Beni Oulbane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Beni Oulbane
Noms
Nom algérien بنى ولبان
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Skikda
Daïra Sidi Mezghiche
Code ONS 2121
Démographie
Population 25 074 hab. (2008[1])
Géographie
Coordonnées 36° 37′ 37″ N 6° 38′ 20″ E / 36.62683, 6.6388836° 37′ 37″ Nord 6° 38′ 20″ Est / 36.62683, 6.63888
Localisation
Localisation de la commune dans la Wilaya de Skikda
Localisation de la commune dans la Wilaya de Skikda

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Beni Oulbane

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Beni Oulbane

Beni Oulbane est une commune de la wilaya de Skikda en Algérie. Aussi appelé Bani Oualben, Beni Ouelben ou Banu Ouelban.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé dans la plaine entre Constantine et Skikda, près de Semendou, proche du Jabal Segaou et du Jabal de Sidi Driss du nom d'un Saint descendant des Idrissides (dynastie arabe zaydite) du Maghreb al-Aqsa.

Histoire[modifier | modifier le code]

Beni Ouelbane contient une mosquée construite par la femme du Bey de Constantine en 1666 en l'honneur de Sidi Driss al-Idrissi et contient des dépouilles de saints venus du Sahara et de la famille arabe des Bou Hamam de Sidi Okba à Biskra [2], la zone est peuplée de tribus arabes et berbères, selon E.Carettte les Beni Ouelban se sont divisés en 1840 en deux et étaient classés parmi les Arabes ethniques pour une partie et Kabyles pour l'autre, certain sont de souche idrisside (Sidi Driss), d'autres arabe hilalienne et les berbères [3]. recensé dans l’étude qui classe en l’occurrence 300 Arabes et 300 Kabyles.

Une explication sur l'arabisation de cette zone due à l'implantation de tribus arabes dans ce secteur en l’occurrence le caïdat de la deirah des arabes Oulad Braham (Voir "tableau de la situation des établissements français dans l’Algérie, Volume 4, [1840]) qui commandait sur tout le Sahel de Skikda depuis l’actuelle commune de Beni Ouleben[4] un autre faisceau d'explications serait ce que Ibn Khaldoun al-Hadrami a souligné, c'est que certains des grands groupes berbères (Houara, Nefzaua, Louata et Kutama.), déjà arabisés, depuis la fin du XIVe siècle, "refondés" et ayant intégré dans leur sein des groupes arabes hilaliens et sulaymites citons par exemple  :

Les Beni Ouelbane, près de Semendou (Skikda), liés avec d'autres fractions arabes constantinoises enchevêtrées par le contact comme :

Les Beni-Merdès, près de Annaba

Les Dreid, Annaba, région de l'oued Zenati et Tebessa

Les Garfa (Karfa), entre Ain Beida et l'Oued Zenati

Les Attia, à Ain Mokra et surement vers Skikda

Les Oulad Madi, à Bord Bou Areridj

Les Oluad Saola, à Biskra

et les Daouida, entre le Zab et le Hodna

Ainsi selon la revue de l'Orient et de l'Algérie, bulletin de la société orientale, 1847 (rédacteur Mac Carthy), à la page 370 au Cercle de Philippeville :

«Les Beni-Ouelben (50 kilom. N), de race kabyle et Arabe mélangée, sont sans influence, bien que se disant d'origine noble (sharif). Ils sont divisés en quatre fractions, et au nombre de 615, cultivateurs et pasteurs» [5]

Pour le géographe al-Idrissi la région entre l'ancienne Collo et Constantine qui correspond au territoire de la wilaya de Skikda plus précisément de Beni Ouelben, il se trouvaient des populations arabes d'origine hillalienne : « De Constantine ... au port d’al-Collo, 2 journées, en traversant une contrée fréquentée par les Arabes.». L'auteur nous dit que les arabes de la région sont pacifiques et poursuit plus loin : " D’al-Collo à Constantine, on compte 2 journées, en se dirigeant vers le sud et en traversant un pays occupé par les Arabes.  » [6]

Selon Ibn Khaldoun et Charles Ferraud toute les tribus entre Bougie (bejaia) et Annaba appartenais a la tribu berbère des Kutama, mais toute la population de cette zone est de nos jours un mélange d'arabes et de berbères.[7] Selon le Kitab Adouani les populations qui occupent la campagne qui s'étend entre Constantine et la mer, la majeure partie d'entre elles s'allia aux Koraïchites (Omeyyades) lorsqu'ils vinrent dans la contrée.[8]

