Bene Israël

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bene Israël

Populations significatives par région
Autres
Religions

Judaïsme

Ethnies liées

Juifs

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de répartition

Les Bene Israël (« enfants d'Israël » en hébreu) sont l'un des trois groupes de Juifs ayant vécu en Inde jusqu'à la seconde moitié du XXe siècle. Les Bene Israël formaient le plus grand secteur de la population juive du sous-continent indien, et constituent le noyau de ceux qu'on appelle parfois les Juifs de Bombay.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Bene Israël descendraient, selon leur tradition, de Juifs fuyant les persécutions exercées par Rome sur la Galilée au IIe siècle AEC. Leurs ancêtres auraient été des Cohanim presseurs d'huile (une occupation traditionnelle chez eux) et auraient fait naufrage au large des côtes de l'Inde.
Ces assertions sont difficilement vérifiables, à l'exception de leur prétention à une ascendance sacerdotale : un test ADN effectué en 2002 a confirmé sur base de l'étude du gène Y-Aaron que les Bene Israël partagent une hérédité commune avec des descendants de Cohanim attestés[1],[2]. S'il est établi que des marchands juifs, en provenance d'Europe, sillonnaient l'Inde pour des motifs commerciaux, il ne peut être établi s'ils s'y étaient installés. La première source considérée comme fiable d'un tel point de peuplement juif en Inde est daté du XIe siècle : il fait état de colonies centrées sur la côte occidentale. Abraham ibn Dawd y fait également allusion, un siècle plus tard, mais en termes vagues.
Les témoignages suivants sont ceux de commerçants juifs de Bagdad qui les « découvrent » au XVIIIe siècle : ils décrivent des individus ressemblant fortement aux Marathes non-Juifs, dans leurs apparence et coutumes[1], ce qui indique un haut taux d'exogamie, mais observant, à un niveau rudimentaire, des observances typiquement juives, comme les lois alimentaires, la circoncision et l'observation du Sabbath comme jour chômé, ce qui leur a valu le nom marathi de Shanwar Teli[1] (presseurs d'huile du samedi). C'est grâce à ces traditions que les Bene Israël sont reconnus comme Juifs, et réapprennent le judaïsme rabbinique traditionnel, qui leur est dispensé par des Juifs de Bagdad et de Cochin.
Au XIXe siècle, les Bene Israël migrent depuis l'ouest de Maharashtra vers les cités proches, principalement Mumbai, mais aussi Pune, Ahmadabad, et Karachi (devenu depuis terre pakistanaise). Avant ces vagues de migration et jusqu'à aujourd'hui, leur langue natale est le judéo-marathi, un dialecte marathi.

On estime le nombre de Bene Israël à 6 000 dans les années 1830, 10 000 au tournant du XXe siècle et à 20 000 en 1948[3]. Leur nombre a depuis chuté suite à l'émigration (principalement en Israël).

En 1964, le rabbinat israélien a reconnu les Bene Israël comme Juifs à part entière et sous tous aspects.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]