Bench Crater

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mission Apollo 12.

Bench Crater est une météorite découverte sur la Lune, le 15 novembre 1969, à côté du cratère Bench, voisin du cratère Surveyor (Oceanus Procellarum)[1],[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Bench Crater est la première météorite découverte sur un corps céleste du Système solaire autre que la Terre. Elle fait partie des 32 kg d'échantillons de roches rapportés par les astronautes Pete Conrad et Alan Bean, descendus sur la Lune dans le module d'atterrissage Intrepid[1], lors de la mission américaine Apollo 12[3]. Elle est ramassée sur la lèvre du cratère Bench[4].

Structure et composition[modifier | modifier le code]

Composition élémentaire[4].

La Société des météorites indique que Bench Crater est une chondrite carbonée. C'est la seule météorite de la classe C1-ung[5].

La météorite est un petit fragment, de 3 mm sur 1,5 mm, auparavant numéroté 112-6, provenant de l'échantillon 12037 de régolithe. Elle est décrite, en 1971, par Wood[6], qui la classe comme chondrite carbonée de type II, puis, en 1976, par McSween, qui publie sa composition élémentaire[4].

Élément chimique
Abondance (%)
Abondance rapportée à celle du silicium (%)
Sodium Na
0,67
4,6
Magnésium Mg
16,77
110,0
Aluminium Al
1,59
9,3
Silicium Si
17,67
Phosphore P
0,44
2,2
Soufre S
5,3
26,3
Potassium K
0,08
0,34
Calcium Ca
1,00
4,0
Titane Ti
0,06
0,25
Chrome Cr
0,41
1,3
Manganèse Mn
0,08
0,22
Fer Fe
15,31
44,0
Nickel Ni
1,34
3,6

La matrice ferromagnésienne aphanitique noire[4] de la météorite présente des grains arrondis de magnétite, regroupés en aggrégats framboïdaux et lamellaires, et des grains allongés de troilite automorphe, de pyrrhotite, de pentlandite, de calcite, de dolomite, d'ilménite riche en magnésium, d'apatite, de chalcopyrite et de nombreux aggrégats de silicates ferromagnésiens[7]. À la différence des autres chondrites de type CII, Bench Crater contient beaucoup plus de troilite que de pentlandite. Elle est enrichie en aluminium, phosphore et soufre, et appauvrie en fer[2].

Bench Crater contient de la saponite, un phyllosilicate, et est le premier échantillon rapporté de la Lune à contenir un minéral hydraté. De nombreuses lamelles de pyrrhotite sont fracturées, vraisemblablement à la suite de l'impact de la météorite avec le sol lunaire[7].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Apollo 12 and Surveyor 3 | International Space Fellowship.
  2. a et b (en) M. J. Fitzgerald, et J. B. Jones, « Adelaide and Bench Crater - Members of a new subgroup of the carbonaceous chondrites », Meteoritics, vol. 12, no 4,‎ 31 décembre 1977, p. 443—458.
  3. Bench Crater Reference Resource.
  4. a, b, c et d (en) Harry Y. McSween Jr, « A new type of chondritic meteorite found in lunar soil », Earth and Planetary Science Letters, Elsevier B.V., vol. 31, no 2,‎ juillet 1976, p. 193—199 (DOI doi:10.1016/0012-821X(76)90211-9).
  5. Meteoritical Bulletin: Entry for Bench Crater.
  6. (en) J. A. Wood, U. B. Marvin, J. B. Reid, G. J. Taylor, J. F. Bower, B. N. Powell et J. S. Dickey, « Mineralogy and petrology of the Apollo 12 lunar samples », Smithson. Astrophys. Obs. Spec. Rep., vol. 333,‎ 1972, p. 177—184.
  7. a et b (en) Michael E. Zolensky, « Structural water in the Bench Crater chondrite returned from the Moon », Meteoritics, vol. 32,‎ 1997, p. 15—18.

Référence[modifier | modifier le code]

  • (en) Randy L. Korotev, Bradley L. Jolliff, Ryan A. Zeigler, Stephen M. Seddio et Larry A. Haskin, « Apollo 12 revisited », Geochimica et Cosmochimica Acta, Elsevier Ltd, vol. 75, no 6,‎ 15 mars 2011, p. 1540—1573 (DOI 10.1016/j.gca.2010.12.018).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]