New Millennium, Great Expectations." The New York Times, July 20, 1996
  3. (en)Creme, Benjamin Maitreya's Mission I, 1986, page 23
  4. (en) « British Futurist Says 'World Teacher' Will Be Seen On TV Within Four Weeks. », Canada NewsWire,‎ 2 décembre 1997
  5. Benjamin Creme, « Raj Patel n'est pas Maitreya, mais l'instructeur mondial est là, et nous avons besoin de lui », The Guardian,‎ 30 November 2006 (lire en ligne)
  6. (en)« Francis Wheen's Diary » The Independent, January 27, 1991. « Hélas, Mr Maitreya semble s'être sérieusement fourré le doigt dans l'œil. Après que Saddam ait envoyé ses chars traverser la frontière en août dernier, Maitreya déclara qu'une force mystique dans la nature pousserait l'Irak à se retirer du Koweit sans condition. En novembre, son message était clair : “La crise du Golfe : Maitreya a annoncé depuis le début qu'il n'y aurait pas de guerre” »
  7. (en)« Kiwis prove to Aussies they're not that gullible » The Evening Post, December 4, 1995. « John O'Donnell du Transmission Meditation Network de Nouvelle-Zélande a déclaré que Mr Creme lui aurait dit que le tremblement de Terre d'une magnitude de 5.9 qui a secoué South Island le 24 novembre dernier était dû aux quatrièmes essais atomiques français effectués deux jours plus tôt. Personne n'a cependant encore prédit des invasions de sauterelles, de grenouilles, de mouches, des rivières de sang ou d'autres désastres à l'occasion des essais planifiés ultérieurement. »
  8. (en) Ron Rosenbaum (August 15, 2005). « Voices in Our Head: Where Is Good Old American Weirdness? » New York Observer
  9. (en)David V. Barrett, The New Believers, 2001 ISBN 0-304-35592-5, page 349