Beni Ouarsous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Beni Ouarsous
Noms
Nom algérien بني ورسوس
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Oranie
Wilaya Tlemcen
Daïra Remchi
Chef-lieu Bordj Arima
Président de l'APC Haçen Beddiaf
Code postal 13025
Code ONS 1336
Démographie
Gentilé Ouarsoussien (nne)
Population 12 110 hab. (2008[1])
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 05′ 00″ N 1° 33′ 26″ O / 35.0833235, -1.557312 ()35° 05′ 00″ Nord 1° 33′ 26″ Ouest / 35.0833235, -1.557312 ()  
Altitude Max. 890 m
Superficie 171 km2
Divers
Fête patronale Nair
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Tlemcen
Localisation de la commune dans la wilaya de Tlemcen

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Beni Ouarsous

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Beni Ouarsous

Beni Ouarsous (en arabe : بني وارسوس) est une commune de la wilaya de Tlemcen au nord de l'Algérie. En 2008, elle compte 12 110 habitants et son chef-lieu est Bord Arima qui constitue le seul centre urbain de la commune.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Beni Ouarsous est situé au nord de la wilaya de Tlemcen et s'étend sur une superficie de 171 km2, ce qui en fait l'une des plus vastes de la wilaya. La ville de Bordj Arima, chef-lieu de la commune, est située à environ 30 km à vol d'oiseau au nord-ouest de Tlemcen.

Communes limitrophes de Beni Ouarsous
Honaïne Beni Khellad Remchi
Nedroma Beni Ouarsous Remchi
Aïn Kebira Fellaoucene Zenata

Relief et hydrologie[modifier | modifier le code]

Beni Ouarsous est située dans une région montagneuse du massif oriental des monts des Trara, à une altitude moyenne variant de 200 m à 900 m. Le principal cours d'eau traversant la commune est l'oued Boukio (90 km) ainsi que l'oued Alkhiar (appelé aussi oued Dahman).

vue générale des monts de Béni Ouarsous

Végétation[modifier | modifier le code]

Les forêts occupent une surface importante de la superficie de la commune environ 25 % de la surface globale de la commune, les principales essences sont le chêne vert, le pin d'Alep, l'arbousier, figue de barbarie, le palmier nain qui a servi pendant longtemps l'industrie artisanale.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est de type méditerranéen, caractérisé par la sécheresse estivale prolongée et l’irrégularité des pluies. Les précipitations sont caractérisées par leur faible fréquence et leur intensité, les cumuls annuels moyens étant compris entre 300 et 500 mm (un peu plus dans certaines montagnes). Il neige rarement sur les altitudes notamment au niveau de chkika et Sidi Sofiane[réf. nécessaire].

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le recensement général de la population et de l'habitat de 2008, la population de la commune de Béni Ouarsous est évaluée à 12 110 habitants contre 11 018 en 1998[2], la densité est plus de 70 habitants par km2. Le taux d'accroissement annuel moyen est de 1 %. La majorité de la population est concentrée dans le seul centre urbain Bordj Arima qui compte plus de 8 000 habitants, le reste de la population est éparpillée sur des petites localités que sont Sidi Bendiaf, Tizaghen et Boukiou pour les plus importantes.

La population de la commune a connu un solde migratoire négatif important surtout vers les villes voisines (de Remchi et Maghnia) et les métropoles régionales (Oran et Sidi Bel Abbes) ainsi que vers l’étranger essentiellement la France (surtout à Lyon, Saint-Étienne et la région parisienne)[3].

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

En 1984, la commune de Beni Ouarsous est constituée à partir des localités suivantes[4] :

  • Bordj Arima (chef-lieu), 8 000 habitants[réf. nécessaire], constitue le centre administratif, culturel, et commercial de la commune de Béni Ouarsous.
  • Sidi Bendiaf, deuxième localité de 2 000 habitants[réf. nécessaire].
  • Boukiou 700 habitants située sur les rives de Ouad Boukiou, un centre agricole important par sa production des légumes.
  • Zaghou
  • Beni Ouarsous-forêts
    (Juillet 2014)
    Ouled Hadj Messaoud
  • Ouled Chiha
  • Dahmane
  • Tizaghen, 660 habitants[réf. nécessaire]
  • Souk Larbaa
  • Oued El Hammam
  • Bouchakour
  • Zenaïna
  • Ouled Zekri
  • Ouled Daoued
  • Ouled Nouali

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

La région de Beni Ouarsous est habitée par des populations berbères depuis le néolithique ce dont témoigne la découverte d'os d'antilopes, des poteries, et des haches[5].

