Benjamin B. Warfield

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
B. B. Warfield.

Benjamin Breckinridge Warfield (5 novembre 1851 - 16 février 1921) était le directeur du Séminaire théologique de Princeton de 1887 à 1921. De nombreux presbytériens conservateurs le considèrent comme le dernier des grands Théologiens de Princeton avant la scission de 1929 où fut formé le Séminaire théologique de Westminster et l'Eglise Presbytérienne Orthodoxe.

Début de sa vie[modifier | modifier le code]

Benjamin Warfield est né à côté de Lexington dans le Kentucky le 5 novembre 1851. Ses parents étaient William et Mary Cabell (Breckinridge) Warfield et venaient de Virginie.

Son grand-père maternel était le pasteur presbytérien Robert Jefferson Breckinridge (1800-1871), le fils de John Breckinridge,un sénateur américain et ministre de la justice. L'oncle de Warfield était le quatorzième vice-président américain John C. Breckinridge, et un général confédéré durant la Guerre de Sécession

Education[modifier | modifier le code]

Comme de nombreux enfants de famille aisée, Warfield reçut une éducation privée. Warfield entre à l'Université de Princeton en 1868 et en sortit en 1871 diplômé avec les honneurs.

Bien que Warfield étudia les mathématiques et les sciences à l'université, c'est durant un voyage en Europe qu'il décida d'étudier la théologie,surprenant ainsi ses plus proches amis. Il entre au Séminaire théologique de Princeton en 1873 dans le but de devenir un ministre du culte presbytérien. Il fut diplômé en 1876.

Pastorat[modifier | modifier le code]

Pendant une courte période, il prêcha dans des églises presbytériennes à Concord dans le Kentucky et à Dayton dans l'Ohio comme pasteur remplaçant- la dernière église lui proposant de devenir son pasteur(proposition qu'il refusa). À la fin de 1876, Warfield et sa nouvelle femme partirent en Allemagne où il étudia sous le professorat de Ernst Luthard et Franz Delitzsch. Warfield fut le pasteur assistant à la première église presbytérienne de Baltimore dans le Maryland pendant une courte période. Il devint un instructeur au Western Theological Seminary, qui est aujourd'hui le Séminaire théologique de Pittsburgh.

Sa passion fut de combattre l'élément libéral dans le presbytérianisme et la chrétienté en général.

Durant toute sa vie, il continuera à écrire des articles et des livres, qui sont encore beaucoup lu aujourd'hui.

Mariage[modifier | modifier le code]

En août 1876, Warfield se maria avec Annie Pierce Kinkead. Juste après, ils visitèrent l'Allemagne. Annie fut paralysée. Benjamin Warfield la soigna jusqu'à sa mort en 1915. Ils n'eurent pas d'enfants.

On ne sait pas encore aujourd'hui ce qui provoqua sa paralysie.Certains pensent que cela a été provoqué par un désordre d'ordre mental.

Princeton[modifier | modifier le code]

En 1887, Warfield reçut le poste de Charles Hodge au séminaire théologique de Princeton où il succède au fils de Charles Hodge, Archibald Alexander Hodge,poste qu'il conservera jusqu'à sa mort.

Warfield est considéré comme le dernier des grands théologiens de Princeton.

Darwinisme[modifier | modifier le code]

Warfield cru dans le récit de la création donnée dans la Bible. Dans son article sur la vie religieuse de Charles Darwin, écrit-il comment la doctrine de Darwin sur l'évolution directement expulsé croyance chrétienne de Darwin. Warfield écrit : « Comment ça fonctionne, ce faisant, il n'est pas difficile de retracer faiblement .... Mais la Genèse est une partie intégrante de l'Ancien Testament, et avec la vérité et l'autorité de l'Ancien Testament la vérité et l'autorité du christianisme lui-même est indissolublement lié. Ainsi, la doctrine de l'évolution une fois chaleureusement adopté par lui (Darwin) progressivement sapé sa foi, jusqu'à ce qu'il rabattre le christianisme entier comme une illusion non prouvée. »

Warfield continue de comparer Darwin à l'autre Charles, à savoir Charles Hodge, qui, quand les ombres de la mort autour de lui, a augmenté dans l'esprit à son auto morts à des choses plus élevées, en répétant à ses proches autour de lui les paroles réconfortantes d'un espoir sublime : « Pourquoi devriez-vous pleurer pour être absent du corps est d'être avec le Seigneur, d'être avec le Seigneur, c'est de voir le Seigneur, de voir le Seigneur, c'est être comme Lui. »

Influence et héritages[modifier | modifier le code]

Au même titre que Abraham Kuyper et Herman Bavinck, Benjamin Warfield est reconnu comme étant une des principales influences dans la pensée de Cornelius Van Til en ce qui concerne le domaine de l'apologétique.

Écrits[modifier | modifier le code]

Les ouvrages de Warfield sont en anglais et ne sont pas traduit en français.

Toutefois, la lecture de ses ouvrages sont conseillés à la lecture par les facultés de théologie évangélique.

Voici les ouvrages les plus connus:

  • The Lord of Glory : A Study of the Designations of Our Lord in the New Testament with Especial Reference to His Deity, (1907) London: Hodder and Stoughton
  • Counterfeit Miracles, (1918) New York : C. Scribner's — "The Thomas Smyth lectures for 1917-1918, delivered at the Columbia Theological Seminary, Columbia, South Carolina, October 4-10, 1917.", modern edition: Edinburgh: Banner of Truth, ISBN 0-85151-166-X
  • Perfectionism - Articles reprinted from periodicals, etc. edited by Ethelbert D. Warfield, William Park Armstrong, and Caspar Wistar Hodge. (1931) New York : Oxford University Press.
  • Calvin and Calvinism, (1931) New York ; London : Oxford University Press
  • The Inspiration and Authority of the Bible / edited by Samuel G. Craig ; with an introduction by Cornelius Van Til. (1948) Philadelphia : Presbyterian and Reformed.
  • Biblical and Theological Studies / edited by Samuel G. Craig, (1952) Philadelphia : Presbyterian and Reformed.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


Source[modifier | modifier le code]