Benjamin Creme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Benjamin Creme en conférence en 2008

Benjamin Creme (né en 1922 à Glasgow) est un auteur New Age écossais rendu populaire à la suite d'un battage médiatique autour de sa prophétie au sujet de la seconde venue du Christ sous la forme de Maitreya, Creme prétendant que ce dernier était déjà arrivé à Londres depuis le 19 juillet 1977[1],[2] puis qu’il s’était présenté à la télévision américaine en 2010, impliquant involontairement l'écrivain économiste Raj Patel dans le buzz créé à cette occasion.

Maitreya[modifier | modifier le code]

Creme commença à donner des conférences publiques en mai 1975 à Londres pour annoncer l’existence d’un groupe de maîtres de sagesse, selon l'appellation inspirée de la théosophie, qui viendraient pour guider l’humanité vers la nouvelle ère du Verseau. À la tête de ce groupe, se trouverait Maitreya, l’« instructeur mondial » attendu, selon lui, par toutes les religions.

En 1982, il publia des annonces dans plusieurs journaux dans le monde déclarant « Le Christ est ici. » Selon Creme, le Christ/Maitreya devait annoncer son existence à télévision le .

Le 14 mai, Creme donna une conférence à Los Angeles devant 90 représentants des médias. Il déclara que le Christ résidait dans le quartier de Brick Lane à Londres. Il proposa alors un défi aux médias : s’ils recherchaient activement Maitreya, ce dernier se manifesterait à eux. Il réitéra à cette occasion son affirmation selon laquelle Maitreya apparaîtrait à la télévision en même temps qu’il établirait un lien télépathique avec toute l’humanité[3]. À la date prévue, il ne se passa rien. En 1997, Creme fit la même prédiction. Les médias étaient moins présents[4].

Le 14 janvier 2010, Creme annonça que Maitreya avait donné sa première interview sur une télévision américaine. À la suite de cette nouvelle annonce, un buzz fut généré et plusieurs sources déclarèrent que la personne désignée par Creme était l'écrivain économiste Raj Patel. L’histoire fit le tour du monde et Raj Patel dut se défendre d’être Maitreya. Creme finit par déclarer également que ce n’était pas lui[5].

De nombreux sceptiques ont commenté de manière ironique les prédictions de Creme[6],[7],[8]. Creme fut également critiqué par des chrétiens évangéliques qui l’accusèrent d’être l’antéchrist[9].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Share International
  2. Niebuhr, Gustav. "New Millennium, Great Expectations." The New York Times, July 20, 1996
  3. (en)Creme, Benjamin Maitreya's Mission I, 1986, page 23
  4. (en) « British Futurist Says 'World Teacher' Will Be Seen On TV Within Four Weeks. », Canada NewsWire,‎ 2 décembre 1997
  5. Benjamin Creme, « Raj Patel n'est pas Maitreya, mais l'instructeur mondial est là, et nous avons besoin de lui », The Guardian,‎ 30 November 2006 (lire en ligne)
  6. (en)« Francis Wheen's Diary » The Independent, January 27, 1991. « Hélas, Mr Maitreya semble s'être sérieusement fourré le doigt dans l'œil. Après que Saddam ait envoyé ses chars traverser la frontière en août dernier, Maitreya déclara qu'une force mystique dans la nature pousserait l'Irak à se retirer du Koweit sans condition. En novembre, son message était clair : “La crise du Golfe : Maitreya a annoncé depuis le début qu'il n'y aurait pas de guerre” »
  7. (en)« Kiwis prove to Aussies they're not that gullible » The Evening Post, December 4, 1995. « John O'Donnell du Transmission Meditation Network de Nouvelle Zélande a déclaré que Mr Creme lui aurait dit que le tremblement de Terre d'une magnitude de 5.9 qui a secoué South Island le 24 novembre dernier était dû aux quatrièmes essais atomiques français effectués deux jours plus tôt. Personne n'a cependant encore prédit des invasions de sauterelles, de grenouilles, de mouches, des rivières de sang ou d'autres désastres à l'occasion des essais planifiés ultérieurement. »
  8. (en) Ron Rosenbaum (August 15, 2005). « Voices in Our Head: Where Is Good Old American Weirdness? » New York Observer
  9. (en)David V. Barrett, The New Believers, 2001 ISBN 0-304-35592-5, page 349