Les Phéniciens ont occupé le site vers 200 av J-C[réf. nécessaire], puis les Romains qui ont construit des campements au sommets des montagnes pour surveiller les navires qui se dirigeaient vers Honaine et Ghazaouet (alors dénommé Ad Fratres[6]).

La région de Beni Ouarsous a participé à la fondation de la dynastie berbère des Almohades comme d'autres tribus des Traras ; elle est restée sous la gouvernance de Nedroma jusqu'à la période ottomane où elle a été rattachée à Tlemcen[7].

Sous l'administration française débuté en 1843,Louis Céleste Hackspill dans son carnet de mémoire en 1856[8] ainsi que Charles de Mauprix dans l'hebdomadaire Le Tour du monde, en 1889, ont décrit la vie des habitants de la région[9]. Le village de Bordj Arima a joué durant de la période coloniale le rôle d'un point de surveillance de l'armée française , notamment avec le fort d'El Guarita, dans la région de Béni Ouarsous[réf. nécessaire][10]ou le président Jacques chirac a servi dans ce régiment comme sous-lieutenan[11].

Beni Ouarsous a été divisée en deux communes pendant la période coloniale sous le nom de Berkioua et Ouled Deddouche, ces deux communes ont été distraites de la commune mixte de Nemours (Ghazaouet) jusqu'en 1880 où elles sont rattachées à la commune mixte de Remchi, puis à Beni Saf après la suppression de la commune mixte de Remchi en 1956[12]. la commune de Béni Ouarsous a donné 530 martyres pendant la guerre de libération nationale d’Algérie[13].

En 1963, les deux communes de Berkioua (actuellement la localité de Bordj Arima) et d'Ouled Deddouche (actuellement la localité de Sidi Bendiaf) ont été réunies en une seule commune de Beni Ouarsous. Cette dernière fait partie de la daïra de Beni Saf jusqu'en 1974 où elle est intégrée à la daïra de Remchi[14].

Administration[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
2007 2012 Belkadi Rabie    
2012 en cours Haçen Beddiaf    
Les données manquantes sont à compléter.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune repose surtout sur l'agriculture (légumes surtout sous serre, oliviers, amandier..) ainsi que l'élevage (ovins, bovins, caprins, volailles), et l'apiculture. L'activité associée au secteur industriel se limite à quelques ateliers de fabrication de parpaings.

Bien-que le secteur agricole emploi une très grande partie de la population active le taux de chômage reste élevé.

Photos[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]Recensement 2008 de la population algérienne, wilaya de Tlemcen, sur le site de l'ONS.
  2. (en) the People's Democratic Republic of Algeria - Tlemcen (Geohive)
  3. [PDF] Les Trara (ouest algérien), espace d'émigration, Ferhi Salah, Méditerranée, tome 76, 3 avril 1992, pp.  63-66.
  4. [PDF]Décret no 84-365 fixant la composition, la consistance et les limites territoriales des communes (wilaya de Tlemcen), Journal officiel de la République algérienne, 19 décembre 1984, p. 1499
  5. Revue de l'Orient et de L'Algérie: bulletin de la Société orientale
  6. M. Kaddache, L'Algérie dans l'Antiquité[précision nécessaire]
  7. Oscar Mac Carthy, Histoire de l'Algérie[précision nécessaire]
  8. ( langue non reconnue : francais ) http://hackspill.over-blog.com/article-25022623.html modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant
  9. « Six mois chez les Traras (tribus berbères de la province d'oran » par Charles de Mauprix dans Le Tour du monde - nouveau journal des voyages, no 1483, 1484 et 1485.
  10. http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/contenu/functions/dc/attached/FRSHD_PUB_00000204_0003_dc/FRSHD_PUB_00000204_0003_dc_att-FRSHD_PUB_00000204_0003.pdf modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant
  11. cavaliers.blindes.free.fr/rgtdissous/6rcah5.html modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant
  12. Archives nationales d'outre-mer France fonds de la commune mixte de Remchi 1863-1957 FR ANOM 92503/1-8
  13. ( langue non reconnue : francais ) « Tlemcen: La wilaya se souvient », sur www.djazairess.com,‎ 01 - 11 - 2009 (consulté le 24/07/2014)
  14. Journal officiel de la république algérienne démocrate et populaire, le 5 novembre 1963 2e année N 02.