Chez les Banu Ouelban, le recensement de 1845 donne 380 bovins, 800 moutons, 200 chèvres, 110 chevaux et 70 mulets ; soit, en convertissant le tout en têtes de gros bétail (sur la base de 6 ovins ou caprins pour un bovin, un cheval ou un mulet), 726 têtes de gros bétail ; le parcours est de 1952 ha, puisque tout le territoire de la tribu est morcelé en propriétés melk ; chaque tête de gros bétail disposera donc de 2,6 ha[9]

Le 24 janvier 1841 un détachement d'un régiment français prend part à l'expédition contre la tribu des Beni Ouelban[10].

On comptait, dans le Sahel de Skikda à Beni Ouleban[11] confié à l’administration du bach hambah, trois kaidats. Le premier était celui des Ouled—Braham (Beni Ouelban). Ce fonctionnaire , choisi par le bach hambah parmi les Arabes attachés au gouvernement soit comme chaouch, soit comme cavaliers du makhzen , receyait son investiture des mains du Pacha[12].

Les tribus qu’il commandait étaient établies auprès du Djebel-Segaou les voicis :

Beni-Ouelban Oulad Saad

Ben Bagherich

Ouled-el Hadj,

Beni-Ouelban-Ouled Aamar,

Ouled-Mebarek,

Beni-Ouelban—Ouled—Ahmed, .

El-Aachach,

Beni-Ouelban.el—Zeghada .

Beni-Kaïd,

BeniTelilan ,

Ouled—Braham ,

Beni-Sebihh[12],

Personnalité[modifier | modifier le code]

Ali El Kenz[13] (sociologue algérien)

Hocine El Kenz (poète arabe et résistant)[14]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Wilaya de Skikda : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. « Philippeville Histoire de.pdf », sur Scribd (consulté le 24 juillet 2015)
  3. ORIGINE ET MIGRATIONS DES PRINCIPALES TRIBUS DE L’ALGÉRIE
    PAR E. CARETTE http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k104729j/f457.image
  4. E. Pellissier de Reynaud, Annales algériennes, J. Dumain,‎ (lire en ligne)
  5. Revue de l'Orient et de L'Algérie: bulletin de la Société orientale (Livre numérique Google) ☀Société orientale, 1847http://books.google.fr/books?id=ByEYAAAAYAAJ&hl=fr&pg=PA370#v=onepage&q&f=false
  6. Al-Idrīsī (1100-1165) op cit. p.113 et 115 http://books.google.fr/books/reader?id=jPENAAAAQAAJ&hl=fr&printsec=frontcover&output=reader
  7. Ferraud Charles, Histoire de Phillipeville (Skikda), 18 p. (lire en ligne)
  8. kitab al adouani, 27 p. (lire en ligne)
  9. André Nouschi, « Notes sur la vie traditionnelle des populations forestières algériennes », Volume 68 pp. 525-535, no Numéro 370,‎ année 1959, p. 533 (lire en ligne)
  10. Léon Galibert, Histoire de l'Algérie ancienne et moderne depuis les premiers établissements des Carthaginois jusques et y compris les dernières campagnes du général Bugeaud: Avec une introduction sur les divers systèmes de colonisation qui ont précédé la conquête française, Furne et Cie,‎ (lire en ligne)
  11. « Beni-Ouelbane ([Fin XIXe/début XXe]) »
  12. a et b Algeria: Tableau de la situation des établissements français dans l'Algérie en 1837-54. Journal des opérations de l'artillerie pendant l'expedition de Constantine, Oct. 1837. Tableau de la situation des établissements français dans l'Algérie précédé de l'exposé des motifs et du projet de loi, portant demande de crédits extraordinaires au titre de l'exercice,‎ (lire en ligne)
  13. « Ali El Kenz. Sociologue, Chercheur, professeur à l?université de Nantes », sur vitaminedz.com (consulté le 23 juillet 2015)
  14. « Hocine El Kenz. Ancien moudjahid, poète, ancien boxeur : Le résistant qui écrivait aussi des poèmes », sur El Watan,‎ (consulté le 23 juillet 2015)